AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un violon sur le toit... (François LeNoble)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ezechiel Carnimeo
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 112
Localisation : Ici ou ailleur, quelle importance?
Rang : Amiral-Maréchal
Ordre : Ordre de Carnival
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Ven 27 Nov 2009 - 2:23

Un toit, la nuit, la lune, une brise fraîche. Un violon.
Voilà qui avait de quoi satisfaire largement l'amiral-maréchal des carnivals. Après toute cette tension et ses nuits d'insomnies, Ezechiel s'offrait une soirée de répis, histoire de respirer librement.

Un vent de changement soufflait sur Paris, l'immortel pouvait le sentir jusque dans la moelle de ses os. Silencieusement, il fermit ses yeux vairons et flaira l'air, offrant aux quelques curieux qui avaient le réflexe inconscient de lever la tête sa silhouette élancée et son profil racé. De multiples représentants des ordres erraient dans la ville, comme à la habitude. Du sang, de la sueur, de la peur, du sperme, de la chair. Toute la ville bouillonnait à cette heure-ci et débordait de tous les côtés, vin enivrant aux couleurs vermeilles et pourpres. Avec ce même état d'esprit, Carnimeo se percha sur le bord de bâtiment et sortit son violon, un magnifique instrument. Le bois sombre délicatement vernis brillait sous la lumière fantômatique de la lune, tout comme la chevelure aux airs albinos de son propriétaire.

Gracieusement, il serra le crin de l'archet et plaça l'instrument sous son menton avant de tirer une plainte envoûtante, débutant ainsi l'introduction et rondo capricioso de Camille Saint-Saens, une oeuvre virtuose. Les notes se suivaient avec une clarté surprenante et une émotion émouvante, digne d'un grand violoniste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Ven 27 Nov 2009 - 8:55

Ainsi l' Amiral Maréchal des carnivals était insouciant au point de jouer du violon sur un toit? Le chasseur était diablement tenté de sortir son fusil et de tirer. Une petite balle paralysante bien placée et il aurait ensuite tous le loisir de le tuer tranquillement.

Mais à réflexion faite, il trouvait excitant de lutter contre un immortel en combat ... singulier. Aussi avança t'il, tapit dans l'ombre, invisible même pour le le puissant immortel qu'était Ezechiel Carnimeo. Il progressa rapidement et dans un total silence avant de s'arrêter dix mètres derrière le carnival.

"Bonsoir, carnival imprudent."

Immobile, il parla d'une voix forte et résonnante, ce qui dut perturber l'immortel car ce dernier ne pouvait savoir d'où cela provenait.
Il attendit que l'être regarde dans sa direction avant de sortir.

Son immense manteau noir, flottant derrière lui, son chapeau noir, ses gants noir, tout de noir vêtu. Son chapeau cachant le haut de son visage par son ombre ne laissait voir que la bouche et le menton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechiel Carnimeo
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 112
Localisation : Ici ou ailleur, quelle importance?
Rang : Amiral-Maréchal
Ordre : Ordre de Carnival
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Sam 28 Nov 2009 - 1:23

L'archet glissa sur une corde, poussant une dernière note fougueuse qui mourrut doucement, faute de mouvement. En entendant la voix derrière lui, Ezechiel n'eut qu'à humer l'air pour deviner de qui il s'agissait. Quelle question? Le carnival se retourna lentement, avec des gestes mesurés, évaluant avec la plus grande subtilité les dangers potentiels. Son odorat ne pouvait lui mentir et retrouver le chasseur tapit dans l'ombre se révéla un jeu d'enfant, obéissant à ses sens aiguisés pour dénicher l'intru de sa tanière de ténèbres.

L'immortel était sobrement vêtu, mais la texture des tissus ne pouvait mentir sur leur origine onéreuse. Les coupes étaient impécables, mettant en valeur sa silhouette masculine élancée. Son visage d'une beauté troublante émanait une aura mystérieuse d'ange déchu, et en voyant son ennemi pour la première fois, il plissa ses yeux vairons, le gauche marqué d'un symbole étrange, barrant l'oeil du haut de son sourcil jusqu'à sa pommette.


"Imprudent? Je vous en pris, c'est insultant. Si je prend le risque de me tenir ici en ce moment, c'est que j'ai les capacités nécessaires pour me défendre."

Le tout avait été prononcé d'un ton frôlant l'ironie, son sourcil se levant sceptiquement. Avec une élégance digne d'un musicien professionel, Ezechiel abaissa son violon, l'instrument dans un main et l'archet dans l'autre.

"C'est plutôt moi qui vous trouve imprudent de me déranger ainsi. Serait-ce par arrogance? Vous désirez vous prouver? Ah non, c'est vrai. C'est cette vengeance poignante qui vous tient par les trippes, n'est-ce pas? Elle vous dévore lentement de l'intérieur et votre seul réconfort est de tuer."

Avec regret, il rangea très naturellement l'instrument dans son étui.

"Très carnival comme attitude. Et oeil pour oeil, dent pour dent, voilà l'oeuvre d'un bon chrétien."

Carnimeo se retourna enfin, un grand sourire jouant sur ses lèvres étonnament séduisante... Du moins, tant qu'il ne prenait pas cette gueule de démon tout droit sortit de l'enfer.

"Mais nous sommes des gens civilisés, n'est-ce pas? Par pitié, ne me servez pas le monologue de haine et de cannibalisme ou je vous saute réellement à la gorge. Et nous sommes anthropophages, non cannibals. Ça serait nous remettre au rang d'humain, ce qui n'est pas le cas. Et pour une tueur d'immortel, je trouve que vous sentez drôlement... La Rouge? Lorsqu'on reste aussi longtemps avec elle, c'est qu'elle essait de vous tuer ou que vous venez de vous faire ferrer par la belle."

Quelle incroyable situation, il en aurait éclaté de rire, mais l'amiral-maréchal préféra garder une expression pince sans rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Sam 28 Nov 2009 - 8:33

Davielle marchait tranquillement dans les ruelles adjacentes. Elle avait chercher l'Amiral des Carnival avec attention depuis un certain temps, avide de pouvoir bavarder enfin avec celui qui pouvait en savoir le plus sur ce qui se passait en elle, les changements et surtout, les questionnements qui foisonnaient dans son esprit. Et en entendant le violon jouer, a plusieurs coins de rue de la, elle avait compris et c'était diriger vers ce lieu.
Mais en approchant, elle avait ressenti la présence d'un chasseur, et en approchant en silence, la carnivale avait déjoué sa silhouette sombre qui montait le mur pour surprendre Ezechiel. Mais lui ne l,avait pas vu.

Un chasseur chassé par un être bien plus puissant et doué que lui. Car les carnivaux en était ce qu'il y avait de plus parfait en question de chasse. Et sans le savoir, Lenoble était poursuivit.

Lorsque celui ci déposa toute son attention sur la personne qu'était Carnimeo, Davielle compris qu'elle avait le champ libre, et escalada elle aussi l'échelle de secours, mais en plus grand silence que ne l'avait fait Lenoble. Et elle parvint derrière lui sans être vu, comme l'avait fait le chasseur. Mais il aurait tous fait pour la voir, il ne le pouvait. Elle avait calculer sa position de façon à ce que les ombres s'entrecroise, et qu'elle se trouve caché derrière. Seul Ezechiel aurait pu la ressentir, et a l'odeur seulement. Une odeur de jeune carnival, plein de fougue, et pourtant une fougue tranquille. Car Davielle n'était habité que par la méfiance. Et n'agirait que pour défendre ou se défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Randell Oland

avatar

Nombre de messages : 15
Rang : Gouverneur
Ordre : Carnival
Date d'inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Sam 28 Nov 2009 - 12:03

Oland revenait du poste central à une heure tardive, il avait décider d'aller se nourrir un peu avant de retourner chez lui. En se dirigeant dans les rues sombres très peu peuplé il entendit une mélodie qu'il avait jadis entendu. Il décida de se rapprocher pour confirmer à qui appartenait ce talent pour ce rendre compte qu'il s'agissait bien de son amiral maréchal qui jouait sur un toit à l'aide de son violon. Il semblait de bonne humeur ce soir. Il décida de continuer son chemin vers chez lui quand il entendit la fin d'une note qui finit abruptement et différemment de l'habituel de cette mélodie. Il n'était pas coutume à Ezechiel de rater ces notes , depuis le temps où il pratiquait cet instrument il ne devrait pas manquer ces notes.

Curieux de cet étrange évènements Oland décida de vérifier ce qui se passait. Sur un des toits en face de lui il y avait Ezechiel en train de regarder une forme sombre et aussi l'odeur d'une autre Carnival qui se dissimulait près de la forme sombre.

Oland se dirigea contre le mur et se mit à monter par une échelle de secours subtilement pour ne pas se faire remarquer. Il se tint immobile dans les ombres et essaya de distinguer la conversation qui s'en suivit entre l'ombre et Ezechiel prèt à sauter sur l'ombre s'il tentait quelque chose de menaçant envers son amiral. Peut être serait-il chanceux et qu'il sagissait d'un chasseur ou même un scientias.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Lun 30 Nov 2009 - 5:45

« Je serais ici pour vous tuer, vous seriez déjà mort. Je n’ai nul besoin de venir face à vous. De là où je me trouvais, il me suffisait de tirer. Si vous le souhaitez, on peut dire que ma présence ici est une pure arrogance en effet.»

Lorsqu’il vit les yeux du carnival braqués presque sur lui, il se rappela l’odora développé de ces êtres mangeurs d’hommes et sorti de l’ombre. Il était inutile d’y resté. Il fit alors quatre pas en avant et une lueur perça sur sa gauche. Il afficha alors un sourire amusé avant de s’arrêter.
Il retourna légèrement la tête vers l’ombre dans laquelle il s’était posté et dit :

« Il est inutile de vous cacher dans l’ombre immortel, si votre odora me trahit, sachez que votre aura brille de mille feux pour moi. Si je ne vous vois pas, je vois votre aura. »

Puis il se tourna de nouveau vers Carnimeo et reprit :

« Ainsi donc c’est vous l’amiral maréchal de cet ordre ignoble ? Non seulement vous mangez de la chair humaine, mais en plus vous le faites pour profiter de pouvoirs pour votre profit personnel. Vous êtes répugnants. Et vous osez vous dire civilisé ? Toutes vos manières de bourgeois et de nobles, votre élégance, votre droiture quotidienne, votre honneur, tout cela n’est qu’un masque pour cacher les atrocités que vous accomplissez dans l’ombre. Toutes ces attitudes que vous dites « civilisées » ne sont que pur affront. Vous n’êtes pas plus civilisés que des charognards enragés à la recherche d’un faible et innocent mortel pour assouvirent vos désirent carnassiers. »

Lorsque le carnival évoqua La Rouge, François se raidit. Il se doutait pertinemment que les immortels seraient rapidement au courant, Idriss ne manquerait surement pas d’annoncer qu’elle avait réussit à vaincre le terrible Pasteur en le charmant. Il conserva cependant son air neutre et de nouveau parla avec une voix puissante et déstabilisante.

« Vous qui connaissez son odeur, dois-je en déduire que vous avez également connus son étreinte où que vous la suivez sans avoir le courage de la tenter ? Est-ce une remarque qui sortirait de la bouche d’un être dit civilisé comme vous dites? »

Il avisa alors une nouvelle lueur d’aura d’immortel sur le toit d’en face. L’aura en question descendit du bâtiment pour se diriger vers celui sur lequel il se trouvait.

« Un troisième immortel arrive Amiral-maréchal, cela va devenir une véritable réunion, un congrès s’il est carnival également. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thilix

avatar

Nombre de messages : 227
Age : 26
Localisation : DERRIÈRE TOI!
Rang : Amiral-Maréchal
Ordre : Sadizar
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Lun 30 Nov 2009 - 14:26

Thilix titubait en plein milieu de la rue en continuant de boire son alcool forte, de la vodka et s'avançait vers des personnes sur un toit, malheureusement, il ne voyait guère d'échelle à son niveau, il fallait se mettre plus haut pour pouvoir monter alors il chercha un peu partout pour voir si il y avait une autre entrée pour pouvoir aller sur le toit et vît l'entrée principale, selon lui, il devait absolument y avoir une échelle pour aller sur le toit.

-Attendez! Moi arriver dans un instant!

Il monta l'escalier avec précaution pour ne pas ce planter sur le sol pendant qu'il montait petit à petit. Il arriva finalement en haut de l'escalier mais, malheureusement pour lui, aucune trappe ne menait depuis cet escalier sur le toit, alors Thilix se fît une entrée lui même, il tapa sur le toit pour défoncer puis continua jusqu'à la réussite de son acte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechiel Carnimeo
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 112
Localisation : Ici ou ailleur, quelle importance?
Rang : Amiral-Maréchal
Ordre : Ordre de Carnival
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mar 1 Déc 2009 - 0:05

"Il suffisait de tirer? Votre outrecuidance excessive envers vos capacités et votre ignorance vous honissent, monsieur LeNoble. Vos balles, aussi développées et meurtrières soient-elles, ne sont qu'une désagréable pression sur ma peau, rien de plus. On ne tue pas aussi facilement un carnival, surtout un amiral-maréchal de la deuxième génération d'immortels."

Ezechiel détailla scrupuleusement le chasseur lorsqu'il sortit finalement de l'ombre. Un homme solidement charpenté, dans la quarantaine, tout de noir vêtu. Impressionant jusqu'à un certain point, mais rien d'insurmontable. Après son dernier commentaire, l'immortel déploya un tantinet son aura, une force massive et impressionante dormant calmement, comme la rivière dans son lit. Cette puissance en partie dévoilée eu pour effet d'attirer l'attention sur ces ondes ondoyantes et vives, détournant ainsi la vigilance du Pasteur pour étouffer la présence de Davielle et Oland.

"En chair et en os. Et naturellement, c'est plus fort que vous, vous ne pouvez résister à la déblatération du classique discours de haine."


Agacé par ces propos clichés, le carnival se disloqua la mâchoire dans un bruit sourd avant de se replacer naturellement, un éclat de crocs féroces pointant sous la lumière diaphane de la lune.


"Ce n'est pas la chair humaine qui nous procure nos pouvoirs, pauvre mortel, et votre engeance n'a absolument rien de l'innocence que vous lui prêtez! Nous dévorons les hommes comme vous dévorez la viande des animaux, non en tant que charognards, mais en tant que prédateur. Et votre race, maudite entre toute, avide de soumettre et de détruire tout ce qu'elle ne comprend pas, nous sommes malheureusement à leur image, le reflet des monstres que vous êtes. Ces habitudes anthropophages sont hautement symboliques, mais les plus jeunes carnivals l'ont oublié, se nourissant bêtement dans les rues comme dans un banquet ou alors ils ont renoncé à la chair humaine. Vous connaissez probablement notre histoire, alors vous savez que notre haine est légitime, pourtant vous vous barricadez derrière vos murs de brute épaisse. Ce que vous avez vécu, nous l'avons vécu mille fois. Cette marque sur mon oeil, c'est l'oeuvre de votre peuple adoré que vous tentez vainement de libérer comme un prophète. Mais vous n'êtes pas Moise et les miracles n'existent pas. Tôt ou tard, la crainte que vous propagez se lèvera et les immortels se bousculerons pour vous faire la peau. Vous, monsieur LeNoble, êtes à l'automne de votre vie à ressasser des souvenirs amers d'une existence que vous avez à peine vécu. Peut-être est-ce parce que vous n'avez pas tué le bon immortel que vous sentez votre vengeace gronder constamment dans votre poitrine."

Un sourire sybillin se dessina sur ses lèvres, expression de celui qui en connait plus qu'il en dit. Comme s'il lisait dans ses pensées, Ezechiel éclata de rire.


"Je me suis peut-être trompé finalement sur la question de civilité. C'est un commentaire bas, mais totalement inutile. Je connais Idriss depuis plus de deux millénaires et c'est une amiral-maréchal de mon alliance, alors toutes les histoires possibles, nous les avons vécus, des relations amoureuses aux tentatives de meurtres. Mais ne vous inquiètez pas, la belle gesang est une cachotière, même si tout ce qu'elle désire, c'est l'attention. Comme Vénus, elle s'accroche à son Mars tout en le trompant à tour de bras. Ce qu'elle doit redouter, c'est qu'Inéalis découvre l'existence de sa fille, une hybride."


L'immortel avait déclaré cette dernière phrase sans vraiment s'en soucier. Si le chasseur ne voulait pas que le moltanor le réduise en poussière, il n'irait probablement pas lui révéler ce secret, et même là, c'était une affaire privée qui ne le concernait aucunement.


Puis, un bruit sourd.


"Tiens, bonjour Vanchovich. Je ne pensais pas vous voir ce soir..."


Ezechiel changea d'emplacement, libérant ce morceau de toit que le sadizar démolie pour se frayer un passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mar 1 Déc 2009 - 10:19

" Ne sous estimez pas mes balles Carnimeo. Elles ne suffisent pas toutes à tuer un immortel, mais toutes permettent de vous mettre à ma merci, peu importe votre puissance. Beaucoup connaissent le nombre d'immortels que j'ai tué, mais combien savent combien il y en a que j'ai capturé pour les soumettre à des ... tests? Chaque balle est conçue pour passer outre vos pouvoirs d'une part, mais également pour s'attaquer à votre morphologie."

Il marqua un court temps d'arrêt, affichant alors un sourire de satisfaction à la limite du sadisme.

"Je suis le seul à avoir réussi à contre-balancer le pouvoir principal d'un luna. Cette transformation en loup-garou anéantie par ceci." Il sortie de sa poche une petite balle cuivrée contenant une minuscule perle d'argent. "Alors ne sous estimez pas ce que mes autres balles peuvent renfermer comme ... surprise?"

Lorsque l'amiral évoqua son désir de vengeance, la perte de sa famille et la potentialité qu'il se soit trompé de carnival, le chasseur serra les poings si fort que ses ongles percèrent les paumes de ses mains, faisant couler son sang. Carnimeo put allègrement voir non pas la colère, mais la fureur qui passa dans son regard sombre. Une fureur telle qu'elle pouvait presque être visible sur son épiderme comme une seconde peau.
C'est pourtant avec une d'un calme extrème qu'il s'adressa au carnival.

" Ma vengeance est depuis longtemps assouvie et mes erreurs, je les ai reconnus face à certains immortels depuis près de deux mois. Je me suis trompé en cherchant à éliminer n'importe quel immortel et j'ai commis des atrocités dont vous n'avez pas idée."
Il s'avança vers l'immortel, s'arrêtant à quelques dizaines de centimètre de son visage seulement.
"Mais je ne me suis jamais considéré comme un messie, ce serait une insulte à Dieu. Je suis ici pour conserver un équilibre entre les deux races, mais cela je ne l'ai compris qu'il y deux mois." Il s'avança encore, laissant l'amiral renifler son haleine fraiche et mentolée.

"Mes contemporains et moi même ne pouvons être tenus rigueur de votre passé et de ce que nos ancêtres ont pu faire et c'est réciproque. Je ne venge pas les mortels qui ont tué votre famille et qui vous ont fait cette estafilade, je venge mes semblables à ce jour qui vivent paisiblement et que vous effrayez, qui sont innocents de votre passé tourmenté et que certains immortels abattent. Ce que mes ancêtres ont put faire, ce sera à Dieu de le juger, pas à moi."

Son regard marron foncé était plongé dans les yeux de l'amiral carnival, démontrant que ce qu'il disait était vrai. De nouveau, il s'approcha, se postant à quelques centimètres, son nez frolant presque celui de l'immortel.

"Même si je n'ai pas tué le carnival qui à dévoré ma famille, celui que j'ai tué avait du sang sur les mains."
Son regard avait encore changé. Il disait maintenant: Ne me cherche pas carnival car tout puissant que tu es, tu risquerais de rencontrer un très dur obstacle, Le Pasteur.

Il se recula en murmurant tout en montrant l'énorme cicatrice de sa gorge: "Tes semblables m'ont déjà tué, en tout cas ils le croyaient."

Lorsque Carnimeo évoqua la fille d'Idriss, il ria.

"Comment un moltanor peut il espérer ne pas risquer de donner naissance à une hybride s'il ensemence une gesang. Que voulez-vous, chacun à ses secrets..."


Il fut interrompu par l'arrivée d'un nouvel immortel.
Lorsqu'il entendit le nom de Vanchovich, Le Pasteur sera les poings. Le compagnon de Vilya. Si pour le moment tout n'était que parlotte, avec lui cela risquait fort de tourner à la bataille rangée. Quatre immortels, trois carnivals, dont un amiral et un gouverneur et l'amiral sadizar. Cela risquait fort de devenir interessant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thilix

avatar

Nombre de messages : 227
Age : 26
Localisation : DERRIÈRE TOI!
Rang : Amiral-Maréchal
Ordre : Sadizar
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mar 1 Déc 2009 - 18:24

-Hein!? Quoi!? Toi être qui déjà?!

On pouvait facilement reconnaître l'odeur de vodka sur son corps et aussi peux-être pouvait-on voir un peu de sang sur ses mains. Mais le grand Sadizar ne bougeait plus à la vue de ce "Pasteur" non qu'il n'avait pas peur mais il était tellement intéressé par ce petit homme qui essayait de montrer la puissance des humains envers les immortels, mais rien n'y faisait, ce n'était qu'un homme et il ne pouvait point aller plus haut dans les rangs de ces pauvres créatures qui les avait tellement fait chier auparavant que même Thilix en avait eu assez de ces sordides humains. Mais Thilix ne fît point la même chose qu'il faisait avec eux quand il les croisait dans la rue, l'amiral-maréchal ne faisait que le regarder et puis ensuite Ezechiel et par après encore le pasteur d'un air quelques peu étonné, deux hommes aussi différents l'un de l'autre se collait quasiment pour s'embrasser, la situation était un peu hors du commun selon lui.

-Qu'est-ce que vous faire!? Et qu'est-ce que vous vouloir!?

Il pointait les deux personnes sur la première question et pointa seulement Ezechiel pour la première, décidément la mémoire ne lui revenait pas de cet amiral-maréchal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Randell Oland

avatar

Nombre de messages : 15
Rang : Gouverneur
Ordre : Carnival
Date d'inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mar 1 Déc 2009 - 23:08

En entendant prononcer le nom de LeNoble, le coeur d'Oland bondit dans sa poitrine. Une rage meurtrière commençait à bouillir dans les veines du Carnivals. Toute sa colère en passant à ce que les scientias lui avait fais subir remontait à la surface. L'homme derrière le visage d'Oland disparu pour laisser place au monstre qu'était Gesspenst Jäger. Le destructeur de char d'assaut, le tueur d'homme sans douleur et cela n'était pas une bonne nouvelle pour sa proie. Une fois sa cible engager il n'aurait d'issu que lorsqu'un des deux rendrait l'âme et jusqu'à ce jour c'est le reste qui avait rendu l'âme. Ce misérable chasseur osait s'approcher sans vergogne de son amiral et cela ne resterait pas sans être punis. Il sortit de derrière le mur où il se trouvait et avanca vers LeNoble son arme en main. On aurait dis que l'arme était excessivement lourde pour une arme du genre et l'embouchure du canon avait la grosseur d'un poing d'enfant. Cette arme n'avait que pour but de percer le blindage des tanks s'il était utiliser à bout portant. Il avançait d'un pas ferme et décider vers sa prochaine cible prenant tout son temps pour l'étudier. Dépassant facilement toutes les personnes présentes en carrures, sa silhouette était menaçante pour beaucoup de monde sur les champs de batailles. Tout les traits de son visage semblait s'être accentuer, surtout la cicatrice qui lui traversait le visage, il avait quelque chose dans son regard qui faisait penser à celui de la mort. Arriver près du chasseur et de son amiral Jàger stoppa; une large mâchoire se fit voir pleine de dents tranchantes et elle semblait demander du sang. Il regarda LeNoble dans les yeux comme si toute sa haine y était refléter avant de prendre la parole d'une voix très grave.

Vous êtes le chasseur d'immortel dont j'ai entendu parler? Votre espèce me répugne vous n'êtes que de la nourriture conserver à la bonne température pour moi. Vous vous prenez pour un sauveur et pourtant votre peuple s'entretue depuis déja des années. Vous êtes l'espèce la plus inutile de cette planète et vous tuez serait pour moi un réel plaisir. J'ai tellement souffert dans les mains de vaut semblable que j'aimerais vous montrez toute ma gratitude, à ma manière bien sur. Je crois que vous ne savez pas à qui vous avez à faire et pour tout les immortels que vous avez tuez, je vais vous démembrez vivant.

Peu importe ce que pensait son amiral la décision d'Oland était prise et la situation était parfaite pour se débarrasser du Pasteur de manière définitive comparer à leur plan d'origine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezechiel Carnimeo
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 112
Localisation : Ici ou ailleur, quelle importance?
Rang : Amiral-Maréchal
Ordre : Ordre de Carnival
Date d'inscription : 18/06/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mer 2 Déc 2009 - 1:41

"Je suis à l'épreuve des balles, mon pauvre. Vous n'êtes pas le premier chasseur à me faire ces insipides discours d'armement sophistiqué et vos prédécesseurs ont eu le loisir de les tester sur mon cuir avant que je leur arrache le leur. Vous ne serez probablement pas le dernier, mais votre départ soudain pour un autre monde sera une bénédiction, pour vous comme pour nous tous. Vous êtes déjà mort, François LeNoble, vous venez vous même de le dire."

Une expression mi amusée mi agacée joua sur ses traits d'une grande beauté. Sa peau pâle, sans aucune imperfection, mettait en relief son regard d'une intensité troublante, ces yeux vairons frappant par leur couleurs et les différents sentiments qu'ils semblaient émaner.


"Pour un homme qui reconnait ses tords, je trouve que vous prenez beaucoup de plaisir à démolir les lunas qui s'acharnent à vous protéger, ces braves bêtes. Et ce que vous ne comprenez pas, vous les chasseurs, c'est que vous n'êtes PAS nécessaire à l'équilibre. Vous ne faites que la perturber profondément. Pensez-vous sérieusement que l'humanité foulerait encore la terre si nous êtions les seuls à décider du sort des mortels? Non, naturellement. Mais l'alliance de la luna tempère nos ardeurs, elle nous empêche l'accès au Dragon rouge. Puis il y a vous, minable petite puissance révoltée qui tente de percer dans le monde des immortels. Reprenez votre place, vous êtes un intrus indésiré ici."

La vision tiraillée de la fureur palpable du Pasteur exalta ses sens, mais le sang, lui, lui mit l'eau à la bouche. Quelle stupidité de sa part de libérer ainsi son hémoglobine, de l'offrir en pâture aux appétits voraces d'une bande de carnivals en colère. Une lueur d'excitation brilla dans le regard d'Ezechiel, malgré sa grande maîtrise de soi, comme dans celui d'un fauve affamé ayant flairé sa proie. L'instinct et le plaisir, le désir de la chasse, réflexe ancestral vivant dans le creux de chaque conscience carnivale.

"Voyez-vous, tout cela est, ma foi, fort absurde. Bien sur que je dois vous faire payer, car ils vivent en vous et je suis certain que la race humaine s'éteindra par elle-même si nous n'intervenons pas avant. Mais il n'y a pas de Dieu. Nous somme les propres juges de nos consciences et ces croyances ridicules ne sont présentes que pour soutenir votre faiblesse d'esprit et votre misérable droiture alors que vous avez du sang sur les mains, probablement plus que beaucoup d'immortels. Le carnival que vous avez tué n'a que partiellement éliminé votre famille. En fait, c'est ma soeur - la peste l'emporte - si je me souviens bien, qui les a gracieusement dévorés. C'est la pire plaie qui soit, vous la connaissez peut-être sous le surnom de "La veuve noire". Enfin, on ne peut faire revivre les morts, ou qu'ils soient à présent. Sous vos pieds, dans le ciel ou en enfer. Une chose est certaine, monsieur LeNoble, c'est les abysses enflammées du royaume de Satan qui vous attendent, pauvre croyant que vous êtes."

Ils se frôlaient presque, maintenant, et Carnimeo voyait clairement cette proximité comme une insulte. Ainsi, il plissa ses grands yeux et sa présence se fit soudainement terrifiante, le chasseur ne put empêcher un mouvement de recule et l'immortel en profita pour lui retirer ses armes, grâce à sa surprenante rapidité, les jetant au loin. Chaque pas qu'Ezechiel marchait le faisait instinctivement reculer.

"Nous règlons un gros problème, Vanchovich, voilà ce que nous faisons. Et si vous ne vous laissiez pas constamment assommer par les boissons fortes, vous réaliseriez que c'est cet homme même qui à tiré sur votre douce Vilya, en connaissance de cause."


Un sourire se fendit d'une oreille à l'autre sur le visage angélique de l'amiral-maréchal, dévoilant pleinement sa gueule effrayante et impressionante, même pour un carnival, garnie de crocs acérés ne demandant qu'à déchiqueter de la chair.

"Votre colère a toutes les raisons d'être, gouverneur. Je ne pourrais malheureusement pas vous en tenir rigueur si vos impulsions vous joue des tours."


Ses dents s'entrechoquaient dans sa gueule lorsqu'il parlait, vision cauchemardesque et infernale qui aurait put être sortit tout droit d'un tableau de l'imagination déjantée du peintre Jérome Bosch.


"Mes chers amis, nous avons atteint le point culminant de notre petite rencontre. Que va-t-il se passer? Nous pourrions vous laisser partir si vous ne remettiez plus jamais les pieds à Paris, mais je doute que vous acceptiez ces conditions..."

Rapide comme un prédateur en chasse, Ezechiel saisit le Pasteur dans ses bras puissant et planta ses crocs dans son épaule, juste à la base du cou. Le sang gigla en gros bouillons bouillant et une douce odeur salée se répandit dans l'air du soir. Comme il était partit, le carnival ne se gênerait pas pour lui arracher la bras à partir de la base.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mer 2 Déc 2009 - 6:14

La situation commençait réellement à devenir ... intéressante?

Un espèce de colosse qui se croyait caché dans l'ombre mais dont l'aura brillait depuis son arrivée s'avança, raide de colère, arme au poing et se mit à brailler comme un enfant à qui l'on à volé un jouet.
L'amiral sadizar, complètement pété, regardait la scène avec un regard ... vaseux et allait très certainement se mettre dans une colère noire, du moins lorsqu'il aura compris la révélation que Ezechiel venait de lui faire.
Enfin, l'amiral carnival débarrassa allègrement le chasseur de ses deux colt avant de s'avancer, usant de son aura pour faire jouer les instincts du chasseur en le poussant à reculer ... vers le bord du toit.

En revanche, il n'eut pas le temps de réagir lorsque l'amiral sauta à sa gorge, plantant voracement ses crocs dans son épaule. Il sentit la douleur, mais il n'émit pas le moindre cri, pas le moindre rictus de douleur ne passa sur son visage. Le Pasteur récita alors une petite phrase, fermant les yeux l'espace d'un dixième de seconde.

"La douleur est un bienfait car elle libère l'adrénaline qui me rend fort et immortel. Ô Seigneur, voit ton serviteur à l'œuvre."


Ses deux colt absent lui facilitèrent la tâche, ne gênant pas ses mouvements. Alors que l'amiral commençait à forcer sur sa mâchoire pour lui arracher le bras, François enchaina ses mouvements avec une rapidité et une dexterité ... purement affligeante, même pour un immortel.

Ses bras, prisonniers de l'étreinte du carnival, ne furent pas un problème puisqu'il agrippa violemment les parties génitales du carnival de la main gauche avant d'exercer une pression monstrueuse en fermant son poing puissant. Immortel ou non, un homme ne pouvait rien faire face à la douleur que cela infligeait. Sans laisser le temps à l'immortel d'agir en conséquence, il en profita pour dégager son bras blessé et dégainer son couteau qu'il enfonça bien volontiers dans la nuque de l'amiral, forçant se dernier à lâcher prise.

Il lâcha alors le sexe de son adversaire et sauta. Il ramena les jambes vers son torse et expédia ses deux pieds dans le torse de l'immortel, le projetant quelques mètres plus loin, avant d'atterrir lui même sur le dos. Lorsque sa colonne toucha le sol, il avait déjà saisit son revolver et il tira, droit sur l'arme du colosse coléreux, arrachant celle-ci de son poing.

Il était de nouveau debout, un bras en sang et un peu affaiblit, le revolver dans la main ensanglantée, sa corde d'acier dans l'autre. Il lui restait cinq cartouches paralysantes et il décida de s'en servir. Par trois fois il tira. La première atteignit le Thilix bourré, la seconde vient droit sur le ventre du dénommé Randell et la troisième traça vers Carnimeo. Dans le même temps, il joua de la corde comme avec un fouet à une telle vitesse qu'il était impossible de la saisir, cherchant à maintenir les trois immortels hors de sa porté.

Les immortels, s'ils étaient épargnés par la paralysie musculaire, durent être très fortement surpris par l'enchainement et l'habileté du chasseur.

Il regarda chaque immortel, même la jeune toujours tapit dans l'ombre, Il avait un regard glacial et terrifiant, une fureur meurtrière inégalée chez un chasseur luisait dans son regard. Son visage brillait d'un sourire sadique et féroce. Il parla alors avec une voix puissante, grondante et résonnante.

"Le Pasteur n'est plus ce soir car vous avez réveillé Le Démon ... Que Dieu ai pitié de vous."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mer 2 Déc 2009 - 10:49

Davielle riait. Lenoble pensait qu'il la voyait, mais en réalité, comme l'aura dépends des pouvoirs des immortels, celle de Davielle n'était pour l'instant qu'un mince halo grisâtre imperceptible. En fait, Lenoble voyait l'ombre d'un paquet d'ordure, refléter par la lumière du balcon, un peu dessous.
Et ainsi, jamais le chasseur ne put voir la véritable silhouette se déplacer vers lui.

La corde d'acier la fit froncer les sourcils, mais fallait simplement qu'elle en attrape le bout pour que le chasseur ne puisse rien. Et profitant du fait qu'il observait toujours les trois autres, elle se faufila derrière lui, sans le moindre bruit. Elle avait retirer ses bottes, et même si le chasseur aurait voulu, la carnivale avait tellement l'habitude, que même Ezechiel était incapable de l'entendre venir.
En silence, donc, elle se rapprocha de plus en plus. Lenoble avait préféré arrêter son manège avec le filin d,acier, et le bout de celui ci trainait par terre, comme la queue d'un chat au repos.
Elle enlaça tranquillement le filin autour de ses doigts, afin de ne pas alerter trop facilement le chasseur sur ses intentions. Et la carnivale sourit, on allait bien voir qui allait être le plus fort.

Mais il était évident que le mortel verrait tôt ou tard le filin se déplacer, et comprendrais que la carnivale avait quelque chose derrière la tête. Aussi, elle décida de jouer et accéléra son pas afin de faire le tour de l'humain. Lenoble ne pouvait pas la voir, elle marchait bien trop vite, mais son aura sembla trembloter, comme si le fait de faire appel a l'un de ses pouvoirs semblait y mettre un peu de vie. L'aura tremblotait comme une ampoule dont le fil électrique était trop usée, et passait constamment du gris foncé au gris pale éclatant. Mais lorsque sa celérite s'éteignit, son aura aussi.Comme la carnivale était encore une enfant, et que ses pouvoirs ne faisait que commencer a apparaitre, il était sur que ça célérité ne durerais pas longtemps. Mais c'était suffisant pour Davielle.

Elle fini par s'arrêter, a coté du chasseur mais un peu en retrais, son sourire carnassier étiré jusqu'à ses oreilles, ses tranchantes dents pointues effleurant ses lèvres avec moquerie. Et cette soudaine prise d'attention était la pour un seul but...détourner l'attention du chasseur sur le câble d'acier...passé autour de ses jambes.


Je crois que vous n'avez pas bien compris, chasseur. Les balles ne nous affecterons pas, malgré vos croyance. Car elle ne traverserons jamais l'armure de notre peau. Essayez, mais vous risquez simplement de vous retrouver a court de balle devant des fauves affamés. Je ne veux pas avoir l'air méchante non plus...mais vous êtes un peu dans de sales draps.

Et si Lenoble se serait donné la peine de l'observer elle, on aurait pu croire qu'il était impossible pour une si belle jeune femme d'habiter un démon aussi féroce. Et pour les deux autres carnivals, il ne faisait aucun doute qu'elle était aussi féroce, et même peut être plus qu'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thilix

avatar

Nombre de messages : 227
Age : 26
Localisation : DERRIÈRE TOI!
Rang : Amiral-Maréchal
Ordre : Sadizar
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mer 2 Déc 2009 - 15:36

Le Pasteur croyait avoir tiré sur Thilix, mais ce n'était qu'une épaisse croûte d'os qu'il pu toucher, Thilix n'avait pas bouger depuis le moment que le Carnival lui avait dit que cet homme avait tiré sur sa bien-aimée, bizarre? Il était seulement resté là en regardant l'homme d'un regard aussi fou que celui du gouverneur sinon plus et était concentré sur le pauvre homme qui était là a essayer de se défendre contre trois immortels beaucoup trop puissant pour lui, même si il était le meilleur de tous, même les meilleurs ne peuvent rien contre plus fort qu'eux. Il commença à chantonnez un peu en Russe puis finit sa chansonnette et pointa le chasseur. Une espèce d'énergie passa à travers tous les immortels en ne faisant que les faire frissonner et frappa de plein fouet Lenoble qui en ayant cette énergie en lui commença à se planter sur le sol et a crier son dieu.

-Вы сынок - - a - сук, вы не коснет моей милочке больше в любое время! Вы не будете иметь никакое усилие жизни в 4 секундах, поэтому что ваши последние слова?

Il criait en Russe ses mots qui ne disait rien à personne, c'était la vieille langue qu'il parlait de son pays mais tout le monde savait que c'était bientôt la fin pour Lenoble, ses côtes commençaient à se déchirer, du sang coulait de tout ses orifices, sa peau se pelait, ses côtes sortaient de son corps, en envoyant tout ses organes sur le sol et on pouvait voir son cœur qui battait dans sa cage thoracique. Mais quelque chose trafiquotait dans la tete de Thilix, etait-ce peux-etre une nouvelle conscience qu'il avait eu avec l'arrivee de sa bien-aimee dans sa vie ou etait-ce peux-etre la pitie, quelque chose qu'il n'avait jamais eu auparavent mais le corps de Francois Lenoble se deformait et se reformait c'etait une scene tres bizarre mais a la fin on pouvait reconnaitre le corps de ce chasseur intact même si quelques immortels l'haissait et d'autre l'aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Jeu 3 Déc 2009 - 18:16

Le chasseur ne prêta que peu d’attention à la jeune fille, mais lorsqu’il aperçue sa corde dans les mains de la jeune carnival, il sauta sur elle. Il avait poussé sur ses jambes en gardant les pieds joints et attrapa les épaules de la fille, la projetant au dessus de lui. Il la tenait toujours lorsqu’il fit une pirouette dans le but de la jeter dans le vide. Mais sans trop savoir pourquoi, peut être au vu de son âge, il la balança sur l’amiral carnival.

Il se relevait à peine qu’un coup d’une violence foudroyante le projeta au sol. De nouveau il se releva pour faire face à Thilix. Il dut être fort impressionnant de voir ces deux mastodontes, tout deux de grande taille et d’une très forte carrure face à face. Puis il senti pour la première fois depuis très longtemps une vive douleur. Il sentit ses os commencer à bouger jusqu’à ce qu’une côte perce sa peau.
A cet instant, il hurla. Pas un hurlement de douleur, mais un cri de rage. Un rugissement qui aurait fait frémir le plus preux des chevaliers. Son corps se déchirait, ses organes se faisaient la belle, en baissant les yeux, il vit certaines de ses côtes déchirer la peau pour sortir comme de vulgaires clous. Même sa peau partait.

Son rugissement se tue, il n’émettait plus le moindre son et il se redressa. Il présentait toute sa hauteur au sadizar, toute sa puissante carrure et plongea ses yeux dans les siens. Son visage restait presque totalement impassible à la douleur quelques rictus mis à part. N’importe qui aurait put voir en cet être qu’était le chasseur une volonté d’acier, une maitrise parfaite de sa condition physique et une gestion de son système nerveux totale. Ses yeux évoquaient sa puissance absolument fabuleuse pour un simple mortel. Il disait ne craindre ni la mort ni la douleur et il était en train de le prouver.

Puis une chose changea dans le regard de Thilix et le chasseur sentit quelque chose d’étrange. Son corps se reformait, chaque organe et os reprenait sa place première et pour le moins vitale.
Mais la douleur fut telle, pire que tout ce qu’un être même immortel pouvait supporter, qu’il laissa échappé un cri court et bref de douleur. Puis il s’affaissa, son genou tapant le sol.

La scène devenait réellement étrange. Le plus grand chasseur était agenouillé devant l’amiral sadizar haletant, ce dernier ayant étrangement abandonné l’idée de le tuer.
François ne comprenait pas. Si l’amiral avait continué, le chasseur aurait réuni toute sa puissance et jamais Thilix n’aurait eu le loisir de se vanter d’avoir tué Lenoble car il en serait mort.

De nouveau il se redressa, son épaule saignant toujours abondamment. Dans sa lutte contre la douleur, il avait tant serré les poings que la crosse de son revolver s’y était imprimé et que sa corde l’avait entaillé. Il fit un tour complet sur lui-même afin d’analyser de nouveau la situation.

Compliquée et encore le mot était léger. Ils étaient de retour au point de départ, sauf que lui était blessé bien que cela ne le gênait pas. Il s'adressa alors à tous avec une voix rauque.

"Et maintenant?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Randell Oland

avatar

Nombre de messages : 15
Rang : Gouverneur
Ordre : Carnival
Date d'inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Ven 4 Déc 2009 - 22:52

Oland prit son temps pour le moment opportun mais tout ce qu'il vu était un humain banal en train de se débattre comme un enfant de 4 ans. Il alluma la lanterne bleu accrocher à sa hanche. La lanterne lui faisait se sentir comme sur le champ de bataille lorsqu'il affrontait les chars d'assaut. Il vit LeNoble lancer la jeune femme en direction de son maréchal et décida de l'attraper au vol. À la vitesse de l'éclair il réceptionna la jeune femme qui avait l'air d'un enfant entre ses mains. Il la déposa en sécurité près d'Ezechiel.

Restez ici nous allons nous occupez de lui.

Oland fit face à LeNoble qui se redressait de l'attaque de Thilix. Lorsqu'il entendit LeNoble en redemander Oland sourit de manière machiavélique en laissant paraitre toute sa mâchoire de Carnival. Il ne demandait que sa de la part du chasseur son sang répartit partout et ses membres déchiquetés. Oland voyait LeNoble en train de demander pitié dans son imagination alors que le Carnival se tenait au dessus de lui.

Vous voulez savoir ce qui se passe maintenant? Mais je veut bien vous répondre, maintenant vous avez affaire à moi!

Oland sortit son arme de sous son manteau et serra la main gauche en un poing. L'arme qu'il portait était une arme encore jamais vue auparavant. Sur les champs de bataille cette arme inspirait une grande frayeur chez l'ennemi, capable de pénétrer le plus gros blindage jamais construit si elle était utiliser à bout portant. Spécialité que Oland avait démontrer sur les champs de bataille le seul inconvénient de cette arme était le fait que l'arme ne pouvait avoir plus d'une munition chargée. Mais sinon cette arme était un fléau pour tout ce qui se retrouvait devant. Il pointa en direction de LeNoble afin de lui faire comprendre que cette arme il l'a sentirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Dim 6 Déc 2009 - 14:54

Lorsque François se retrouva nez à nez avec l'immense fusil de Randell, il grimaça. La situation commençait à devenir sérieusement délicate. Il était blessé, trois puissants immortels face à lui dont l'un armé d'un machin qui faisait de sacré trous. La seule chose censée à faire était de fuir. Mais il lui fallait couvrir sa fuite afin de ne pas se faire abattre d'une balle dans le dos. Il savait que faire et la proximité du canon était un don du ciel.

Il plongea son regard dans les yeux de Randell, exprimant une fureur, une folie et une puissance très largement contenue. Qu'il vienne donc au corps à corps, poings et pieds seulement, ils goutteraient tous à ses mains d'aciers. Des coups si puissants qu'ils décrocheraient la mâchoire de certains immortels parmi les plus puissants.
Puis il agit avec une vitesse hallucinante POUR UN MORTEL.

Il fonça sur Randell, écartant le canon du bras gauche. Arrivé au niveau de la gâchette, il écrasa la main de l'immortel, ESPERANT que cela fasse partir le coup dans le vide. Sa masse lancée à forte vitesse percuta l'épaule du carnival, le bousculant sans ralentir le chasseur qui grimaça cependant sous le choc.

D'un claquement, il accrocha la corde à une rambarde de balcon, puis il se jeta dans le vide, exécutant un sublime saut de l'ange. Il descendit de l'immeuble en utilisant ses jambes pour rebondir contre les murs, tout en effectuant des vrilles et des zig zag bien trop rapide pour que l'immortel puisse le suivre avec son fusil. Une fois au sol, il partit en courant.


Dernière édition par François LeNoble le Dim 6 Déc 2009 - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilya Oblodra
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 27
Rang : Jeune Gouverneure
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Dim 6 Déc 2009 - 21:26

Bonsoir...

je suis navré de couper court a ce post pour le moins excitant. Mais il y a un problème sur lequel plusieurs membres m'ont ouvert les yeux. Et je me dois, jusqu'à ce que l'admin décide de l'écrire, de rectifier une règle qu'apparemment, pas tous le monde connais...

Voici:


Ceci est un forum de rôle play, qui nécessite une grande part de responsabilité de la part de chacun, de façon a ce que le jeu soit équitable et juste pour tous le monde. Chaque post dois au minimum avoir au moins 5 a 6 lignes de long (ce qui n'est pas le problème en ce moment...)
Il est aussi impératif de comprendre que chaque personne faisant parti du post agissent en même temps, malgré les messages qui se décalent...les actions s'entrecroise, se mêle, et il faut faire bien attention a ce qui se passe.

IMPORTANT: Vos actions ne sont pas couler dans le béton. Vous ne pouvez écrire vos actions en assumant qu'elles seront absolument réussies. Vous assumez aussi le fait que l'autre va réagir, probablement, afin de vous aider/nuir. Il est donc impossible de réussir toutes ses actions...

Et par mesure d'éviter de se perdre dans les posts de chacun, veuillez inscrire seulement quelques unes de vos actions, allez y dans les descriptions...mais pas 45 millards !!!

Alors, si quelqu'un a d'autre questions concernant ceci...
Veuillez m'en aviser...
Et je n'efface pas ce post...je laisse le soin a l'admin de le faire...et vous êtes fortement conseillez de le lire...


Ici Milanor Lupin: Ce message sera effacé dans exactement 1 semaine pour permettre à tous les joueurs de le lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thilix

avatar

Nombre de messages : 227
Age : 26
Localisation : DERRIÈRE TOI!
Rang : Amiral-Maréchal
Ordre : Sadizar
Date d'inscription : 27/08/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mar 8 Déc 2009 - 21:04

Thilix fût étonné de tout ce que Lenoble était capable de faire... pour un humain mais après ça défaite terrible, il jeta sa bouteille sur le sol et son corps en même temps sauta de l'immeuble pour atterrir en bas, une fracture se fît entendre puis par après, plus rien. Thilix était parti comme il était venu aussi aléatoirement que possible. On pût entendre un cris au loin d'une personne mais à part cela, rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mer 9 Déc 2009 - 0:51

Davielle se laissa porter par Gesspenst avec une moue furieuse, mais ne se débattit pas. A quoi bon essayer de se défaire de l'étau d'un carnival bien plus puissant que lui. Mais quand même, fallait pas exagérer.
D,accord, il lui avait épargner une chute possiblement douloureuse. Mais devant son amiral, se faire rattraper comme un vulgaire enfant la faisait rager en silence. Même si son expression en valait la peine tellement la carnivale était furieuse.

La main toujours refermé sur le cable en acier, elle laissa Lenoble descendre...tous en lui faisant gouter a une chute un peu abrute quand a la dernière seconde, elle tira suffisamment fort pour lui faire lâcher le cable de la main...ou lui arracher la peau s'il décidait de garder les mains dessus...
Il se sauvait, et Davielle ne voulait pas lui courir après. Mais quand meme...fallais pas la lui rendre aussi facile. Et quand Lenoble se tira hors de vu, la carnivale ramena le fil tranquillement...on ne devinerais jamais asser a quoi un fil pourrait servir. Alors pourquoi pas le garder...

Toujours renfrognée, jetant des regard noir de temps a autre au colosse qui l'avait rattraper, et des éclairs furtifs a son amiral...qui la mettait mal a l'aise, elle s'appuya contre la cheminer de pierre, attendant de savoir ce qu'eux aurait a dire sur le sujet. Il était évident qu'Ezechiel Carnimeo n'allait pas rester muet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Randell Oland

avatar

Nombre de messages : 15
Rang : Gouverneur
Ordre : Carnival
Date d'inscription : 24/10/2009

MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   Mer 9 Déc 2009 - 22:47

Voyant LeNoble foncé vers lui Oland sourit, voulait-il vraiment mourir tout suite. Lorsqu'il vit LeNoble tenter de le plaquer Oland ne broncha pas et lorsque Lenoble essaya de faire partir le coude son arme le bras d'Oland se raidit de toute sa force afin de ne pas tirer son coup dans le vide. On dirait que le chasseur essayait de s'enfuir Oland décida de rester la afin de savoir si il voudrait tenter quelque chose de différents. Il vit LeNoble s'élancer dans le vide et déguerpir sans demander son reste. Il vit le Sadizar se jeter lui aussi en bas de l'immeuble t partir il ne restait plus que son Amiral Maréchal et la jeune femme qu'il avait rattrapé un peu plus tôt elle semblait d'ailleurs un peu frustré de s'être fait attrapé par lui. Il n'arrivait pas à comprendre pourquoi la jeune femme semblait si en colère. Il tourna alors son regard vers Ezechiel son amiral non plus ne semblait pas être de très bonne humeur.

Alors votre plan de le faire chasser par ses semblables êtes vous toujours du même avis ou vous voulez qu'on prenne des méthodes un peu plus drastique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un violon sur le toit... (François LeNoble)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un violon sur le toit... (François LeNoble)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.
» Jean Raspail à l'Académie Française
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» Le toit, super endroit pour une sièste... Ou pas. [PV May Willis] [terminé => suite à l'infirmerie]
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortel :: Paris :: Les Rues Résidentielles-
Sauter vers: