AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Qui repend le sang verra le sien couler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Qui repend le sang verra le sien couler   Lun 25 Jan 2010 - 12:05

Pluie battante et vent fort malmenaient la ville de Paris. Capitale française et visiblement capitale des immortels. Quelques rares personnes courraient sous les trombes d’eau, zigzaguant sous l’effet du vent, afin de se mettre à l’abri. Une ombre massive et droite se tenait cependant immobile sur une corniche, insensible à la pluie glaciale et résistante au vent. Un long manteau de cuir noir qui brillait à la faible lueur perturbée des lampadaires et fouettait l’air sous la force du vent. Un chapeau vissée sur le crâne et d’où coulait l’eau de pluie qui s’accumulait dessus.
Le chasseur avait les mains dans les poches et attendait immobile l’arrivée de ses cibles.

Ses hommes l’avaient averti qu’un petit groupe de cinq carnivals se regroupaient chaque soir pour un festin de chair humaine arrosé à saturation. Il savait qu’ils passeraient par là et les attendaient pour leur faire payer des années de meurtres. Il avait insisté pour agir seul et sans arrière garde, car ces cinq hommes étaient activement recherchés par la police pour leurs meurtres et il était désireux de faire remonter son image au sein des la population des mortels. Il avait sentit que les mortels commençaient à craindre que ses agissements ne leur nuisent et ils le tenaient de plus en plus responsable de leurs malheurs.
Alors il était là, impassible face au gros temps, mais il n’avait pas choisi cette nuit pour rien. La météo renforcerait la peur qu’il inspirerait.

Puis il les vit. Cinq sombres silhouettes bataillant contre le vent et rasant les murs. Alors il se décida à entrer en action. Sa puissante voix éraillée retentit comme le tonnerre de l’enfer, et ses paroles cherchaient à effrayer. Un immortel est tout aussi sensible qu’un mortel à la terreur des mots après tout.

« Cinq immortels, cinq carnivals, cinq assassins, cinq morts. Voici la vision que j’ai eue de vous. Voici l’ordre que Dieu m’a donné. Voici votre avenir. Je suis le Démon des immortels, le rempart de l’humanité contre les monstres de votre genre. Je suis l’arme de Dieu et du peuple. Je suis votre bourreau. »

Puis il s’élança dans le vide, retenue comme toujours par sa corde d’acier, et survola ses cibles en silence. Les cinq immortels s’étaient arrêtés et n’avaient pas encore put le voir. Aussi, sursautèrent-ils lorsqu’ils entendirent le son que firent ses bottes et tapant violement le pavé. Il se redressa, terrifiant et avança lentement vers eux. Ses pieds frappaient le sol en grand bruit et son chapeau masquant son visage, il reprit.

« Vous êtes accusés de 423 meurtres dont des femmes et des enfants. Vous pensiez être à l’abri de par votre origine, mais je vous ai trouvé et maintenant, je vais vous exécuter. »

Il se jeta sur eux, un pistolet dans chaque et tira. Deux immortels reçurent des balles d’acide et se mirent à hurler de douleur, leurs os se dissolvants rapidement. Mais les trois autres, plus vifs, esquivèrent les balles et l’un de ses colt vola sur la chaussée. François était pris dans un triangle d’immortels voraces et un peu énervé. Alors il rengaina et dressa les poings, se mettant en garde.
La force brute, ses êtres ne connaissaient pas cela puisqu’ils usaient de pouvoirs pour se battre. Là, ils allaient la découvrir.

Il surplombait chacun de ses adversaires et ne leur laissa pas le temps de prendre les devants. Il envoya une droite directement dans la mâchoire du premier ce qui l'envoya au sol. Dans le même temps, il envoya son pied gauche dans l’estomac d’un deuxième qui s'écroula, légèrement sonné. Le troisième eu lui le temps de se jeter sur Lenoble et de s’accrocher à son dos massif.
C'est à cet instant que le chasseur sentit une chose froide juste au dessus de sa hanche gauche. Huit centimètres d’acier qui venaient de percer sa chair et qui faisait couler son sang. Il ne sentait pas la douleur grâce à sa maitrise, mais la sensation était loin d’être des plus agréables. Le temps qu’il analyse la situation, la lame avait déjà fait deux nouvelles entrées dans son corps et celui qu’il avait projeté au sol s’était relevé et fonçait sur lui.
Il rua alors et fonça en arrière sur le mur le plus proche. Sa vitesse combinée à son poids ainsi qu’a la dureté du mur fut un bon moyen de se débarrasser de celui au couteau. Lorsqu’il percuta ledit mur, un craquement atroce se fit entendre au moment même ou la lame s’enfonçait une fois de plus. Il s'avança d’un pas et le carnival s'écroula, étourdit par le choc. Le premier qu'il avait jeté au sol était de nouveau debout et lui sauta dessus, mais François l’attendait. Il lui balança ses deux poings dans l’estomac en plein vol et le renvoya quelques mètres plus loin. Se fut alors lui qui sauta. Il laissa tomber sa centaine de kilos sur la tête du carnival un peu étourdit qui n’eu pas le temps d’esquiver. De nouveau un craquement terrible retentit. Celui-ci ne se relèvera jamais.

Celui qu’il avait broyé contre le mur revenait en titubant et le chasseur se rua sur lui. Il martela son visage raffiné de carnival une bonne dizaine de fois de coups de poing d’une puissance monstrueuse. Des gerbes de sang giclaient de tous côté, le nez se brisa, les arcades sourcilière explosèrent et très vite, le chasseur eu le visage couvert de sang. Puis il repoussa son adversaire et lui décocha un coup de pied terrible qui le renvoya contre le mur. Certes les carnivals avaient la particularité d'avoir une morphologie des plus résistantes, mais la puissance brute du chasseur était terrible. Un mortel se tiendrait à la place du carnival, il succomberait aux coups de Lenoble.

Ce fut alors qu’il reçut un violent coup dans le dos qui le fit vassiller. Il se retourna pour faire face au second qu'il avait envoyé au tapis. L’immortel envoya de nouveau son poing, mais le chasseur était vif et lui saisi le poigner qu’il tordit violement le cassant presque. L’autre hurla et reçut à son tour un coup de poing dans la cage thoracique qui le souleva du sol. François attrapa alors le frêle immortel à la taille, le souleva et le retourna tête vers le sol…puis il l’écrasa de toute sa force sur le pavé. Sous le choc, la nuque se brisa.
Afin d’être certains qu’aucun des cinq ne se relève, il leur tira à tous une balle d'acide dans la tête.

Il baissa les yeux vers ses blessures et grimaça. Elles étaient trop profondes et il saignait beaucoup. Il lui fallait se mettre rapidement à l’abri afin de se soigner … s’il y arrivait.
Il se dirigea alors vers la cache des Templiers, repère le plus proche de sa position et s’entoura la taille avec un morceau de vêtement prit à l’un des carnivals. Il zigzaguait ce coup-ci, chancelant et affaiblit. Il avait beau ne pas sentir la douleur, les effets physiologiques des blessures étaient elles bien là. Il arriva longtemps après devant Notre-Dame où il tomba à genoux. Il fixa l’église, dit une courte prière et se releva.

Ses forces partaient et il ne put faire plus d'une dizaine de pas avant de s'écrouler. Sa tête frappa le pavé et il laissa échapper un grognement. Il resta étalé au sol quelques instants avant de ramper jusqu'aux marches de l'église. Une fois en haut, il sortit son poignard et entra. Il plongeât sa lame dans l'un des petit foyer servant d'éclairage et s'appuya sur le mur en observant la lame rougir, puis bleuir, et enfin blanchir. Alors il la récupéra.

Il ressortit sous le porche et souleva sa chemise, puis il cautérisa ainsi qu'il l'avait déjà souvent fait. Il sentit sa peau fondre, une odeur âcre monta jusqu'à ses narines et l'étourdissement se fit sentir. Il retenait ses cris, mais émettait tout de même de puissants grognements de douleur. Il lâcha le poignard et recula en titubant avant de s'écrouler contre la porte. Ses pensée s'embrumèrent et il s'enroula dans son manteau. Il se sentit partir loin, très loin. Il sombra dans le flou incohérent de l'inconscience, errant sur le chemin de la mort.

Il ne saignait plus ... extérieurement.

(PS: Désolé, après relecture, je ma suis rendu compte que je n'aimais pas la fin que j'avais fais préalablement. Donc je l'ai modifiée. Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Top Hat Man

avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : Paris.
Rang : à déterminer.
Ordre : Kaldra
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Dim 31 Jan 2010 - 11:48

La dépouille inconsciente du chasseur, gisait au milieu de la rue. Le combat qu'il avait fait était épique... pour un chasseur. Il savait comment mordre des Carnivals, il fallait lui en donner le mérite. Il gisait à présent devant Notre-Dame de Paris. Il avait réussit à atteindre les portes de la Cathédrale. Évidemment, le maître des lieux ne devait surement pas tarder, il fallait faire vite. Top Hat Man glissa dans les ombres et dématérialisa son corps près de celui du chasseur. Il observa un instant le corps mortel qui gisait à ses pieds et il passa rapidement ses lèvres par dessus ses dents. Il leva un instant la tête, pour regarder les hautes portes gravés. Aucun Vampire n'avait mit le pied sur le pavé de cette église, en plus de 300 ans. Un sentiment de plaisir monta dans la créature. Il baissa son attention sur Lenoble.

Il empoigna d'une seule main, le corps blessé du chasseur. Il guérirait ses blessures plus tard, pour l'instant il devait foutre le camp. Il souleva le corps le Lenoble avec aisance, pour le vampire le corps du chasseur n'était guère plus lourd qu'une plume. Il descendit à toute vitesse. Une fois rendu un bas du pavé, il transforma son corps en ombre pure. Son pouvoir ne lui permettait pas de transformer quelqu'un d'autre avec lui mais, il invoqua des tentacules d'ombres pour l'aider au travail. À la vitesse de l'éclair, le vampire traversa une partie de Paris. Il utilisa surtout les ombres des toits, afin que le corps de Lenoble ne heurte rien.

Lorsqu'il fut loin de la cathédrale, il déposa le corps de Lenoble sur le sol d'une ruelle. Toujours inconscient malgré la course, le vampire mordit un peu son index gauche et le plaça avec vitesse dans la bouche du chasseur. Aussitôt, le sang du vampire coula dans œsophage du chasseur. Les blessures cessèrent de lui faire mal. Il avait stabilisé le corps du mortel. Il resta en face de lui, immobile près à une réaction de sa part, ses blessures guérirait de manière normal, pour l'instant elle ne le fessait plus souffrir et le danger de la mort était écarté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Dim 31 Jan 2010 - 20:34

François se sentit soulevé, mais ne put ouvrir les yeux. Comme après chaque fois qu'il s'était cautérisé lui même, il était plongé dans le brouillard. Ce dont il était sûr en revanche, c'est qu'il ne s'agissait ni de Vilya ni de Mara...elle auraient volée. Il tenta de j'éclaircisse les idées et commença par se rappeler de la soirée et du combat récent. Puis il entrouvrit les yeux et ce qu'il vit le perturba un peu. Une aura d'immortel mais pas de corps, juste des ombres et des tentacules noirs.

Il ne savait pas ce que cet être lui voulait, mais ce dernier ne serait pas déçu. Lenoble referma les yeux et se laissa porter jusqu'à ce que son dos touche le sol. Avant qu'il ai put faire quoi que ce soit, il se retrouvait avec un doigt sanglant dans la bouche. Il faillit trahir son état d'éveil mais se ravisa lorsqu'il sentit ses blessures guérirent. Elles ne guérirent pas complètement, mais au vue de la condition physique du chasseur, c'était bien suffisent pour fuir en cas de danger.

Alors il ouvrit les yeux, parfaitement réveillé, surement à la surprise de son sauveur présumé, et se redressa. Il était debout en un rien de temps, chancelant, mais debout.

"Qui es-tu immortel? Pourquoi m'avoir aidé alors que je chasse ceux de ta race?"

Il était toujours impressionnant de se retrouver face à François, sa carrure de mastodonte était stupéfiante et il émanait de lui un sentiment de puissance et de force gigantesque pour un simple mortel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Top Hat Man

avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : Paris.
Rang : à déterminer.
Ordre : Kaldra
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Dim 31 Jan 2010 - 22:32

La présence que semblait diffuser le chasseur était du point de vu physique quelques choses de très impressionnant. Certes l'immortel ne ressentait aucune admiration pour un mortel, mais il lui reconnut une masse musculaire surprenante. L'inconnu n'avait pas un physique de mastodonte, pourtant il dégageait une présence presque aussi puissante, sinon plus, que celle du chasseur. Lorsqu'il leva le menton pour permettre à François de le voir, le chasseur ne put qu'être surpris par l'immortel qu'il avait devant lui. La créature portait un manteau style victorien noir confectionné par les mains d'un maître. Son visage miroitant dans les ombres, était tout simplement magnifique. Ses traits quoiqu'un peu blafard, démontrait une beauté surhumaine et un charisme hors du commun. Ses yeux miroitent dans des couleurs bleutés et orangés. Il était coiffé d'un splendide chapeau haut de forme et ses cheveux long et noir, avait été attachés vers l'arrière.

D'abord, l'inconnu laissa un instant pour que le chasseur puisse tenir debout avant de commencer. Il parlait en anglais, dans un anglais parfait qui aurait certainement mystifié bien des londoniens. L'accent britannique parcourrait sa langue et le son de sa voie était un véritable charme pour les oreilles. Il parlait cependant d'une voie soutenue et d'un ton presque froid.

"Qui je suis n'a aucune importance, chasseur. Tu chasse ma race, mais tu ne me chasse pas moi. Je ne suis pas les êtres immortels que tu chasse , je suis beaucoup plus que ça. J'ai sauvé ta vie, parce que j'ai eu pitié et que ton courage face aux Carnivals m'a grandement surprit. Pour un mortel, je dois avouer que tu te défend pas mal."

Il prit une petite pause avant d'enchainé:

"Le sang qui a recouvert l'intérieur de ton corps, stabilisera tes blessures jusqu'à demain. Pas besoin de vérifier, j'ai laissé tes armes."


Le Kaldra adossa son dos au mur de la ruelle et regarda le chasseur. Son regard était directement sur le front de Lenoble.

"Vous m'avez intrigué. Sauter en combat rapprocher avec des Carnivals, houuu, réellement vous m'impressionnez. L'inconscience peut avoir du bon ne trouvé vous pas ? Hélas, comme bien de vos prédécesseurs l'ont apprit à leur dépend, elle peut également causer la mort. Mais cela-vous le savez déjà n'est-ce pas ? "

Il afficha un sourrire en coin très prononcé, qui avait presque quelques choses de charmeur. Il voulait détendre l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Mer 3 Fév 2010 - 16:16

Etrange. Voici le qualificatif qui collait le mieux au personnage qui se tenait devant Lenoble. D'une froideur étonnante et d'une présence surprenante au vue de son gabarit, le tout dans une enveloppe charnelle mêlant finesse et beauté sur fond blême. L'être semblait malsain tout en étant amical.

Méfiance, quand tu nous tiens... François avait appris à tenir ses distances avec les inconnus, d'autant plus lorsque ces derniers inspirent le doute. Aussi parla t'il avec rudesse et fermeté, sans être offensant cependant. Sa voix éraillée brisa le silence de la ruelle une fois de plus.

"Je doute que vous m'ayez sauvé uniquement par pitié ou parce que je vous intrigue, si toute fois tel était le cas, qu'attendez-vous de moi maintenant? Je n'ai rien à offrir mis à part ma gratitude."


François n'avait qu'une envi, rejoindre sa plus proche cachette, se doucher et se coucher. Il secoua la tête. Il n'aimait pas avoir ces envies car elles lui rendait compte de son âge qui avançait. Approchant des 42 ans, il était encore dans la bonne tranche d'âge, mais malgré l'entretien quotidien dont il faisait preuve en s'exerçant, il sentait bien que tout lui demandait un tout petit peu plus d'efforts que dix ans plus tôt. Il avait toujours sa souplesse, sa puissance, son agilité et sa rapidité de jeune homme, mais les innombrables blessures qu'il avait reçu ainsi que les effets de l'âge commençaient doucement à se faire sentir.

Aussi fit-il comme son sauveur et s'accota t-il au mur afin de reprendre son souffle. Il laissa alors échapper une phrase qu'il n'aurait pas dit en temps normal, mais plus rien n'était normal dans sa vie depuis plusieurs mois.

"Si je n'envi pas particulièrement votre vie éternelle, j'envi vos corps qui jamais ne vieillissent."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Top Hat Man

avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : Paris.
Rang : à déterminer.
Ordre : Kaldra
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Jeu 4 Fév 2010 - 15:45

L'accent anglais qui sortait de la bouche du Kaldra, était extrêmement prononcé. Top Hat Man observait le chasseur qui arrivait péniblement à tenir debout. Il souriait à juste sentir le sentiment de méfiance, qui émanait du chasseur. Il pressentit le désir du chasseur de vouloir fuir la scène et cela ne fit qu'amuser la créature d'avantage. Il ferma les yeux un instant afin de capter l'influx d'émotion, qui parcourrait le chasseur. Il aurait aimé pouvoir lire dans son esprit, étudier ses souvenirs... mais il préféra s'abstenir. Les souvenirs d'un mortel, étaient d'une platitude navrante. Il poursuivit dans un anglais encore une fois élégant. Il s'étonnait que le chasseur lui répondre en français.

"Tu me demande et tu doute ? Carnival freak ? Tu massacre avec bravoure, tu occis avec panache et tu doute ? Tu doute de quoi exactement chasseur ? Tu doute de mes intentions et de mes paroles ? Pourquoi aurais-je sauvé ta vie, si je n'en tire rien en retour ? Il serait stupide de ma par de t'avoir amené ici sans but. "

Et Top Hat Man avait un but, un but aléatoire et étrange… mais un but. Il resta adossé sur le mur de la ruelle, le regard fixer sur Lenoble. Le sourire du Kaldra était presque carnassié, dissimulé derrière les ombres de la ruelle.

"N'ai crainte, comme tu a peu le constater je ne veux pas ta mort, cependant je demande de vous un peu plus que de la simple gratitude. Je ne demande de vous, qu'une chose. Je ne demande qu'un simple baiser."

Un baiser, voilà le seul désir de Top Hat Man actuellement. Il ne voulait du chasseur qu'un baiser.

"Votre vieillesse ne diminue pas votre charme, ni votre fougue chasseur. Je n'ai jamais goûté les lèvres d'un mortel… de plus, tes mains pue le sang et ton corps même transpire la sueur des immortels qui sont morts par ta main. Sentir autant de morts… tant d'âmes éternelles qui gravite autour de toi est une attraction magique."

Il prévoyait un refus de la par du chasseur, avec raison. Il était peu commun pour un immortel masculin de demander un baiser à un mortel, surtout lorsque celui-ci est de sexe masculin et qu'il s'agit d'un chasseur. Pour les mœurs de l'époque, cela aurait fait scandale. Il décolla son corps du mur et décroisa ses bras. Il avança en direction de Lenoble.

"Vous n'aimez pas les hommes ? Dommage pour vous. En ce qui me concerne, j'aime tout. Si vous préférez, je peux modifier votre perception de moi. De plus, je peux également vous faire oublier que vous avez embrassé un immortel. Offrez-moi vos lèvres chasseur inconscient."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Jeu 4 Fév 2010 - 18:11

Le personnage qu'il avait en face de lui était définitivement des plus étranges. Malgré ses phrases pleines de sens et les efforts qu'il fournissait pour détendre l'athmosphère, son regard, sa préstence et le ton de sa voix étaient inquiétants. Plus il tentait de calmer l'ambiance, plus François se méfiait. En effet et c'était bien la réponse à laquelle il s'attendait, on ne sauve pas quelqu'un pour le tuer ... à moins d'avoir des raisons toutes particulières de le faire atrocement souffrir.

Puis lorsque l'immortel expliqua à François ce qu'il voulait pour lui avoir sauvé la vie, le chasseur se redressa et ouvrit de grands yeux. L'étonnement put s'y lire ainsi qu'une méfiance accrue.

"Un quoi...?"

Puis l'immortel le congratula sur son "charme" et sa fougue et ceux malgé son âge. Mais une fois de plus, le chasseur ne teint pas compte de ces flâteries. Non, il n'aimait pas les hommes, aimait-il seulement quelqu'un? Il avait aimé, sa famille, mais elle était morte. Depuis, il avait tout bonnement oublié ce qu'était l'amour, tant et si bien qu'il pourrait aimer sans même s'en rendre compte. Il était cependant certain de ne pas aimer les hommes. Certes il n'avait jamais connu qu'une unique femme, Idriss La Rouge, mais il savait que jamais il ne toucherait un homme.

Il se tenait droit comme un soldat maintenant, son souffle était revenue, il avait par sa volonté d'acier, écrasé la douleur et la gêne occasionné par ses blessures au fin fond de lui-même. La période de faiblesse due à ses blessures venait de prendre fin grace à sa méfiance. Son mètre quatre-vingt quinze lui permettait de surplomber l'immortel et ses cent kilos accentuait encore son aspect d'amoire. Son visage buriné et ensanglanté ainsi que son regard lui donnait l'aspect d'un très puissant guerrier de l'ancien temps. La grande cicatrice qui barrait sa gorge, qui lui avait donnée sa voix si particulière qu'il pouvait rendre terrifiante, démontrait sa force d'encaissement. Ses vêtements couverts de sang, le sien et celui des carnivals ne pouvait faire naître qu'un unique sentiment chez quiconque : DANGER!

Il parla, sa voix éraillée sonnant comme l'annonce des gros, très gros ennuis.

"Non, je n'aime pas les hommes. Avisez-vous seulement de tenter de pénétrer mon esprit, de modifier ma pensée ou quoi que ce soit d'autre et je vous donne ma parole que jamais plus vous ne verrez le jour. Vous dites désirer un baiser de moi, mais si je refuse, vous me tuez? Allez donc au bois de Boulogne pour vous trouver un gigolot, il saura vous satisfaire."

Lors de son discour, il songeât cependant et se dit *Un baisé et peut-être disparaitra-t-il. Mouai j'en doute. Mais cela pourrait éviter des complications. Oui ... mais non!*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Top Hat Man

avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : Paris.
Rang : à déterminer.
Ordre : Kaldra
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Jeu 4 Fév 2010 - 21:24

Le rire magnifique du vampire résonna à travers les oreilles de Lenoble comme si le son n'était dirigé que sur lui. Le rire de Top Hat Man était mélodieux tout en restant extrêmement arrogant. Il huma l'air d'un air satisfait....voilà un chasseur en colère, méfiant et visiblement stressé. Il sentait le cœur du chasseur battre, il savait que son état de santé était précaire.

Top Hat Man recula d'un mètre avant d'éclater de rire, le monologue du chasseur l'avait visiblement amusé. Progressivement au courant de son discourt, le Kaldra commença à rire, qui monta comme un crescendo. Il adorait voir un être, réagir ainsi... il sentait le conflit, la mélancolie, un paquet de sentiment qui emplissait le chasseur... Il crispa les poings pour mieux exprimer son plaisir et il sautilla quelques peu. Sa voie était devenu un mélange hybrides entre l'accent anglais et un français quelconque. Il parlait d'un ton amusé et désinvolte, comme un comédien monologuant:

"Magnifique ! Magnifique ! Magnifique ! comme il est amusant de voir un homme défendre sa virilité par l'intimidation. Votre haine et votre désir, de confrontation est des plus délectables cher amis. Vous pensez que vos muscles m'impressionne ? Vous avez devant vous l'immortel, le plus puissant que vous ne rencontrerez jamais. J'ai laissé vos armes pourquoi d'après vous ? Car, aucunes armes en votre possession est une menace pour moi. Alors, vos tentatives d'intimidation... De plus, à votre place je ne donnerais pas de critique sur l'éthique des gens. Vous êtes un meurtrier en série. Dois-je vous le rappeler ?"

Il fit un petit pas de danse avant de revenir en place, tout en gesticulant il poursuivit son monologue.

"Je ne cherche pas à vous tuer, chasseur ni même vous faire le moindre mal. Sinon je vous aurais tué depuis longtemps. Je cherche seulement à m'amuser un peu, j'ai sauvé votre vie ? Non ? Vous me devez une faveur... je vous demande un simple baiser ? Me ferez vous confiance, ou pas ? Le choix vous revient. Si vous acceptez, je glisserai mes lèvres sur les votres et je vous embrasserai langoureusement. Je promets que vous apprécierez. Je ne demande rien de sexuel, les femmes sont plus délicieuses que les hommes pour la pénétration, mais ce soir chasseur. Je désire votre bouche et je réclame un baiser. Si vous refusez, vous m'amuserez d'une autre façon."

Le serviteur du chaos souriant à pleine bouche, dévoila ainsi ses dents blanches et sa mâchoire parfaitement découpée. Il avait rétracté ses crocs, rendant impossible de voir indices de sa forme vampirique.

"En ce qui concerne mes talents de manipulation, le jeu ne serait pas amusant s'il n'y avait pas une alternative négative ! Accepterez vous avec la possibilité que je trompe votre esprit ? Refuserez vous par peur ou par méfiance ? N'êtes-vous pas chasseur ? Craignez vous mes pouvoirs, mortel ?"

L'arrogance de l'immortel sur cette réplique était plus qu'évidente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Ven 5 Fév 2010 - 12:02

François resta impassible durant le discours de l’immortel, ses yeux d’acier étaient braqués sur ceux du personnage arrogant et excentrique qu’il avait devant lui. Il semblait qu’il soit carnival, il en avait le teint en tous cas. Cependant, il y avait un quelque chose qui laissait le doute quand à son origine. Il l’observa rire, danser, gesticuler comme un petit garçon de dix ans. Puis lorsque les derniers mots s’échappèrent de la bouche de l’immortel, François attendit plusieurs dizaines de secondes avant de parler. Il cherchait à apprécier le moment de calme que cela lui procura.

« La peur n’est un sentiment que j’éprouve, c’est celui que j’inspire. Si vous ne m’aviez pas aidé, Flamarion l’aurait fait, tout comme deux ou trois autres immortels. Mais mon assurance vie la plus certaine est la présence de certains de mes hommes autour de la cathédrale. Ils ont pour mission de repérer d’éventuels chasseurs indépendants qui lorgneraient sur le maitre des lieux. Ils auraient fini par me trouver, beaucoup plus vite que vous ne le pensez.
Je vous suis reconnaissant toute fois de ce que vous avez fais, mais je n’aime pas que l’on me sauve pour me dire après que j’ai une dette, surtout ridicule comme celle que vous demandez.
Pour mon honneur, je refuserais de vous offrir mes lèvres, mais vous seriez capable de me sortir un discourt comme quoi je n’en ai aucun. A vous donc de choisir entre la sincère gratitude d’un homme ainsi que son respect ou un baisé qui fera que cet homme vous regardera avec dégout sans respect aucun. Si vous-même avez de l’honneur et un minimum d’amour propre, vous ferez le bon choix.
Tout dans notre discussion n’est qu’honneur. Si vous choisissez le baisé, alors je vous laisserais faire car j’en donne ma parole. »


Il sourit intérieurement, imaginant l’immortel obligé de se dresser légèrement sur la pointe des pieds pour l’embrasser … ridicule. *Mara m’a embrassée sur le front, mais m’a offert une vue qui aurait put être intéressante si j’en avais profité …Non mais quelle idée ! Ressaisit toi François, ce n’est pas le moment. Ce qui est sûr, c’est que je préfère une gifle de Mara au baisé que je risque de recevoir. *
Il n’avait pas cillé durant qu’il avait pensé à cela, attendant toujours la décision de l’autre, bien qu’il était presque certain de ce qu’il allait ce produir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Top Hat Man

avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : Paris.
Rang : à déterminer.
Ordre : Kaldra
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Sam 6 Fév 2010 - 9:05

"vous en avez pas mare parfois ? Vous n'êtes jamais lassé de vous cacher derrière votre égo, mortel ? Que vaux l'honneur d'un chasseur ? Vous avez devant vous un des anciens chevaliers de la table ronde de Bretagne ! Qui êtes-vous donc pour me donner des leçons sur l'honneur ? Vous êtes un assassin, un psychopathe et un mortel. Voilà pourquoi, que vous m'appréciez ou pas... je m'en fiche complètement. De plus, vous accordez beaucoup trop de confiance en vous "alliés"... vous croyez réellement que l'Amiral Moltanor accorde une valeur à votre vie ? Vous êtes bien naïf, mon ami. Pour un membre du péché... vous n'êtes rien d'autre qu'une marionnette. Cependant, je n'ai que faire de votre gratitude et de votre respect, mon désir est votre bouche. Donc oui, je demande sur votre honneur de bien vouloir, avoir l'amabilité de m'offrir vos lèvres."

Top Hat Man croisa les bras et attendu la réaction de Lenoble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Sam 6 Fév 2010 - 20:17

Le discours de l'inconnu fit naître une réelle colère en François. Mais il sentait bien qu'il ne tiendrait pas longtemps face à l'autre. Même si la mort ne l'effraie pas, il préfère vivre le plus longtemps possible.

"Vous n'êtes pas le seul noble présent ici. Je suis issue d'une très ancienne lignée de seigneurs dont grand nombre prirent par aux croisades. N'ayant pas votre éternité, je n'y ai naturellement pas participé moi même, mais c'est un sang noble qui coule en moi. Je ne suis pas un vulgaire assassin, je suis un chasseur."

Il jeta un coup d'oeil à droite puis à gauche et plongeât ses yeux d'acier dans ceux de l'immortel.

"Venez prendre votre due et disparaissez."


Lenoble était fatigué et ne souhaitait plus qu'une chose, allez dormir. Il ne laissa cependant rien transparaître et se contenta d'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Top Hat Man

avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : Paris.
Rang : à déterminer.
Ordre : Kaldra
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Sam 6 Fév 2010 - 21:50

Top Hat Man avança doucement en direction du chasseur, le visage rayonnant. Il avança en direction du chasseur avec une élégance et une démarche des plus gracieuses. Lorsque le chasseur plongeât ses yeux d'acier dans ceux de l'immortel, l'immortel activa ses pouvoirs de domination. D'abord, il lui intima l'ordre de rester et il poursuivit tout en avança les différents niveaux de pouvoirs. Il utilisa ses pouvoirs hypnotiques, afin que Lenoble aille l'illusion d'avoir en face de lui une superbe demoiselle... mortel et dont le charisme n'avait d'égal que sa beauté. Il referma la bouche, tira ses crocs et mordu sa langue afin de l'entaillé.

Il garda le contact visuel et intime l'ordre à Lenoble de rester les yeux ouverts durant la durée complète du baiser. Le Vampire, posa ses lèvres chaudes sur celle du chasseur... il transposa dans l'esprit du chasseur, les fausses pensées suivante:

- Il était sur une plage avec une sublime jeune créature, qui adorait recevoir des baisés les yeux ouverts.

Étant sous l'influence du pouvoir de domination, le mortel n'avait visiblement aucune capacité nécessaire pour résister. Il écarta doucement la bouche de Lenoble avant de poser son premier baiser... les lèvres des deux hommes glissèrent une sur l'autre... il était complètement hypnotisé, par une hypnose surnaturelle.

Les fausses pensées que lui transférait Top Hat Man avait pour effet d'offrir au chasseur, des visions et des émotions de douceur et de chaleur, bref rien de malsain ou de potentiellement dangereux. Il absorberait avec plaisir les moindres sentiments qui traverseraient Lenoble. Le baiser s'intensifia lorsque le vampire, entremêla sa langue avec celle du mortel.

Doucement au fur et à mesure que les visions perduraient et que la passion montait, le vampire avalait les émotions... les sentiments enfouis et même des pulsions. Pour le chasseur, cet effet était similaire à celle d'un baiser vampirique (un orgasme). L'effet ne dura que le temps du baiser.

Peu à Peu... une partie du vampire s'empreignît à l'intérieur du chasseur. Lorsqu'il retira ses lèvres... l'immortel recula vers l'arrière et relâcha le contact hypnotique.

Lenoble qui retournait à la réaliser fut d'abord frappé par une horrible douleur. Chaque veines du visage du chasseur d'immortel gonflèrent d'un seul coup. Top Hat Man esquissa un sourrire sadique et une violente douleur traversa le corps de François Lenoble.

Top Hat Man avait fait quelques choses de mal... il avait fait quelques choses au chasseur... Il avait altéré jusqu'à son âme. Lenoble... pourtant ne semblait pas altérer. Dans le fond de son âme, une entité en troublait l'harmonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Lun 8 Fév 2010 - 20:07

Smile**********100's post**********Smile


Lorsque François vit le regard de l'immortel, il sentit que quelque chose n'allait pas. Puis vient le moment où il entendit dire dans sa tête qu'il devait resté. Il comprit à l'instant qu'il y avait un problème et que l'immortel usait de ses pouvoirs. Il ne savait pas s'il réussirait à résister, mais cela semblait bien être un pouvoir hypnotique, se qui lui confirma qu'il était kaldra.

Lenoble appliqua alors une technique inspirée de la bible de son ancêtre qui était supposée empêcher le Diable de pénétrer l'esprit des braves. Cette technique était basée sur le détournement de la fonction logique du cerveau afin qu'une tentative d'hypnose ou de manipulation mentale ne se retrouve à attaquer que des parties "inutiles" du cerveau et de l'esprit. Cela revenait à créer comme une copie de sa personne au fin fond de son esprit dans une sorte de chambre forte. Ainsi on pouvait limiter la casse voir faire réagir le corps.
La méthode était des plus simple, il fallait occuper l'esprit afin qu'il ne soit pas obnubilé par l'hypnose, ainsi l'hypnotiseur aurait l'intime conviction de faire son travail correctement alors qu'en réalité il s'attaquerait à une partie "vide" du cerveau.

A l'instant même où François vit le regard de l'immortel, il se mit à réciter une sorte de prière afin de détourner son esprit.

*Je suis François Lenoble de Fontainebleau, fervent chrétien, serviteur dévoué de notre Seigneur Dieu tout puissant, défenseur des paroles de Jésus Christ, l'arme des Anges, le Démon des ténèbres. Je suis la crainte du Diable pour les siècles et les siècles.
Je suis François Lenoble de Fontainebleau, fervent chrétien,...*


Lenoble se répéta cette phrase inlassablement.

Puis il vit une jeune femme, superbe, les yeux grands ouverts. Il sut à une manipulation et força son regard à imaginer la plage telle qu'elle serait au travers des yeux de la jeune créature.

Ses yeux donnaient toujours l'impression de fixer ceux du kaldra, mais regardant en réalité derrière les pupilles. Il était mortel et ne voyait donc rien en réalité, mais sachant se concentrer, il avait cherché un point au fond même des yeux de l'immortel, et il avait trouvé. Une intersection entre deux petits vaisseaux sanguins qui formait un minuscule point rouge. Il avait verrouillé son regard dessus et n'en décrocha pas.

Pour le moment, tout se déroulait plutôt bien. François réussissait non pas à bloquer l'envoutement, cela le kaldra l'aurait remarqué, mais par la volonté d'acier qui était sienne, la même que celle dont il usait pour étouffer la douleur physique, il détournait le sortilège afin que l'autre pense y arriver.

Sa concentration était telle qu'il ne vit pas le kaldra l'embrasser, mais il sentit ses lèvres. A cet instant, il fut littéralement assaillit de toutes sortes d'émotions, de sensations et autres ressentiments physiques des plus agréables, mais totalement artificiels et manipulateurs. Il sentit toutes ces agréables choses attaquer son esprit comme une armée attaque un château fort. Alors il fouilla dans ses souvenirs et se projeta l'image d'Idriss et se rappela des intenses moments qu'ils avaient passé ensemble. Cela eu l'effet attendue. Le souvenir de véritables sensations est plus fort que les fausses qui lui étaient inculquées de force.

Il laissa le kaldra l'embrasser et joué sur ses lèvres et le sentit, sans pouvoir en expliquer la raison, décortiquer ses sentiments comme s'il s'immisçait en lui. L'immortel due cependant être fort déçue car les seuls choses qu'il put voir était la peine, la haine, la colère, la tristesse, la souffrance et la mort. Il ne put nul part trouver de joie, d'amitié, d'amour, de plaisir ou de rêve. C'est sentiments, il les avait oublié et ils n'étaient pas encore revenues. Le kaldra était en train d'absorber uniquement des sentiments affreux. Peut-être même qu'au bout d'un moment, l'immortel put ressentir le déséquilibre qui hantait l'esprit du mortel, peut être même qu'un tel condensé de si horribles choses put effrayer le kaldra, même un instant.

Lenoble sentait que sa muraille commençait à s'écrouler, il sentait le contrôle et l'emprise du kaldra sur lui. Tous ces sentiments qui lui étaient imposés, ces émotions, tant de choses. Puis il rencontra la langue de l'immortel et reconnu le gout du sang. Il l'avait suffisamment eu dans la bouche pour reconnaitre se goût ferreux du premier coup. Il regroupa alors le peu d'esprit logique qui n'était pas envahit et bloqua ce sang dans sa bouche, se forçant à ne pas l'avaler.

Puis son mur s'effondra comme un vulgaire château de sable. Il ressentit comme une intense libération, presque comme ce qu'il avait ressentit à l'apogée de sa première union charnelle avec Idriss. Ce fut comme s'il avait eu un orgasme, presque, sauf que ce qui le soulageait à ce point était que parmi tout ce qu'avait absorbé le kaldra se trouvait toute sa douleur physique. Toute la douleur de sa chair qu'il avait étouffé depuis vingt ans venait de s'envolée.

Puis le contact se rompit. François fut alors prit d'une violente douleur, mais il était fidèle à lui même et le kaldra ne put voir de cette douleur que les veines de son cou se gonfler et une grimace paraitre sur son visage. Alors François sentit son visage enfler, et une nouvelle douleur, plus faible, passa dans sa colonne.

Il se redressa et de nouveau fabriqua sa muraille de l'esprit et plongeât son regard dans celui de l'immortel. Il cracha l'intégralité du sang provenant de la langue de ce dernier sur le pavé mis à part six goutes qu'il avait avalé lorsqu'il avait succombé à la puissance de l'immortel.

Il afficha alors un gigantesque sourire, haletant à cause des deux piques de douleur fulgurante. Il parla de sa voix éraillée tout en souriant. Le sourire tout comme le ton de la voix étaient purement ironique.

"Merci kaldra d'avoir libéré mon esprit de la douleur qu'il renfermait. Je ne sais si tel était ton but, mais c'est en tout cas ce que tu as fait.
Si tu pouvais cependant m'expliquer ce que tu as fais et dans quel but, je t'en serais reconnaissant."


La présence du sang avait peut-être eu son rôle à jouer, mais par le fait qu'il n'en avait avalé que peu, peut-être les effets seraient-ils plus faibles. Quand au fait qu'il ai aspiré ses sentiments, du point de vue de François et aux vue des sentiments et souvenirs que c'était, cela pouvait être tous sauf une grande perte. Il avait réussi à maintenir verrouillé comme une sorte de caveau de l'esprit contenant les souvenirs de son enfance ainsi que ceux des derniers mois. Quelques sentiments et sensations avaient complété le tableau, mais il n'avait eu le temps de sauver plus.

Puis le chasseur se mordit la langue pour l'entailler et regarda la tâche de sang étalée par terre.

"Je ne sais d'où sont venue ses deux vagues de douleur, mais je me suis mordu la langue. Je vous écoute, qu'avez vous fais?"


Dernière édition par François LeNoble le Mar 9 Fév 2010 - 5:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Top Hat Man

avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : Paris.
Rang : à déterminer.
Ordre : Kaldra
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Mar 9 Fév 2010 - 3:41

Top Hat Man absorba avec délice, les sentiments qui émanait du mortel. Il adorait recevoir les sentiments, comme le désespoir et la haine. Il sentit le conflit et la résistance du chasseur et l'excitation empoigna Top Hat Man... Il adorait sentir tant d'émotion à l'intérieur de lui... Il avala goulument.

L'immortel fut d'abord surprit de la volonté de fer dont fessait preuve le chasseur. Top Hat réalisa que sa proie était véritablement plus forte, qu'il ne l'avait cru au départ. Il esquissa un nouveau sourire sadique lorsque le mortel recracha son sang sur le pavé... hélas pour lui, les quelques goûtes avaient néanmoins pénétré l'organisme du chasseur et ils avaient permis à Top Hat Man, d'atteindre l'âme de François Lenoble. Cependant, l'immortel ne savait rien de sa proie... il avait verrouillé son esprit !? Comment était-ce possible ? Top Hat Man en fut un peu contrarié de ne pouvoir voyager dans les souvenirs de Lenoble... Le mortel avait assez de volonté pour bloquer les pouvoirs télépathiques du vampire. Il était maintenant impossible de lire dans les pensées du mortel, mais les plans de Top Hat Man n'en était que très peu contrariés.

Mais cette âme complexe et déséquilibré, était sous son contrôle.

Le Vampire regarda avec plaisir le corps du chasseur souffrir et il esquissa un sourire satisfait lorsqu'il commença son discourt. Le sourire de Lenoble déstabilisa un peu l'immortel vampirique... Il avait apprécié ? Il lui retourna le même sourire.

Le Vampire répliqua à Lenoble tout en ce remémorant les principes même de ses pouvoirs.

"Libérer votre esprit ? En effet... quand je vous ai dit que j'étais le plus puissant des immortels, je ne plaisantais pas. Voyez ! Le seul impact de mon baiser sur vos lèvres. J'ai consumer vos émotions, ressenti vos plaisirs et vos peines. Hélas pour vous, quelques goûtes de mon sang suffise pour me frayer un passage jusqu'à votre âme. Je trouve remarquable votre résistance à mes pouvoirs, je vous félicite d'en avoir fait bon usage hélas, mes pouvoirs sont bien supérieurs aux tiens et à ceux de n'importe quel immortels."

L'accent de Top Hat Man mua en français impeccable. Il n'avait plus aucun accent anglais. Il en avait assez de sa mascarade.

"Je vous ai eu chasseur, je vous ai mangé comme un enfant. Vous venez de vous faire avoir par la plus grande ruse du monde. Je me présente à vous, mon nom est Golconde. Je suis le vampire parfait, un être complètement immortel ! Qui de par sa force à transcendé la mort. Il y eut une époque où je vécus une vie de suceur de sang pathétique... je craignais le soleil et le feu comme la peste, je ne buvais que du sang...sans l'espoir de nourriture humaine. Je vivais dans un cercueil... sans le moindre lumière. Cette période cependant ma conférée des pouvoirs surhumains: une force, une agilité et une résistance hors du commun. Cette époque est révolue."

Il marqua une pause, alors que la pluie recommença. Il parlait d'une voie froide et une sourire sadique s'affichait sur son visage d'ange. La pluie tomba doucement sur Paris:

"Cependant, mon chasseur ! J'ai réussi, moi, à transcender la mort elle-même. Ma condition de vampire faible, est désormais devenu une force sans pareille. J'ai atteint le stade ultime de perfection vampirique... ce stade me permet non seulement de marcher au soleil et de consommer des victuailles humaines ainsi que le sang, mais aussi la capacité de capter les émotions et de générer des "esclaves". Le terme de goules est archaïques et stupide... je vous considère plutôt comme mon Dorian Gray. Vous connaissez Oscar Wilde ?"


Il ricana et marqua de nouveau une pause... Il huma l'air d'un air satisfait.

" J'espère que vous le connaissez... je vous le souhaite du moins. Actuellement, vous incarnez un personnage de son livre ! Le portrait de Dorian Gray. Vous n'incarnez pas hélas, le dit Dorian... voyez-vous comme son tableau. Dans l'histoire... Dorian Gray est un être immortel, qui ne peut mourir. Chaque maux de sa vie est encaissés par son tableau. Hélas pour vous, votre destruction n'entraine pas ma mort."

"Vous êtes une copie de moi, du moins d'une partie de moi. Nuls moyens n'existent, pour contrer mon pouvoir. Aucune capacité immortelle comme humaine n'a encore été trouvé pour combattre mon pouvoir. Rien n'existe pour me détruire ! sans entrainer votre mort à vous-aussi. Si l'on me brise une côte... vous servez de réservoir pour régénérer mon corps.

Lors de notre baiser... j'ai ouvert un passage vers votre âme... Il ne ma fallut que quelques secondes ! Ensuite, j'ai envoyé une partie de mon âme à l'intérieur de vous. Puis MAGIE !!! Vous êtes devenu ma marionnette, involontairement !"


"Ne craignez rien, petit chasseur de Carnival ! Je ne cherche pas à vous tuer... votre mort ne me sert à rien ! J'ai besoin de vos talents pour un temps... Lorsque votre contrat sera achevé, vous retrouverez votre liberté. D'ici là, je ne veux aucun chasseur qui vient aux travers de mon chemin... si vous voulez vraiment mourir, c'est la bonne manière d'y parvenir. Maintenant, relève toi mon serviteur. "


Il attendit la réponse du chasseur. Les bras croisés et la pluie qui tombait de son chapeau haut de forme.


(Pour Questions, Mp)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Mer 10 Fév 2010 - 6:35

Un vampire…
Voici la raison pour laquelle François avait eu du mal à cerner de quelle race d’immortel était cet homme. Il était non seulement Kaldra, mais en plus il était vampire. Ce que ce dernier lui explique ne le fit pas sauter de joie, loin de là. Mais ce qui le remontait encore plus était la sournoisie du personnage. Lorsque Lenoble lui avait parlé d’honneur, Golconde s’était offusqué comme s’il avait été insulté. Quel acteur.
Le chasseur écouta le long discours du vampire sans ciller, sans bouger, ses yeux ne trahissant rien. C’était comme si ces informations potentiellement désagréables glissaient sur la cuirasse d’acier de son esprit. Il n’appréciait cependant pas du tout ce qu’il entendait.

Lorsque Golconde eu terminé, François ne dit rien pendant plusieurs secondes. Ainsi le sang du vampire avait ouvert un accès à son être. L’esprit logique et rationnel du chasseur réfléchit alors rapidement et lui vint une idée qui valait ce qu’elle valait, mais vue ce qu’il avait à perdre, autant tenter. Il vérifia que sa langue saignait correctement et s’avança vers l’immortel. Il parla alors de sa voix éraillée et légèrement haletante. Toute sa force et sa puissance de mortel transparaissait cependant dans cette voix.

« Vous avez osé remettre en doute mon honneur en mettant en avant celui du chevalier que vous étiez mais vous êtes plus fourbe que n’importe qui. En ne me réclamant qu’un baisé, vous m’avez mentit par omission ce qui prouve une absence totale d’honneur. Pour m’avoir sauvé la vie, vous étiez en droit de demander une faveur. Si vous aviez besoin de moi pour quelque chose, il suffisait de me demander un service au lieu de me piéger comme le traitre que vous êtes. Vos pouvoirs, votre sang, vous-même n’avez sur moi aucun moyen de pression car je n’ai rien à perdre mis à part la vie. Il n’y à personne que vous pouvez utiliser contre moi, aucun moyen de me faire peur. »

Il marquât une pause et s’approcha encore un peu. Il allait tenter son idée, surement idiote, mais après tout, qui ne tente rien n’a rien. Il afficha alors un sourire parfaitement satisfait que le vampire pu trouver étrange.

« Je me dois cependant vous remercier d’avoir libéré mon corps et mon âme de la douleur et de tous les sentiments putrides qu’ils renfermaient et comme vous semblez apprécier les baisés venants d’un homme… »

Le chasseur saisi avec une vivacité impressionnante l’immortel à la gorge et l’embrassa, laissant son propre sang couler dans la gorge du vampire. Il tenait cette dernière de telle sorte qu’elle restait ouverte et que son sang y coule aisément. Il sentit le relief des canines avec sa langue et stoppa le baisé dès qu’il jugeât que suffisamment de son sang avait transité. Il lâcha gorge et bouche du vampire trois secondes après les avoir attrapées. Cette tentative allait-elle faire quelque chose ? Aucune idée. Il se disait tout simplement qu’en donnant son sang il se lierait également au vampire comme ce dernier l’avait fait. Un pacte de sang était après tout le pacte le plus puissant du monde.

Il se recula, l’air satisfait et légèrement interrogateur. Il termina de parler quelques secondes après.

« Si maintenant que nos sang sont mêlés vous m’expliquiez en quoi vous avez besoin de moi et dans combien de temps je retrouverais ma liberté, alors peut-être que je pourrais vous rendre ce service. Sachez cependant que je ne suis la marionnette ou le serviteur de personne, ni de vous, ni de quiconque. J’ai juste le don d’attirer l’attention de créatures parfois grotesques. Sachez que si je connaissais un moyen de vous tuer, il se pourrait que je me fasse plaisir en vous détruisant même si cela me tuait au passage. Vous êtes une menace pour la race des mortels et j’ai juré de mettre ma vie en jeu contre le genre d’êtres comme vous. Mais pour le moment vous m’intriguez. Parlez ! »

Le dernier mot était loin d’être une requête, c’était bel et bien un ordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Top Hat Man

avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : Paris.
Rang : à déterminer.
Ordre : Kaldra
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Mer 10 Fév 2010 - 14:45

Il commença à rire, lorsque le chasseur lui reprocha sa fourberie. Il trouvait amusant de voir le chasseur... combattre. Hélas, il ne pouvait rien y faire. Golconde avait possédé son âme et aucun moyen n'existait pour contrer cette possession. Il était assez fier de lui, il avait choisit un serviteur extrêmement amusant. Il écouta la fin du monologue de Lenoble avant de soupirer et de pousser un autre rire sarcastique. Il regarda un instant le sourire de Lenoble... l'imbécile allait t'il, tenter quelques choses contre lui ? Puis le chasseur bondit, rapidement en direction du vampire.

Lorsque Lenoble s'élança en direction du Kaldra, l'immortel fut prit par surprise. Hélas, lorsque la main de Lenoble agrippa le collet de l'immortel... par une simple action de pensé, chaque parties du corps de Top Hat Man devint une ombre pure. Le baiser de Lenoble ne pu visiblement ce rendre jusqu'a l'immortel, qui était désormais une forme fantomatiques, constitué d'ombre. Il recula à quelques mètres de Lenoble.

Le désavantage de la Golconda, s'il eut des désavantages, était que sa nature vampirique était extrêmement présente lorsqu'il effectuait son pouvoir d'obténébration. La forme d'obténébration de Top Hat Man lui donnait presque une allure démoniaque. D'abord, les couleurs de ses yeux étaient accentués et ses crocs comme de l'ivoire étaient automatiquement présents. Les contours des ombres qui dessinait sa silhouette était bourgogne et sous son magnifique chapeau haut de forme, le visage du vampire était diabolique: il avait une langue beaucoup plus grande que la moyenne qui glissait entre ses crocs et son regard était si désagréable et terrifiant qu'on l'air presque comparé à un pouvoir de présence. Sa voei était également devenu désincarnée.


"Imbécile... comme tu est imprudent ! Comme tu m'excite, petit mortel. Tu es mon esclave, que tu le veuille ou non. Alors, à moins que tu ne veuille perdre une main ou l'usage de tes parti génitale, je te conseille de fermer ta jolie petite gueule et de m'écouter. Tu es mon serviteur, tu devras faire ce que je te dis de faire ou sinon, je te fais souffrir. Tu ne devrais pas t'opposer à moi, chasseur... tu à la chance de servir un immortel très puissant, qui pourrait visiblement faire de toi un vampire, si tu est sage."

"Tu n'a aucun alliés ? Peut-être, mais... j'en doute. Les chasseurs sont rarement des êtres solitaires, mais tu ma parlé tout à l'heure de tes hommes qui patrouillait autour de Notre-Dame ? Tu semble avoir des ressources, pour un simple chasseur. De plus, tu pourrais me permettre d'atteindre mon but premier, celui de dominer... Comprend ma situation: je suis l'immortel le plus puissant, qui n'existera jamais. Je suis immunisé à toute les armes humaines et immunisé à la majorité des pouvoirs des immortels. Tes Carnival bien-aimés, sont parmi ceux qui ne peuvent rien contre mon pouvoir. Tu gagne au change, je te permet d'exterminer une partie de cette race que toi et tes frères trouvé impure et moi, je m'approche peu à peu de mon but."

Il commença à rire encore plus, il était visiblement très amusé par la situation et le fait de garder son calme était presque difficile.

"Me tuer ? Quoi tu pense vraiment que toi ? Tu va me tuer !!!! Laisse-moi donc rire ! Bon sang... tu va me faire pleurer tellement c'est drôle. Si tu me tue, pauvre sot, tu pars avec moi. Si tu me détruis, je régénérerais avec ton corps. Tu me tue ? Je renais ? Je prends un autre mortel comme serviteur et toi, tu es mort pour rien !? Tu pense vraiment tuer un être millénaire de ma puissance ? Tu es bien trop confiant ! Toi me tuer ! HA ! Tu à peut-être fait les vœux de détruire les êtres comme moi, mais tu ne peu rien et strictement rien contre moi à présent."

"Tu ne gagne rien à me vaincre, imbécile ! Tu pense vraiment que je cherche à dominer ta race pathétique et primitive ? Bien sur que non. Tu pense que la mort d'un mortel me dérange ? Pas le moins du monde, mais je ne cherche pas à dominer ton monde. Insolent. Ce que j'attends de toi, est un serviteur. Voilà tout, pas un serviteur qui me sert le thé, malgré que cela pourrait être drôle, un serviteur imprudent et amusant."

L'ombre du vampire, imposante regardait Lenoble.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Dim 14 Fév 2010 - 12:41

François était piégé, il le savait. Maintenant, le tout était de survivre à ce que ce vampire lui demanderait. Si cet idiot n’avais pas corrompu Lenoble, jamais ce dernier ne l’aurait remarqué, maintenant le chasseur ferait appel à toutes se ressources pour trouver comment débarrasser le monde de cet être perfide.
Mais pour l’instant, l’urgence était qu’il aille se reposer dans un endroit sûr et qu’il finisse de se soigner.
Il regarda le vampire et afficha un sourire des plus étranges. Sournoie, cruel, vorace, sadique même. Une lueur passa dans ses yeux, comme si finalement il était content de ce qu’il venait de lui arrivé et qu’il saurait le tourner à son avantage. Un sourire et un regard qui durent perturber Top Hat Man. Finalement avait-il fait le bon choix en choisissant François Lenoble de Fontainebleau ?

Puis le chasseur parla, toujours avec son sourire et son regard étrange.

« Tu es tellement sûr de toi vampire que le jour où tu t’y attendra le moins je serais là pour te tuer sans que tu ne puisse revenir. Chaque pouvoir à un point faible, je trouverais le tiens.
Nul n’est invincible, pas même les immortels, pas même les vampires. Ton orgueil né de ta puissance te perdra et je serais là, face à toi pour le coup de grâce. »


Il tourna le dos au vampire et commença à partir en marchant, boitant légèrement.

« Maintenant tu m’appelleras quand tu auras besoin de moi. Car je ne suis pas dupe, si tu m’as pris pour esclave c’est que tu as besoin de moi malgré ta puissance. Tu reconnais donc la mienne qui n’est pourtant qu’un simple mortel. Retourne dans ton caveau et médite sur ton choix. M’avoir pour serviteur et pomper dans mon corps ne te protégeront pas de moi. »


Avant même que le vampire n’est pus répondre à ses secondes paroles, François avait disparu dans l’ombre des égouts de la ville. Son domaine, l’obscurité. Il les connaissait mieux que les égoutiers eux-mêmes et savais exactement où aller. Il partit alors en direction du nord, suivant le nom des rues. Les égouts étaient le meilleur moyen de disparaître car personne ne pouvais le suivre à son odeur ou à son sang tellement l’endroit était puant. L’eau effaçait toute trace du chemin qu’il suivait. Il avait simplement disparu.

Il déboucha à un endroit qu’il connaissait très bien. La Seine, sous les quais de Notre-Dame. Il se laissa glisser dans l’eau et ne put retenir un frisson lorsqu’elle passa sur ses plaies. Il nageât jusqu'au passage vers la cache des Templiers et poussa la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Top Hat Man

avatar

Nombre de messages : 63
Localisation : Paris.
Rang : à déterminer.
Ordre : Kaldra
Date d'inscription : 27/11/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Dim 14 Fév 2010 - 13:28

L'ombre de Lenoble était une ombre confortable, pour un Kaldra. Lorsque Lenoble termina sa tirade, le vampire était visiblement agacé, voire froissé par les paroles de Lenoble. Vu qu'il disposait déjà de son corps d'ombre et que la nuit était ici maîtresse... il put très aisément glisser son corps dans l'ombre de Lenoble, il le vit aller en direction des égouts. Le long du trajet... l'ombre propulsa sa voie directement dans la tête de Lenoble.

"Non marionnette, je ne reconnais pas ta puissance, uniquement ton utilité. Hélas... tu ne peu pas te débarrasser de moi comme sa. Je suis immortel, chasseur... complètement immortel. Mon pouvoir n'a aucune faille... outre ma condition de mort-vivant. Je suis le seul et unique immortel, digne de ce nom. J'ai connu la mort, contrairement aux autres, si tu me tire un balle dans la tête... je renaît, comme un phénix. Tu veux me tuer ? Tu tiens vraiment à avoir la gloire d'avoir tué le seul immortel, qui ne te donnera pas un coup de poignard dans le dos ? Pitoyable vraiment... je me demande si tu m'inspire de la pitié ou simplement du dégoût... larve ! mais... tu finira par apprendre la discipline."

La colère de Top Hat Man... visiblement agacé par les paroles du chasseur devint bientôt un amusement sans bornes. Sa voie désincarné était toutefois très douce.

"Tu ne comprend donc rien... je te propose plus de pouvoir... la possibilité de porter un coup dur aux Carnival et tu me menace de me tuer ? Tu veux que j'explose mes parties génitales pour te prouver la validité de mes allégations ? Je men fiche, je ne ressent presque pas la douleur. Tu pense que tu peux quelques chose contre moi ? Erreur mon cher ! Tu est mon serviteur et je peux te faire ressentir un tout nouveau répertoire de douleur, si tu veux ! sa serait plaisant de voir quel effet sa fait de sentir une tige de métal chauffé dans le rectum ! Ou.. non non j'ai mieux ! L'explosion de tes couilles ! sa peux être amusant tu veux jouer ? Le jeux est cependant inutile... vu que je perd, mon serviteur si dévoué."

Puis, il opta pour un ton sarcastique.

"Mais bien sur que je vais te téléphoner ! ... humm ... peu-être que non ! Je vais briser mon petit doigt et tu viendra me rejoindre dans cette ruelle. Moi et la technologie... je suis trop archaïque, hélas. "

Il laissa ensuite Lenoble sur cette interrogation. Avant de le laisser reprendre sa course, il le suivit du haut des toits. Il suivit Lenoble jusqu'à ce qu'il nage dans la seine, en glissant sur les ombres du bord de la seine, il observa la trajectoire directe de son nouveau meilleur copain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   Lun 15 Fév 2010 - 10:23

Durant son trajet, François avait tout bonnement ignoré le kaldra, n'accordant aucune importance à ses paroles ce qui peut-être le frustra. Lorsqu'il plongât dans la Seine, il nageât d'abord un peu dans dans la mauvaise direction, afin que si le vampire ou un autre le suivait ou le remarquait il ne puisse le suivre et découvrir l'endroit où il se rendait. Puis il disparu sous les flots, invisible dans la noirceur de ces derniers.

Il conteint l'air dans ses poumons jusqu'à son arrivé afin de ne pas produire la moindre bulle qui aurait put aider à sa localisation. L'entrée de la grotte étant immergée, cela facilitait la tâche de disparaitre. Lorsqu'il sortit de l'eau, il se rendit compte qu'il grelôttait. Le froid le prenait. Il ouvrit la porte grâce au mécanisme prévus à cet effet et entra, refermant derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui repend le sang verra le sien couler   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui repend le sang verra le sien couler
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ton sang, tu me laisses le voir couler ?
» [JOUR 5] - "Le ciel est rouge, beaucoup de sang a coulé cette nuit."
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» Décors Moria et Autres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortel :: Paris :: Notre-Dame de Paris-
Sauter vers: