AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le retour de la bête en cage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cypher

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 29
Localisation : Québec
Rang : Ancien Gouverneur porté disparut
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Le retour de la bête en cage   Mar 20 Déc 2011 - 2:43

Comme observateur de l'aube de l'apocalypse, Cypher observait la ville de Paris. Plusieurs quartiers étaient en feu et les sirènes de police et de pompier résonnaient aux travers de la ville lumière. Il observait la déchéance de la ville et il soupira. Ainsi donc, voilà la beauté de Paris ? pensait t'il, enfin réduite en cendre par l'ordre du péché. Il en était répugné, l'échec n'était pas une option.

Comment l'ordre de la lune pouvait lutter contre cette situation... pour lui la situation était clair, éliminer Flamarion devait être une priorité et faire écrouler Notre-Dames ! Pauvre fauve sans intelligence que ce Cardinal. Il avait littéralement craché sur sa chevalerie du passé.

Il en avait assez et il voulait intervenir, il voulait tuer ceux-qui osait massacrer impunément des mortels. Flamarion, Ezechiel... Après tout ! Il était le descendant de Valkar, défenseur de la justice et gardien de l'ordre de la lune... l'esprit vengeur d'Arnéus vint un instant prendre le dessus sur la conscience construite de Cypher. Il ferma les yeux et déploya ses ailes pour ce propulser vers Notre-Dame qui brillait de tout ses feux. Il approcha du rebord.

Avant de sauter vers l'affrontement, il referma ses ailes, il lui fallut un instant avant de réalisé que son visage, au lieu d'être calme et près à lutter pour le bien, ce délectait de la situation et arborait fièrement un sourire sanguinaire. Cypher reprit le dessus.

Il était un assassin, un criminel sans aucun honneur outre que l'honneur du sang. Il avait massacré des familles entières d'immortels et depuis son arrivé à Paris avait tuée 32 fois. Il aimait tuer... sentir le sang chaud de ses ennemis sur sa lames sentir leur tripes et leurs organes entre ses doigts. Il était Cypher... même si sa conscience lui interdisait d'agir ainsi... il était l'esclaves des Scientias... le fléaux des immortels, l'ange de la mort de l'éternité. Il ne voulait plus.

*Vilya... Delvatis... que suis-je devenu mes frères et soeur... comment en sommes nous arrivés là ?*

Arnéus malgré sa bonne conscience, il renonça à ses idées de vengeance et resta assis sur une corniche et la tête basse observa la ville en proie au chaos et aux flammes d'Inéalis Flamarion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilya Oblodra
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 27
Rang : Jeune Gouverneure
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   Mar 20 Déc 2011 - 15:23

Vilya s'était éclipsé de la confrontation avec la nouvelle venu. Non qu'elle avait eu peur, mais elle avait vraiment voulu mettre l'homme en sécurité, et ne voulait pas être obligé a tuer un immortel. Pas aujourd'hui.
Mais quelque chose risquait de mettre son sang-froid a l'épreuve. Un homme se tenait assis sur une corniche, et les ailes noires qu'il laissait traîner dans son dos ne laissait aucun doute sur son identité. Mais elle ne s'approcha pas directement, elle se contenta de planer d'abord au dessus de lui, en laissant ses ailes couleur argent la camoufler contre le ciel nuageux au dessus d'elle. Puis, elle observa Paris a partir de son point de vue. Un quartier brûlait, un quartier adjacent a la Cathédrale de Flammarion. Ainsi il avait commencé son grand ménage. Le moltanor commençait a lui taper royalement sur les nerfs. Et elle vit que Cypher semblait lui aussi regarder la scène.

Elle se posa derrière lui, a bonne distance. Elle connaissait sa rapidité légendaire, pour l'avoir mainte fois observer et expérimenté, et elle ne voulait pas risquer sa vie outre mesure. Elle aimait cet homme plus que tout, mais elle détestait ce qui avait pris sa place. Vilya s'avais que quelque part en dedans de lui, Arnéus vivait encore. Mais elle n'était toujours pas parvenu a le faire sortir. Et cela la rendait plus frustré a chaque essai. Elle se tint debout, et attendit. Elle ne voulait pas bouger, ou avancer le moindre mouvement qu'il pourrait interprété comme hostile. Elle voulait lui laisser le temps, et voir qui, de Cypher ou d'Arnéus, allait prendre le dessus avant l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypher

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 29
Localisation : Québec
Rang : Ancien Gouverneur porté disparut
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   Mer 21 Déc 2011 - 6:57

Une aura d'immortelle était dans l'air, Cypher le savait. Il resta néanmoins immobile, observant sans la moindre émotion la scène. Tout ce chaos... toute ces flammes qui abondaient qui grugeait les bâtiments, mêler au bruit des coups de feux et à des hurlements de douleur. Un spectacle immoral pour un représentant de L'ordre de la Lune. Lorsque Vilya se posa derrière lui, il n'y démontra aucun stress, ni aucun geste. Arnéus et Cypher n'était ni un, ni l'autre dominant... il était simplement un étrange mélange des deux. À la fois froid et réfléchi. Il reconnu Vilya par son odeur et par son ombre.

Ainsi donc... voilà la gouverneur des Valkars. Celle qui l'avait remplacé.. Il trouva le contraste intéressant de comparer le spectacle du quartier brûlé avec la présence de l'ange d'argent derrière lui.Il déploya ses grandes ailes noires, qu'il étira comme pour détendre l'armature de métal qui ce trouvait à travers son corps et ses ailes et en les repliant de chaque côtés de son corps déposa sa terre faux à côté de lui et dévoila les deux poignards recourbé qu'il portait. Ses poignards, Vilya les connaissaient bien.

Trois puissants gouverneurs avaient autrefois reçu des poignards similaire, tous hélas furent déchu et exilé. Delvatis Ogonel, Arnéus Valkar et Balthazar Carnimeo.

"Qu'est-ce que tu veux?!" Son ton était sec et direct.

"Le spectacle est gratuit, si tu veux en profiter avec moi." Le sarcasme était évident.

Cypher ricana un peu. Sa voie était froide et sans la moindre émotion, un peu comme si l'information était philtré avant d'être envoyé. Il resta dans la même position, immobile comme un gargouille qui silencieuse observe la ville.

Au loin, les cloches de la maudite cathédrale sonnait minuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilya Oblodra
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 27
Rang : Jeune Gouverneure
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   Mer 21 Déc 2011 - 14:40

Vilya le vit étirer ses ailes et remarqua avec douleur le changement dans leur dispositions. Il y avait clairement quelque chose de pas naturel dans la manière qu'il avait de les étendre, et elle souffrait de voir son ami être torturé ainsi. Certe, il semblait plus fort et plus puissant qu'avant...mais a quel prix. Elle le vit dévoiler ses armes tout en déposant sa faux, et la gouverneure compris le message. Cypher était la personnalité immédiate du valkar, Arnéus probablement proche en dessous puisque le valkar ne s'était pas jeté sur elle pour la tuer. Néanmoins, elle se sentais si impuissante et seule face a la seule personne qui pouvait encore la réconforter dans ses moments si sombre. Elle n'avait rien eu depuis sa nomination, pas une parole gentille ou un mot de valorisation de la part de ses confrère. La jeune femme affrontait les conflits et les responsabilité depuis le début, seule et sans appui, et elle se sentait las. Mais elle ne pouvait rien y faire, et le temps de l’apitoiement était fini.

Elle se rapprocha un peu, bravant son instinct de fuite et freinant celui qui la poussait a hurler de rage et a se précipiter vers Cypher. Pleine d'un calme se voulant serein et noble, elle se tint debout sur le coté gauche de Cypher, encore une fois hors de portée, et observa l'horreur qui s'étendait devant ses yeux. Alors qu'elle parlait, elle se refusa a tourner la tête vers lui. Elle en aurait surement pleurée de frustration et de tristesse, et elle maîtrisa sa voix de son mieux pour ne pas laisser paraître son trouble.


Je vous remercie de la si généreuse offre. Je ne prend que rarement le temps de savourer un aussi beau moment en votre si chère compagnie. Je suis enchantée de voir accordée l'honneur de rester près de votre personne. A ne pas si méprendre, le ton de voix de Vilya était exagérément sarcastique, afin de répondre a la réplique tout aussi acidulée de Cypher...Mais elle perdit son sarcasme pour tomber dans son registre de voix habituel et légèrement exaspéré.

Je ne veux rien d'autre que prendre un moment pour penser, et je préfère encore le passer avec vous plutôt que de prendre le risque de tomber sur Flammarion. Alors a moins que je vous dérange a ce point, je prend la permission de rester. Et si vous en arriver a vouloir me tuer, alors tant pis. Mais je n'ai pas l'intention de changer d'idée, et ce n'est pas un rustre meurtrier comme vous qui va y parvenir.

Il se trouve en plus que votre corniche soit ma préférée dans le sens où l'on peu voir une bonne partie de Paris sans se tordre le cou sur la Tour Eiffel, alors je vous pris de comprendre le mot partage. Je peux même me montrer agréable et entamé une jolie conversation, mais je doute que vous vouliez vraiment vous attarder sur ce qu'un immortel de la lune peu bien raconter. Alors a vous de choisir, moi je ne bouge pas d'ici.


Vilya savait qu'elle en mettait un peu trop, mais en même temps, elle voulait voir jusqu'où elle pouvait le pousser avant qu'il ne craque et décide d'en découdre. Et s'il arrivait a garder son calme, tant mieux. De toute façon, c'était le caractère intraitable qui avait fait sa marque, autant que son attitude bienveillante, et Arnéus connaissait bien ses élans de frustrations qui en arrivait souvent a se genre de réplique acerbe. Elle l'avait souvent fait rire ainsi...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypher

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 29
Localisation : Québec
Rang : Ancien Gouverneur porté disparut
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   Ven 23 Déc 2011 - 19:34

Cypher grogna avant de se lever, elle avait encore du cran... une envie de meurtre fut vite arrêté. Il ce retourna, complètement froid et sans le moindre sentiment dans le visage. Il écouta son discours... elle avait du courage, c'était indéniable... elle le vu esquisser un léger sourire amusé à différent moment. Cypher déploya ses grande ailes noire, pour lui bloquer la vue, avant de répondre:

"Tu me parle d'honneur ? Il n'y a aucun honneur en ma présence." Son ton de voie était redevenu froid et insensible... parfois l'effet mécanique de sa voie était mêler à une voie normale. "J'admire ton sarcasme, mais je pense que tu à simplement trop peur pour me faire face."

Il n'avait rien d'autre à dire pour le moment... il la regardait et elle était toujours aussi belle qu'autrefois, mais il ne ressentait rien... rien autre que l'envi que Cypher avait de simplement la découper en morceau et l'envoyé aux scientias. Il résistait bien, ni Cypher, ni lui ne voulait la voir morte.

"Tu veux penser hein ? Tu veux plutôt constater ton échec non? Il n'y a que mort et incendie derrière moi... c'est une belle vu pour moi, pas pour toi." Cypher referma une de ses ailes."Je ne veux pas te tuer Vilya, depuis mon affrontement avec Thilix, il est clair que je n'ai pas beaucoup de chance de t'obtenir en combat rapproché. Je ne vaux pas la peine d'être détruit pour une proie comme toi." Sa voie était Sec.

Thilix l'avait terriblement amoché... le Sadizar restait extrêmement puissant et malgré sa vitesse surhumaine, rien de pouvait percer l'armature d'os de l'amiral Russe. Ses tentacules de sang et sa capacité physiologique dépassait presque ceux de Cypher. Il ne pouvait pas le vaincre en duel. Ils avaient à eux seules détruit une rue entière. S'il ne s'était pas enfui, il serait mort.

"Tu reste une enfant, gouverneur Oblodra. Un enfant qui réclame une corniche. Je te comprend d'avoir peur de rencontrer Flamarion. Il est invincible n'est-ce pas? Grâce à vous, la rumeurs de sa toute puissance est partout. Félicitation !" Il referma sa seconde aile et s'assit sur le rebord. "Si tu cherche encore ma compagnie... tu peut rester... je n'est pas envi de te tuer"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilya Oblodra
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 27
Rang : Jeune Gouverneure
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   Dim 25 Déc 2011 - 20:15

Vilya se rapprocha et vint s'asseoir a coté de lui, croisant les jambes et balançant les pieds dans le vide, comme une fillette au coeur bien lourd...Elle tourna le regard vers lui avec une étincelle de défi au fond de ses iris. Elle n'avait pas peur de lui, bien au contraire.

Détrompe toi, je n'ai pas peur de t'affronter. Je doute de ma chance de gagner, mais je n'ai pas peur de mourir, que ce soit pour mes idéaux ou mes convictions. Mais je n'ai pas envie de me battre, car je ne crois pas que la violence puisse régler tout les problèmes du monde. Certes, c'est parfois nécessaire...mais je préfère éviter, si je le peux...

La jeune femme ramena son attention sur le décors cauchemardesque de Paris, et soupira. Oui, elle avait échoué, ou du moins, Flammarion avait gagné. Elle se sentait vide et épuisée, mais elle savait que seule, ses forces n'était pas asser pour sauver la situation. Mais c'était la première manche...et la deuxième s’annonçait ardue.

J'ai échouée la première manche, mais je n'ai pas l'intention de rester les bras croisé a pleurer mon échec. J'espérais que l'alliance viendrais en plus grand nombre, mais la majorité on fui. Je suis seule, et tu l'a dis, je suis encore enfant. Je ne peux pas espérer battre Flammarion. Et je n'ai pas l'intention de mourir en martyr. Mais je vais faire tout ce que je peux pour lui mettre des bâtons dans les roues. Je sais que tu travaille pour les scientias, alors je me doute bien que tu t'amuse de voir la désolation et l'horreur. Bravo si tu es capable d'en rire. Tant mieux pour toi.

La jeune femme ramena ses pieds sur la corniche et se tourna vers lui. Assise en tailleur a ses cotés, elle profita de la proximité tendue qui se trouvait entre eux pour l'observer plus a fond. Ses traits durs et ses yeux insensible lui faisait mal au coeur, mais elle avait encore espoir. Un espoir naïf, mais un espoir quand même.

Mais je suis stupéfaite de voir que tu arrive a me supporter. L'envie de m'étrangler doit commencer a être asser forte. Je ne veux pas être indiscrète, mais je me demande pourquoi tu n'a pas envie de me tuer, la maintenant. Je dois pourtant être d'une grande valeur pour les scientias non? Et ca fait un certain temps que tu es tranquille, je ne te vois plus souvent roder dans les airs a la recherche de proie facile. C'est quoi? Personne n'est a la hauteur de tes attentes?

Et tout en parlant, elle se rapprocha. Elle voulait tester jusqu’où elle était capable d'aller avant qu'il ne pète les plombs. En ce moment, elle s'amusait beaucoup a le voir comme son ''cobaye'' et elle sentait l'adrénaline couler dans ses veines. C'était dans ses moments la qu'elle se sentait vraiment vivante: l'idée de se savoir a quelque pas, a quelques secondes, a quelques instants d'une situation dangereuse et imprévisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypher

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 29
Localisation : Québec
Rang : Ancien Gouverneur porté disparut
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   Lun 9 Jan 2012 - 0:37

La présence de Vilya ne le stressait pas vraiment. Il admirait son courage et sa détermination, rare étaient les immortels capable de soutenir sa présence. Elle restait très belle, très charismatique malgré son jeune âge, il voyait dans ses yeux qu'elle avait mûrit en peu de temps. Il était content de voir ses espoirs renaître tranquillement, ils avaient peu-être une chance finalement.

Il écouta attentivement le discours de la Valkar... lorsqu'elle commença à s'approcher de lui, Cypher resta de marbre. Cependant sentir son regard sur son visage, le rendit très mal à l'aise. Son coeur battait très vite et sa respiration était haletante... un puissant sentiment de violence traversa son échine lorsqu'elle eût terminé son discours. Une haine grandit en lui, accentué par les multiples implants Scientias pour contrôler ses émotions. En silence et le visage sans expression, il lutta contre se désir grandissant avant de succomber. La dernière réplique de la Valkar le fit exploser.

Il ferma les yeux un instant alors qu'elle terminait sa phrase et en un éclair activa sa vitesse surhumaine d'Amiral-Maréchal. Avec une vitesse équivalent presque la vitesse du son, il tira extrêmement rapidement son long poignard et propulsa celui-ci en direction de la gorge de Vilya. En un clin d'oeil la lames d'argent, s'arrêta à quelque centimètre de la gorge de Vilya. Ayant elle aussi de la vitesse surhumaine, peu-être moins rapide que la sienne, mais présente néanmoins... il prépara sa seconde main pour parer n'importe quel tentative de la Valkar pour l'atteindre.

"Ferme ta gueule ou j'arrache ta gorge ! Tu n'a pas peur de m'affronter ? Parfait. Mais ne pousse pas à bout Valkar, sinon je t'arrache les ailes et je te pulvérise. De plus, tu n'à aucune valeur pour mon maître scientias. Il à des buts beaucoup plus importants, que simplement de vous chasser."

Il se retenu de retirer son poignards, mais son taux d’adrénaline lui empêcha. Ses yeux étaient contracté par la rage, sa bouche et son regard démontrait un rage pur et une envi de tuer évidente.

"Je ne m'amuse pas de voir la dévastation, loin de là. Mon but est de vous massacrer dans le but de vous empêcher de nuire pour justement empêcher des choses comme ça d'arrivé. Vous êtes les uniques responsables, tous autant que vous êtes. Oui, l'alliance de la lune à fui, parce que vous êtes des lâches. N'espère pas simplement vaincre Flamarion, en lui mettant des bâtons dans les roues. Il à des troupes, ses chevaliers et beaucoup d'alliés. Tu pense faire quoi contre lui ? hein! Est-ce que tu compte t'allier aux chasseurs et aux scientias pour qu'ils te tirent dans le dos ? Défendre l'ange et ses extrémistes ? Ou demander à Flamarion de faire des concessions."

Il resta ainsi, la respiration haletante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilya Oblodra
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 27
Rang : Jeune Gouverneure
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   Mer 11 Jan 2012 - 13:16

Vilya ne broncha pas en voyant la lame fondre sur sa gorge, ni ne cligna des yeux quand celle ci effleura sa peau, menacant l'essence de sa vie. Elle n'eu pas le moindre soubresaut de peur ou de fuite et continua de fixer le regard furieux de Cypher avec une moue amusé, limite arrogante. Elle avait déja spécifier a nombre de personne que la mort ne l'effrayait pas. Et sincèrement, elle avait presque hate d'apprendre que l'immortalité avait une fin...
Mais la question limite accusation de son interlocuteur la fit réfléchir, et elle retourna son regard vers l'horizon, tournant la tête et laissant la lame égratigner sa peau, faisant couler un infime filet de sang au creux de sa poitrine.


Qu'est ce qu'un enfant peut faire contre un ennemi qui a vu passer plus de guerres et de conflits qu'il n'a de siècles? Qu'est ce qu'une femme peut faire dans le flot incessant de venin qui s'échappe de la toile d'alliance et de complots de se monde? Et qu'est-ce qu'un ange peut faire contre un idéaliste qui croit avoir le pouvoir d'un dieu derrière elle pour l'appuyer?
Je ne serai pas naive, je ne peux rien faire seule. Et je n'ai pas l'arrogance ou l'orgueil pour me morfondre la dessus. J'ai échouée, c'est dommage mais les blessures d'orgueil ne sont pas mon vice. Je remarque d'ailleur que tu ne fais rien non plus pour empecher tout ca...aurait tu échoué, toi aussi. Tu dit que tu t'allie au Scientias pour nous empecher de nuire. Je regrette de dire que tu a manqué ta vocation. Aucun immortel valable n'a perdu la vie, la ville est en feu et tu me dis que tu es l'a pour controler et empecher la mort et Flammarion de prendre le controle sur les humains...Permet moi de rire! Si tu m'accuse de n'avoir rien pu faire...je te retourne la faveur mon ami. Tu t'es mis les pieds dans les plats autant que moi!


Vilya leva la main et écarta la lame avec ses doigts fin, et essuya son sang avec douceur, sans chercher a le provoquer plus avant. Elle se doutait qu'il n'était qu'a deux doigts d'en finir avec elle, et la sensation de la mort la guettant d'aussi près lui donnait des frissons de plaisir qui courait le long de son échine. Et dans ses yeux dansait une lueur aguicheuse et passionnée d'un daredevil ayant trouvé le summum de l'excitation. Mais pour le reste, elle était un exemple de calme et de sang froid, et elle ne voulait pas non plus pousser le diable trop loin.

Bah, peut être sommes nous deux immortels destinés a vivre en paria dans ce monde. Toi tu te bats pour les Scientias, et moi, je suis condamnée a attendre, que le temps et le pouvoir rende Flammarion trop imbu de lui même pour se soucier de qui que ce soit et qu'il perde la notion de danger. Peut être alors aurais-je une petite chance...même mince, de mettre un terme a son immortalité. Bien que je doute que j'y parvienne. Au pire il me tuera, ce ne sera pas la fin du monde.

Elle passa les doigts dans ses cheveux et soupira. Elle en aurait rit de se voir ainsi, assise et nonchalente, a coté d'un homme pointant un poignards sur elle et cherchant par tout les moyens a se controler de lui sauter dessus pour la mettre en pièce. Et elle ne faisait que laisser aller toutes ses réflexions comme si ce viel ennemi était soudainement devenu le meilleur des confidents. Elle avait vraiment le don d'aller chercher les situations les plus étranges, et de se frotter aux hommes les plus dangereux de Paris. D'abords Flammarion, ensuite Thilix, puis Ezechiel et maintenant Cypher. Soit elle avait du talent pour réussir a charmer autant de mâles a la testostérones élevé et aux tendances meurtrières incroyables, soit elle était simplement chanceuse. Et dire qu'elle n'en profitait meme pas...sauf peut être pour Thilix. Et quelque chose en elle la poussait a se réessayer sur Cypher...mais maintenant était-il le bon moment?


Tu a peux être perdu ce qui faisait de toi un immortel, mais je ne crois pas que toi, tu sois perdu pour autant. Tu a un coeur, Cypher, même si tu ne t'en rends pas compte. Je sais qu'il te reste encore de l'espoir, et un coeur d'ange caché sous l'acier de tes os. La preuve, tu te tients ici avec moi, et tu lutte contre l'envie de me tuer. Soit parce que tu a recu l'ordre ne pas me tuer, mais tu m'a dis que je ne valais rien pour eux, soit parce qu'il y a quelque chose qui te tracasse et que tu te bats contre toi même. Mais pourquoi ne voudrais-tu pas me tuer? Et ne dit pas que c'est parce que tu a peur de Thilix, je ne crois meme pas qu'il se souvienne de moi. Au pire, je peux toujours regler ton dilemne...si tu veux.

Et Vilya décida de s'essayer. Elle attrapa le poignards dans sa main d'un geste vif, se souciant peu du sang qui se mit a couler, sur la lame et sur le bras de Cypher, et l'écarta pour que le poignard pointe vers son bassin et non pas sa gorge. Elle se redressa et se projeta contre lui, et avant qu'il ne puisse réagir, se faufila jusqu'a son torse et d'un mouvement de bassin, s'installa sur ses genoux, les pieds dans le vide, et l'embrassa. Peut importe s'il se déchainait sur elle et la déchiquetait. Peut importe qu'il la pousse en bas et qu'il la pourchasse sans pitier a travers la ville pour la tuer et la planter sur un mur d'édifice. Peut importe qu'il lui arrache les ailes et qu'il la traverse de sa faux. Il avait posé le défi, ou du moins, elle avait vu cela comme un défi, et Vilya avait succomber a son démon. Daredevil jusqu'au bout, elle ne se refusait plus rien. Si elle avait survécu a Ezechiel et si elle avait réussi a charmer Thilix, elle pouvait percer Cypher mieux que n'importe qui. Et elle refuserais de s'avouer vaincu tant qu'elle ne verrais pas une lueur de vie dans le regard de son viel ami. Elle lui devait bien ça et même la mort ne parviendrais pas a la convaincre de rebrousser chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypher

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 29
Localisation : Québec
Rang : Ancien Gouverneur porté disparut
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 25/03/2008

MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   Mer 8 Fév 2012 - 5:55

Cypher écouta attentivement le discours de Vilya, elle avait du cran. Il regarda le sang couler sur la poitrine de Vilya et ce demande s'il devrait pas la tuer maintenant et régler le problème. Mais il avait d'autre projet. Il resta complètement froid devant la manifestation de sentiment de Vilya. Il avait un coeur de pierre et aucun traits de son visage de démontra la moindre émotion. Il était un tueur, un monstre crée par les scientias pour l'unique but d'anéantir les immortels. L'avantage était qu'aujourd'hui, ils avaient un ennemis commun.

Il voulait répondre, mais sa bouche refusais de la faire. Il voulait pouvoir répliquer, mais son corps en entier l'obligeait à une tout autre décision. Elle cherchait vraiment à le ramener vers le droit chemin ? Brave petite. Lorsqu'elle retira la lame, Cypher décida de ne rien faire et il a rangea dans son fourreau.

Il voyait dans son regard toute l'expérience qu'elle avait vécu depuis qu'elle était à Paris... elle avait du en voir beaucoup pour avoir ce regard désormais si mûr. La proximité de Vilya fit frissonné Cypher de sentir la femme qu'il avait aimé si près de lui lui fit chaud au coeur. Cette chaleur devint insupportable et lorsqu'elle posa le baisé sur ses lèvres, la haine traversa son visage. Tellement d'expérience avait été fait sur lui, tellement de modifications génétique. Il voulut d'abord lui mordre la lèvre tellement fort qu'elle en hurle, mais la bouche ne voulait pas que l'étreinte ne s'arrête.

Son corps réagit promptement, en réponse à cette chaleur inhabituelle. Les Os de Cypher avait été mélanger avec différent alliages de métaux rendant son bras quasiment indestructible et les Os fait de métal pur. EN réponse à l'amour de Vilya, Cypher envoya son bras avec toute sa puissance ce fracasser sur la mâchoire de la gouverneur Valkar. Son but n'était pas de la tué mais bien de lui casser littéralement la mâchoire.

Il répondrait aux commentaires plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilya Oblodra
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 27
Rang : Jeune Gouverneure
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   Jeu 9 Fév 2012 - 11:58

Le coup était loin de pouvoir la tuer, néanmoins, le choc la fit tomber de son perchoir improvisé et elle dut s’agripper au rebord du toit pour ne pas se retrouver fracassé sur le trottoir, plusieurs mètres plus bas. Mais sans éprouver de colère, simplement une profonde tristesse, Vilya se ressaisit, et pris son mal en patience. Déjà, son pouvoir de guérison agissait pour calmer la douleur et réparer les os, qui avaient effectivement éclatés à l’impact du poing de Cypher. D’un léger coup d’aile et se tirant avec les bras, elle se réinstalla sur le rebord, les jambes toujours dans le vide, et se massa fortement les mâchoires, cherchant à les réinstaller au bon endroit. Certes, elle se réparait toute seule…mais elle avait quand même besoin de la remboiter manuellement. Ce qu’elle fit, avec un craquement peu agréable et une légère grimace de douleur. Puis, elle se retourna de nouveau vers Cypher, le regard légèrement plus froid que la seconde précédente, l’éclair d’excitation et d’espièglerie en moins. Elle était déçu et triste, mais elle tacha de ne pas le laisser voir. Elle ramena ses jambes sous elle, assise en tailleur, et les mains se massant le visage, elle observa l’immortel en silence, un moment. Elle ne voulait pas non plus se risquer à dire un mot et à se faire frapper une nouvelle fois. Et la douleur irradiait encore de ses os endoloris et même son pouvoir n’arrivait pas à l’effacer en entier. Peut-être que la douleur était mental, à cause de sa sensation d’échec, elle ne pouvait pas le dire.
Elle décida de briser le silence, peu importe la réponse verbale et/ou physique qui s’en suivrait. Sa voix était légèrement plus rauque, le sang ayant coulé dans sa gorge entravant sa respiration, et l’empêchant d’articuler proprement. Ses lèvres avaient d’ailleurs reçu une généreuse couche de vermeil et lui donnait un air presque diabolique, avec sa peau très blanche et ses lèvre rouge et pulpeuse (le coup avait aussi fait enfler les lèvres, et ça, même son pouvoir ne pouvait pas l’empêcher.)


Sérieusement, Cypher, je suis déçue. Tu n’es même pas capable de me tuer du premier coup, et sincèrement, je préfèrerais que tu ne joues pas avec moi si tu as vraiment l’intention de me tuer. Sinon, je ne comprends vraiment pas. Que tu me casse la gueule, ça te ressemble…mais pourquoi? J’avoue que je n’en ai aucune idée…

Mais son attitude commençais réellement a la faire chier, et elle avait hâte qu’il vide son sac. Que lui voulait-il? D’accords, elle avait commencé la conversation avec lui, et il n’avait peut-être rien à lui dire ou la lui demander. Mais il n’avait rien fait pour partir, rien fait pour la tuer réellement et n’avais pas éclaté en un monstre de haine et de colère sans borne. Il avait beau ne pas avoir de cœur, ce qui était faux, elle en avait encore l’espoir, Vilya ne pouvait pas croire que cet homme n’était devenu qu’un pantin sans le moindre cerveau? Et s’il n’avait vraiment pas de cœur, elle s’arrangerait pour trouver un moyen de le lui ressusciter…son cœur! Et la colère commença à enfler dans le petit corps de l’immortelle.

Mais sérieusement, pourquoi? Pourquoi reste-tu l’a, sans rien faire, a me regarder comme une gargouille morte et sans esprit. Peut-être tu n’as pas de cœur, mais je ne peux pas croire, que le grand Cypher, soit devenu le pantin de quelques humains qui n’ont rien à faire de nous. Ok, je me doute que les scientias ce sont amusé avec toi, peut-être un peu trop. Mais tu sait quoi? Je m'en fout. Joue les pauvre victime, va! Morfond toi et prétend que tu n'existerais pas sans eux. Tu n'a pas le choix? Mon oeil.
Vilya s’était levé, entre temps, et surplombait désormais Cypher, et s’il se levait contre elle, peut lui importait désormais. Elle en avait assez…


Pourquoi est-ce que tu ne me tue pas…parce que je pourrais m’allier à toi pour tuer Flammarion? Quelle aide puis-je être pour toi? Je ne tuerai pas d’immortel, et je ne suis pas assez forte pour m’approcher de Flammarion avec une dague à la main. Que veux-tu de moi? Me torturer? Tu le fais déjà à me regarder avec un regard apathique et sans vie, je n’ai pas besoin de plus pour souffrir. Je te préfère presque quand tu es furieux après moi…au moins il y a quelque chose dans tes yeux…

Tu me dis que tu agis pour les scientias…pourquoi alors y en avait-il un, mort, au milieu d’une ruelle, avec la blessure d’une faux en travers de la poitrine? Pourquoi, si tu t’es fait scraper le cerveau, est-ce que tu te tiens à côté de moi, sans me tuer? N’est-ce pas l’ordre que tu as reçu : tuer TOUS les immortels? Tu n’es pas supposé bavarder avec eux, tu n’es pas supposé te tenir ici à regarder flammarion sans rien faire, tu n’es pas supposé rester la alors que des immortels font la fête, sur les quais de Paris…
Vilya brandit l’invitation de Yaelle à bout de bras, qu’elle avait gardé dans ses poches de manteau, désormais à terre, et qu’elle jeta au visage de Cypher.
Et tu n’es pas supposé te laisser embrasser par une immortelle, sans rien faire d’autre que de lui foutre ton poing dans le visage. Tu aurais dû me tuer Cypher, tu aurais du. Pourquoi ne l’as-tu pas fait? Tu as été modifié de partout, et tu te targue presque d’avoir perdu ta mémoire, et de faire croire que tu sers les scientias corps et âme…alors pourquoi murmure tu encore le nom de Delvatis, et le mien? Et ne viens pas me dire que c'est parce que tu n'a pas de coeur, ou que tu es un tueur sans émotion. Si c'est vrai, je vais te donner le mien et tu n'auras plus rien a te plaindre, maudit soit-tu! Je peux faire ca maintenant, si tu veux! Je peux me tuer, et régler ton probleme. Je suis passé maitre dans l'art de me soigner, je dois être pas si mal dans l'art de me tuer! Je n'en ai pas envie, je préfère encore esperer...mais si c'est ca qu'il faut pour te ramener une étincelle de jugeotte dans ton cerveau d'immortel, je vais le faire avec plaisir. Et s'il faut que j'aille botter le cul de chaque Scientias pour te sortir de ta léthargie, je vais le faire aussi!


Vilya était resté debout, et la fin de sa phrase sonnait comme un défi et une claque contre Cypher. Elle cracha un jet de sang sur le sol, et laissa échapper un grognement de rage en croisant son regard. Elle avait envie de pleurer et de le prendre dans ses bras, mais la jeune femme ne savait pas si c’était pour le réconforter ou pour lui tordre le cou (Même si Vilya était parfaitement consciente qu’elle n’était pas assez forte pour le faire, mais d’essayer semblait presque amusant.) Elle en avait assez. Elle voulait agir contre Flammarion, et l’idée qu’il veuille l’avoir comme allié contre lui avait effleuré son esprit. Mais a moins d’avoir la chance de son coté, elle ne pourrait pas lui être d’une grande aide. Mais elle préférait l’avoir comme allié de façon temporaire, lui permettant de rester près de lui et continuer son manège. Si elle devait le gagner à l’usure…pourquoi ne pas essayer? Mais elle avait besoin qu’il ouvre son sac et réagisse, sinon elle risquait fort de voir l’opportunité se fermer aussi rapidement qu’elle s’était ouverte. Debout, juste à côté de Cypher, ses ailes ouverte le surplombait, et pour une fois, elle avait vraiment l’air d’un gouverneur valkar près à se battre, et non plus d’une jeune fille cherchant a savoir sur quel pied danser. Ses cheveux noirs encadraient son visage à l’expression sévère et ses yeux argent renvoyaient des éclairs d’adrénaline et de colère. Et elle prête à affronter n’importe qui ou n'importe quoi…mais surtout Cypher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour de la bête en cage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour de la bête en cage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» BELGIQUE (La Louvière): cage 14 croisée (griffon) épagneul
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortel :: Paris :: L'Horloger Abandonné-
Sauter vers: