AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Dim 11 Oct 2009 - 11:10

François longeât les nombreuses rangées de bancs qui se trouvaient dans l’église. Il y faisait sombre, l’heure tardive ne permettait pas d’éclairer la Maison de Dieu autrement que par des bougies et des torches, faisant danser son ombre de manière spectrale. A ce moment de la nuit, il savait que personne ne trainait à Notre Dame, normalement du moins.
Il avança jusqu’au cœur où le père faisait ses offices et laissa tomber son sac noir sur le sol dans un grand bruit qui résonnât plusieurs secondes. Il observa longuement la gigantesque croix portant le Christ puis se laissât tomber à genoux, joignant les mains dans le même mouvement. Il posa le front contre ses doigts dressés et d’une voix forte se mit à prier.

« - Ôh Seigneur, pardonnez moi car j’ai pêché. Mon bras à faiblit durant la croisade que vous m’avez assigné. L’une des deux créatures de Satan que j’ai croisé ce soir n’est pas morte. Je vous avais pourtant juré que mon bras serait fort. J’aurais pût l’abattre en lui tranchant la gorge, je n’en ai pas eu le courage. J’ai cependant tué l’un des l’heure pas plus tard que tout à l’heure. Mais ma promesse envers vous était qu’aucun ne survivrait à ma rencontre.
J’ai pêché Seigneur car j’ai manqué à ma parole, je n’ai trouvé la force d’abattre une femme enceinte, mais j’ai surement tué son enfant et je l’ai privé de ses pouvoirs morbides. »


Il pleurait, frustré d’avoir échouer dans sa mission sainte. Puis il se reprit, relevât la tête et d’une voix encore plus puissante, il dit :

« - Jamais plus mon bras ne sera faible. Jamais plus un immortel ne survivra à ma rencontre. Je ne me laisserais pas arrêté dans ma lancé par des humains qui pactisent avec les Démons. Mon bras sera le bourreau de cette race immonde. Seule la mort m’arrêtera. »

Il se releva, levât les mains au ciel et dit comme s’il s’adressait à une assemblée :

« - Je vais partir en croisade pour de bon mon Dieu. Je vais recruter tous les chasseurs de France et ensemble, nous éradiquerons ces immondices des enfers de la surface de la terre. Comme les croisés du moyen-âge, nous ne reculerons pas. »

Il s’avançât alors jusqu'à la croix, posât les mains sur les pieds de la statue et se laissât de nouveau glisser au sol. Il tenait toujours les pieds, à genou, priant pour la réussite de sa croisade et pour la mémoire de sa famille lorsqu’un bruit le sortie de sa transe religieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inéalis Flamarion

avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Quelque par entre la Chevalerie et l'arrogance
Rang : Amiral- Maréchal
Ordre : Moltanor
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Mer 14 Oct 2009 - 1:04

La flamme de Notre-Dame s'éveilla: les lueurs des lampions et la flamme éternelle au centre de la cathédrale semblait plus forte que jamais. Les quelques personnes qui priaient en silence, furent très heureuse de constater que l'orgue commençait également à ce mettre en marche. Assis, derrière l'instrument, ce trouvait Inaélis Flamarion. Le cardinal absent, l'âme surnaturel de Notre-Dame, l'amiral-maréchal de l'ordre des Moltanors, semblait presque revivre. Absent depuis bien des mois de sa splendide Cathédrale, Inaélis était a présent revenu de son voyage pour recréer la splendeur immortel de Notre-Dame et entamer dès lors, l'âge d'or des Immortels et des Moltanors. Portant de par l'habitude son accoutrement religieux, le Cardinal immortel attelait ses doigts le long des touches en ivoire et commença à jouer. la 7e préludes et Fugue de Bach s'éleva dans l'air et cette mélopée presque divine semblait englober chaque personnes dans la cathédrale.

L'immortel observait l'homme, qui priait devant la croix. Cette homme, semblait troublé, car des larmes avaient glissées sur son visage et de par ses paroles qu'il murmurait en prière, il conclu qu'il s'agissait d'un chasseur. Festoyant le souvenir de la mort du dernier chasseur croyant de paris, l'amiral était ensuite monté pour débuter son hymne de retour. Ses chevaliers avaient déballés leur affaires et ils n'avaient pas besoin de déranger son escouade pour si peu. Après tout n'était t'il pas béni par le Pape lui même ?! Il continua à jouer pour le bon plaisir des fidèles attroupés dans la salle. Il joua le prélude en entier, tout en observant la réaction du chasseur. Le sourire en coin, excité de sa réaction et l'air fier de ses talents d'artistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Mer 14 Oct 2009 - 6:12

Le cardinal de Notre-Dame c'était mit à jouer plus fort, enchainant les morceau. Il surpris le petit regard en coin et fût debout en un éclaire.
Il plongeât son regard dans celui de l'homme d'église, affichant surprise, dégout, dédain et haine. La pire ignominie se trouvait devant lui. Un immortel à la tête de la Cathédrale de Notre-Dame de Paris, un immortel cardinal de l'ordre saint Catholique. Un usurpateur, un profiteur.
C'était un immortel, son aura brillant de mille feu au yeu du chasseur.

La particularité de François lui facilitait toujours la tâche dans son travail. Chaque immortel qu'il croisait devenait un veritable girlande de noël ce qui lui évitait de perdre bien du temps en recherche.

Il s'approchât du cardinal, son regard braqué sur celui de l'autre sans une once d'hésitation, sans vassiller, il se plantât devant l'orge.
Il plongeât la main sous sa veste et en sortit une carte de police qu'il avait récupéré sur un corps ainsi qu'une petite carte sur laquelle était écrit un nom. "Matt O'Connor, Immortel, abattue par balles spéciale."

"- Bonjour me père, je suis de la police et j'enquète sur le meurtre de cet homme, enfin de cet immortel. Il semblerai qu'un dangereu chasseur tourne actuellement. Il était dans l'ombre semble t'il, mais le voici sortie des ténebres. Je tenais juste à vous prévenir afin que vous en informier vos fidèles."

Il avait le poignard qui le démangeait, mais il ne turais pas dans la maison de Dieu. Il tourna les talons et partit, après avoir fait glisser la petite carte de Matt O'Connor sous le siège de l'orge, attrapant son sac au passage.
Une fois or de vue, il accrochât à l'immense porte sa carte de chasseur avec "Je te vois, tu es mort" écrit d'un côté et "Le Pasteur" calligraphié de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inéalis Flamarion

avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Quelque par entre la Chevalerie et l'arrogance
Rang : Amiral- Maréchal
Ordre : Moltanor
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Mer 14 Oct 2009 - 12:48

Flamarion fut très étonné du culot du chasseur, il a au moins la présence d'esprit de venir lui présenter ses respects. Il arrêta de jouer lorsque l'homme ce présenta à lui. il semblait légèrement stressé car il resta pas longtemps en face de l'immortel, le regard froid du chasseur, ce désir que chacun avait de le voir pourrir sous terre, rendait Flamarion particulièrement amusé. Jamais, un chasseur n'avait pu espérer tuer un Amiral Maréchal, aucun, et lui encore moins. Il écouta néanmoins avec patience les paroles de l'homme. Il disait n'importe quoi ? si lui avait été dans la police de Paris, il le connaitrait assurément. Peu être un bleu?! Enfin, il laissa au mortel la possibilité de compléter son discourt. Le Cardinal, ne cru pas bon de parler a cette souillure et il baissa a tête en guise de remerciement de l'information. Cependant, alors que l'homme s'apprêtait à descendre l'escalier qui mène jusqu'à lorgue, Flamarion fut démanger par l'envi de prononcer un mot ou deux. l'homme semblait vite vouloir sortir du champ de vision de l'amiral, il garda donc ses réplique cinglante pour une autre fois.

Il descendit doucement les marches lorsque l'homme quitta son champ de vision. Il voulu le suivre discrètement lorsqu'il le vu sortir de l'église, mais l'attention de l'amiral ce posa sur une carte qui gisait en dessous du banc de l'orgue : Matt O'Connor, Immortel, abattue par balles spéciales.

Il esquissa un sourire carnassié, en plus il n'en était pas a son 1er meurtre. Pauvre enfoiré de chasseur a la con, si les mortels méritent protection, les chasseurs ne méritent que de brûler aux enfers.
Il transforma la carte en cendre. Il avait du culot le jeune.

Il poursuivit son inspection, jusqu'à ce qu'il croise un prêtre qui entrais dans l'église. "Mon père avez vous vu ? une menace de mort plane sur Notre-Dame !"

Flamarion leva un sourcil et resta froid: " Quoi ? qu'est-ce que vous me raconté ?! "

Le prêtre lui montra l'avis que quelques minutes plus tôt, Le pasteur avait placé sur la porte. Flamarion, prit un malin plaisir à délecter ce moment, en plus d'être fou, ce type à de l'assurance ! Flamarion rassura le prêtre avec un sourire et une voie douce. Il relut deux fois l'avis du Pasteur !
Saloperie... Le pasteur en personne, un des chasseurs les plus craints. Intéressant, franchement il n'avait absolument pas peur de ce type. Mais sa réputation le précédait, et les hommes avec de la réputation ont toujours amusé et attiré la curiosité de l'Amiral. Il avait les couilles d'au moins s'attaquer à quelques choses de grosse, bien que ses meurtres si exceptionnel soit t'il n'ont surement pas été commis sur des hauts gradés, il ce devait d'être prudent, S'il l'avait menacé il chercherait a l'éliminer.

*Alors comme sa tu vient foutre la merde dans ma ville ? intéressant chasseur intéressant... un peu suicidaire mais intéressant.*


Flamarion huma l'air lorsque le prêtre fut loin...Il avait hâte de retrouver ce petit avorton, venir a Notre-Dame est une chose mais menacer ses fidèles et lui... non ! il sera puni. Il avança et sortit quelques instants de la cathédrales, la lumière du soleil l'éblouis un peu, il murmura.

"Pasteur... tu viens de te faire un ennemis plus terrible encore que le diable."

Il éclata d'un rire soutenu et regarda la populace devant l'église.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Mer 14 Oct 2009 - 16:27

François souriait. Sa confiance était revenue et il allait pouvoir laver l’honneur souillé de Notre-Dame et de Dieu. Une saloperie d’immortel comme cardinal ? *…eurk !* se dit le chasseur. Mais il l’avait découvert et il le mettrait à mal avec une facilité déconcertante. Cela faisait maintenant plus de trente ans qu’il venait à la cathédrale et il savait exactement comment procéder.

Il était assis à la terrasse d’un café, observant la cathédrale dont il connaissait chaque entrée. Il venait souvent s’y réfugier lorsque la police le pourchassait après un meurtre. Lorsqu’il eu terminé son café, il retourna à sa voiture et partit vers l’une de ses planques, tournant en rond dans la ville pour semer un éventuel poursuivant. Une fois arrivé, il rechargeât ses armes et prit une fiole contenant un liquide argenté qu’il glissa dans sa poche. Il verrouillât tout et s’assoupit.

Lorsque la nuit fût retombée, il prit ses affaires et retourna à Notre-Dame. Il se garât un peu à l’écart et fila vers une des plaques d'égout menant à l'arrivée d'eau de l'église. Même un immortel devait boire. Il descendit l’echelle en silence et une fois devant la citerne, il versa de son liquide. L’argent se rependait dans l’eau et y disparaissait, invisible. Un humain pouvait en boire, cela ne lui causerait aucun dégât, mais qu’un immortel en consomme ne serais-ce qu’une lampée et l’argent se diluera dans ses veines, détruisant chaque pouvoir et le rendant donc vulnérable.
L’immortel était piégé. Il était impératif qu’il aille boire.
Puis il sortit et retournât à sa voiture.

François trouvât un clochard complètement saoul à côté de la cathédrale. Il lui fût facile de l’assommer, puis il intervertit leurs vêtements, plaça une de ses cartes dans la poche et l’installa dans le véhicule. Il avait mit dans son sac une bombe contenant de la mitraille en argent. Mais son plan ne pouvait exister sans sa carte. Sur cette dernière était écrit « Votre orge est … explosive ». Il plaça également une petite boite de « cartes de visite » dans le coffre et fit rouler la voiture jusque devant l’église. Il l’arrêtât et plaça le clochard comme s’il eu envi de sortir de la voiture. Il prit ses affaires, alluma une cigarette et la laissa tomber sur la mèche. Il courût ensuite se cacher non loin et regardât la voiture exploser projetant un cadavre déchiqueté, plusieurs cartes de visites ainsi que des grenailles d’argent et des morceaux du véhicule.

Il esquissât un terrible sourire, il était mort aux yeux de tous et ce avant d'avoir put attenter à la vie du cardinal...du moins, telle étaient les apparences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inéalis Flamarion

avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Quelque par entre la Chevalerie et l'arrogance
Rang : Amiral- Maréchal
Ordre : Moltanor
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Jeu 15 Oct 2009 - 3:16

Flamarion, amusé de la scène observait le jeune homme du haut du clocher. Wow? belle explosion ? il pensait quoi ? lui faire peur ?! Exploser une voiture devant son église devant sa maison?! Flamarion était cependant énormément frustré et blessé dans son orgueil, il aurait du le tuer il y a bien longtemps de cela. IL ÉTAIT D'OFFICE A NOTRE-DAME DEPUIS 220 Ans, sinon plus et il n'avait pas remarqué ce chasseur?... ce manque de clairvoyance ne le perdrait pas deux fois. Il tuerait chaque chasseurs, un par un, s'ils osent entré dans sa maison. Il regardait le pitoyable chasseur faire exploser sa bagnole et franchement il trouvait sa pathétique. Tuer un clochard ? Il pensait quoi réellement ? Enfin. Flamarion ferma les yeux et intensifia son Aura. Il fit appelle a sa présence surnaturel et fit frémir chaque immortel de Paris, du plus simple soldat de l'alliance de la Lune aux terrible Maréchal de la Mort Rouge.

Flamarion, était offusqué et franchement pas super heureux. Cependant, à la grande surprise du chasseur la porte devant que les murs d'enceinte du bâtiment n'avait nullement été touché par l'explosion. Les mailles d'argent ne s'était même pas rendu et l'explosion fut réduite à néant. Les morceaux d'argents et de véhicules étaient devenues de la cendre. Tout comme les magnifiques cartes de visite.

Ricanant derrière sa Barbe, l'amiral amusé et frustré par cette insultes donna l'ordre à ses hommes de rentré à l'intérieur et de s'armer pour une quelconque contre attaque. Il alla lui même prendre ses armes dans sa chambre. Il ce demandait d'intuition, comment un chasseur comme le pasteur pensait en réalisant une chose pareil, était-ce de la folie ? un simple désir de tuer tout immortel ?! après tout était- t'il vachement crétin de s'attaquer à lui de front ? ses balles fonderaient ! son corps serait rôti avec élégance ! Qu'est ce que de putain de connard avait en tête?!

Il y pensa bien sérieusement et en venu à la conclusion que ce pauvre humain bâtard, ne pourrait jamais rien contre lui. Il remonta au deuxième niveau ou trois chevaliers l'attendaient, il leur donna leur instruction et de faire en sorte qu'aucune incident de ce genre ne surviennent à l'avenir. Les trois immortels, montèrent au fenêtre et prirent la peine de vérifier l'extérieur, il devait abattre sans condition. Les autres soient dormaient, soient étaient de garde.

Depuis quelques temps, l'immortel avait été passionné par les chasseurs, depuis quelques temps il utilisait surtout l'argent ! pourquoi leur manie de toujours nous tirer dessus avec l'argent ? Jamais l'argent n'avais affecté un immortel plus qu'un autre? ou était t'il écrit que les immortels étaient vulnérable à l'argent! ils nous prennent pour quoi des Loups-Garoux ?! Il s'amusait beaucoup a jouer avec l'argent, il s'était même blessé de nombreuses fois avec l'argent et n'avait pas ressenti le moindre mal ou différence. Comme la majorité des immortels d'ailleurs.

Il termina de donner ses Ordres, coordonna les tours de garde et remonta à son poste d'observation. Gardant sa température corporel prête à faire fondre n'importe quelle balles ou projectiles qui le viserait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Jeu 15 Oct 2009 - 5:38

François remarqua à la suite de l’eplosion la présence d’un immortel sur le clocher. Il attrapa ses jumelles et les braqua sur l’être.

« - Merde, cet enfoiré me surveille depuis que je suis arrivé. »

La grande silhouette étincelait du haut de son église à ses yeu comme un phare sur son rocher en pleine mer. Sa rage était terrible. Il baissa ses jumelles et planta ses yeu sur l’immortel. Il n’avait plus qu’a espérer que l’autre aille boire un verre d’eau. L’argent était une arme puissante, lorsque l’on savait quoi en faire. Le nitrate d’argent mélangé à de l’eau devenait un poison qui bloquait les pouvoirs des immortels en se répandent dans le sang, cela ne les tuait pas mais les rendait simplement mortel. Incolore une fois dilué, inodore, il était idéal pour empoisonner de grandes quantité d’eau. Mais cette utilisation de l’argent, c’était son invention, personne ne connaissait donc ce potentiel danger. Il avait mis au point tant de méthodes et d’objets d’attaque différents et puissants qu’il souriait presque maintenant devant son echec cuisant.

Il sortit de sa veste une craie et écrivit sur la route, et donc visible du clocher lorsque le jour sera debout, mais invisible durant la nuit :
« Tu es à ma hauteur Cardinal, je n’aurais jamais crus dire cela, mais cela va être un honneur de te tuer. Je te réserve ma plus belle création. Le Pasteur»

Puis il partit en courant pour retourner à sa planque. Une fois sur place, il sauta dans sa seconde voiture et il roula, cherchant l’aura des immortels. Il vit plusieurs humains marcher dans la rue avant de voir la lueur bleutée qui caractérisait la présence d’un immortel. Il dégaina son Colt, le chargeât de balles paralysantes et s’arrêta à hauteur de l’immortel.

« - Bonsoir monsieur, je cherche l’auberge du sanglier rieur, pourrier vous m’indiquer la route s’il vous plais ? » Il attendit et vit l’immortel lui sourire, venir vers lui et s’appuyer à sa voiture, surement pour lui répondre, personne n’en saura jamais rien.
La déflagration ébranla le quartier et l’être s’écroula, totalement conscient mais incapable de faire quoi que ce soit. Il sortit de sa voiture, le plaça à ses côté et retourna poursuivit sa route. Durant les deu heures suivantes, il repéra, paralysa et embarqua trois immortels qui marchaient dans la rue. Une fois qu’ils fussent tous dans sa voiture, il regarda sa montre 3h02. Il devait se dépècher. Il retourna à Notre-Dame et se gara là où il avait écrit son message.

Il sortit de la voiture et plaça les quatre corps encore vivants en croix à droite de l’inscription. Il était toujours invisible dans le noir et sortit son couteau.

Lorsque le jour perça, avait passé de très nombreu coup de téléphone et il souriait. Il vit de sa chambre d’hôtel la beauté de son œuvre. Un message écrit à la craie et visible depuis les clochers ainsi que les cadavres de quatre immortels égorgés et éventrés placés en croi chrétienne.

" - La Main de Dieu contre celle de Satan, sauf que les flammes de l’enfer ne peuvent rien contre moi car je suis déjà mort."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilya Oblodra
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 27
Rang : Jeune Gouverneure
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Sam 17 Oct 2009 - 12:24

Vilya s'éveilla dans sa chambre. Reposée, ses plaies désormais presque imperceptibles, elle prit le temps de lire le message de Vigortsen. Elle sourit, et ouvrit le rideau. C'était tot le matin, et elle eu le temps de lire le message morbide. Ainsi, le chasseur avait déclarer la guerre a Flammarion. Et elle eu peur. Il était capable de beaucoup...et elle pensa a Thilix. Lui pourrait leur venir en aide, et surtout a flammarion.

Décidant de ne pas tenter le destin trop, et ouvrit la fenêtre. Il était encore tôt, mais le soleil allait revenir vite, alors elle devrait voler rapidement, pour éviter que le soleil ne la révèle trop au passants. Même si d'éventuel observateurs au fenetre ne la manquerait surement pas.

Sans son manteau, elle s,accrocha au bord, et ouvrit ses ailes en se laissant tomber dans le vide. Avant de reprendre de l'altitude, et de se mettre en quête de Thilix.

Elle le trouva dans une ruelle, apres quelques temps de recherche, et se posa près de lui, et vint se blottir dans son dos.


Thilix, mon amour, Flammarion et moi avont besoin de toi. Un chasseur mène la guerre au Immortel, et en a tué plusieurs. Il a essayé avec moi aussi. Flammarion est a la cathédrale, lui pourra t'en dire plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 29
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Sam 17 Oct 2009 - 15:01

Vigortsen errait dans les rues de la ville, cherchant des pistes ou des indices sur le chasseur qu'il recherchait. Un mouvement attira son oeil. Des passants courraient vers Notre-Dame, ce qui aiguisa sa curiosité. Il suivit donc le mouvement, marchant d'un bon pas en direction de la grande cathédrale.

Lorsqu'il arriva sur place, ce qu'il vit le pétrifiât. Une déclaration de guerre officielle entre le Cardinal et le chasseur le plus craint de tous les immortels, Le Pasteur.

*Ainsi est-ce donc lui que je traque! Je reconnais bien son style, vouloir apeurer sa cible avant de la tuer. Mais il s'attaque là à un morceau titanesque.*

Le message morbide de cadavres gisants était écoeurant. Comment un homme pouvait-il détruire ainsi des vies de manière presque arbitraire?

Il aperçue alors une ombre venant du ciel. Levant les yeu il reconnut la jeune femme qu'il avait soigné la veille. Ainsi etait-elle immortelle?
Il courut, la suivant du sol. Pourquoi? Elle était blessée dans les environ du meurtre d'un immortel, race dont elle faisait partie. Peut-être avait-elle croisé le chemin du chasseur et peut-être avait-elle des informations qui pourraient lui être utiles.

Lorsqu'elle se posa à côté d'un homme d'apparence d'europe de l'est, il se dirigea vers elle. Arrivé à quelques mètre d'elle, il dit:

"- Mademoiselle, désolé de vous importuner. Je suis ravis de constater que vous vous êtes remise de vos blessures. Je me nomme Vigortsen, et vous?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inéalis Flamarion

avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Quelque par entre la Chevalerie et l'arrogance
Rang : Amiral- Maréchal
Ordre : Moltanor
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Sam 17 Oct 2009 - 16:16

Flamarion, était en rage. Il n'avais rien manger de la journée, il ne pouvait ce résoudre à s'assoir un moment tellement l'Amiral Maréchal était enragé.

Un pathétique petit mortel osait le défier... défier son ordre, défier son autorité. Ce Pasteur, n'était pas un amateur. Il avait probablement préparé un plan minutieux pour l'abattre et la paranoïa toujours croissante de l'amiral le fessait refuser chaque breuvages ou nourritures, il ne dormirait pas, ne mangerait pas avant que ce pauvre chien soit devenu des cendres.

IL lui avait déclaré la guerre, de la manière la plus sadique et violente qui soit, en souillant son autorité sur les propres murs de sa cathédrale et en exécutant des immortels. Il avait cependant agis comme un imbécile en assassinant de tel manière 4 immortels, au hasard, de la ville. Les meurtres auraient surement une répercussion très grande au sujet des immortels de la ville et Le pasteur s'était mis lui même en danger. Flammarion, pensa appeler Ézéchiel et Thilix, mais demander du renfort le ferait passer pour un faible, incapable d'assurer sa propre sécurité. NON! ce pauvre chasseur périrait de par sa main.

Les heures passaient dans la Cathédrale, bien-sur du au ressent évènement de nombreux mortels étaient venu au information. Flamarion ne sorti même pas de l'église et demanda a deux chevaliers de faire croire a la population que cette homme n'était qu'un fanatique religieux qui tente de démanteler l'autorité de L'église Catholique. Un démon, un faux croyant qui ne pense qu'au meurtre. il fit publier sur la porte l'avis suivant:

"- Pasteur, Tu me cherche? au lieu d'agir comme un fou et éliminer des innocents, pourquoi ne viens tu pas te rendre a moi ?! Je suis si dur a tuer ? aller vient ! pauvre couard sans foi. Viens m'affronter chez moi et laissent dieu juger de mon sort."

Il n'était pas fou, il ne pensait pas que le messages amènerait le chasseur, à lui. Seul un fou, affronterait un immortel en combat singulier. Mais, la suite du messages qui suit avait un tout autre but.

"Pourquoi Pasteur? ne prend tu pas la peine de venir me tuer toi même. Tu à peur? tu craint peu être ta propre défaite ? Pauvre faux chrétien, tu te proclame pasteur alors que tes acte prouvent une totale indifférence aux valeurs de notre religion. Tu n'est pas un pasteur tu n,est qu'un pauvre sot. Tes actes, me donne envi de vomir et tes minables tentative pour m'atteindre ont toute été un échec cuisant.

Tu n'est rien d'autre qu'un chien complètement fanatique qui pense que le meurtre d'innocent te permettra te te rendre à moi, mais non tu n'est qu'un minable chasseur de croisé, qui tue des innocents pour son seule plaisir. Puisse dieu avoir pitié de ton âme.

Pauvre Sot. La guerre est déclarée et ta mort vient."


Flamarion, était assis dans son bureau et lisait. Lorsqu'il cru bon s'avertir Idriss de la situation. Il craignait que Le pasteur ne sent prenne à elle. Il utilisa sa présence surnaturel pour l'avertir de son inquiétude mais ce souvint qu'elle aussi était amiral Maréchal et que un chasseur comme lui ne lui ferait jamais peur ! Il prit confiance et fit doubler les rondes autours de Notre-Dames.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilya Oblodra
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 27
Rang : Jeune Gouverneure
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Sam 17 Oct 2009 - 19:57

Vilya se retourna en l'entendant, et le salua, reconnaissant son nom a celui qui avait signé la lettre s'adressant a elle, plutôt. Elle se détacha de Thilix, sachant qu'il lui faudrait un moment pour comprendre.

Je me nomme Vilya Oblodra, gouverneur des Valkars. J'imagine que vous voulez me poser des questions sur cet individu chasseur...sinon vous ne vous auriez pas donné la peine de me suivre. Je ne peux pas vous dire beaucoup, outre qu'il ressent notre présence. Il est lourdement armé et dangereux, il possède des balles supposément a l'épreuve des immortels. Mais mes pouvoirs sont revenu assez vite, alors ce n'est qu'un simple poison ordinaire. Mais je ne crois pas qu'il soit indestructible. Et il se nomme Le Pasteur...

Mais je dois vous remercier. Malgré mes capacités a me soigner, si vous n'étiez pas intervenu, je n'aurais pas eu autant de facilité a reprendre des forces.


Elle se retourna vers Thilix, et attendit sa réaction.Elle savait qu'il interviendrais, et qu'il allait bien s'amusé. Mais elle voulait savoir comment la situation avancait, et elle avait bien envie de repartir observer cet homme. Mais la douleur de son enfant perdu la laissait posée. Valait mieux attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Dim 18 Oct 2009 - 7:59

Les informations qui lui furent apportées contentèrent au plus haut point Le Pasteur. Sa petite action avait non seulement débarrassée le monde de quatre immortels, mais avait en plus mis un bazar inqualifiable parmi les immortels. Plus personne ne se sentait en sécurité. Ainsi, il décida de laisser les choses se tasser le temps pour lui de s'organiser.

Il eu également vent du message laissé par le cardinal, message qui le fit bien rire, le prenait on pour un débutant? Avant cette nuit, chaque meurtre avait été étudié, calculé, programmé afin de n'avoir que toutes les chances de réussir. Jamais il n'avait laissé la possibilité de fuir ainsi. Ce que le Cardinal ne savait pas c’était que ce qu’il prenait pour de la lâcheté était en fait une phase d’étude de l’ennemi. Il ne laisserait strictement rien au hasard. Sa première tentative avait été un échec par manque de préparation, cela ne se reproduirait pas, jamais.

Une fois la nuit tombée, il était retourné entièrement vêtu de noir sur le parvis de la cathédrale. Jouant la carte de la discrétion, ce qui lui était facile du fait qu’il percevait les auras des immortels qui montaient la garde. Cette fois-ci, il ne s’était approché qu’une fois sûr que personne ne le verrait. Une fois devant la gigantesque porte, il accrocha son message et repartit, en jetant partout sur la place. Il en accrocha sur divers murs et portes avant de rentrer dans sa planque. Son message disait :

« Fidèles à la religion de notre Seigneur !
Il est de mon devoir de vous avertir que le Cardinal est un immortel. Cette race de démons qui hante notre monde et qui dévorent nos familles et nos amis. Viles créatures de Satan lui-même au but inavouable de prendre le contrôle sur ce que Dieu à créé.

Voyez l’arrogance de ce Cardinal, n’est-il pas persuadé que je ne cherche qu’à l’atteindre lui ? Se croit-il plus important qu’un autre ? Chaque immortel, lui comme un autre mérite le sort des quatre que vous avez vu ce matin.

En vérité je vous le dis, je ne le chasse pas pour son rang, je le chasse pour sa race. Immortels, les êtres de Satan venant tout droit des enfers. Où dans le Livre Saint est-il dit que Dieu créât ces immondes êtres ? Si Dieu ne les à pas créé, c’est qu’ils viennent d’ailleurs, des enfers. Jamais je n’ai tué d’innocents, je n’ai jamais cherché qu’a sauver les prêcheurs de Dieu de l’immonde présence des ces êtres.

Ma famille à été dévorée par ces êtres, ILS ONT MANGE MES PARENTS ET MES FRERES. Seuls des créatures des enfers peuvent dévorer des chrétiens. Jamais le Seigneur n’aurait souhaité cela pour ses fidèles.
Après cela, Il m’a éclairé, il a fait de moi son bras sur Terre pour l’aider à renvoyer ces créatures dans leur monde de flammes.

Je sers Dieu depuis des années, chaque créature que j’ai tué à eu le droit à son extrême onction. Je ne suis pas un barbare cruel, je suis un chevalier de Dieu qui lutte pour protéger les fidèles de créatures démoniaques et cruelles.

Je ne suis pas un lâche, je ne suis pas un couard, je suis un stratège et je reconnais mon premier échec avec une honte cuisante. Mais croyez moi, je réparerai ma faute.

Cardinal, tu n’es pas une cible plus importante que les autres, tu es juste plus dure à atteindre car en lâche, tu te cache dans la maison du Seigneur, te réfugiant derrière tes « Chevaliers ».
Je suis seul et ne me cache pas dans une église car tu sais que jamais je ne verserais de sang dans la maison du Seigneur. Tu te cache et tu t’entour de protecteurs.
C’est TOI qui es un lâche et un couard, c’est TOI qui te sers de pouvoirs obscurs pour vaincre tes ennemis, alors que je n’use que de mes mains, de ma tête et de ma foi.

En réalité, tu as Peur.

La guerre est déclarée, avec elle ta mort et celle de beaucoup d’autres de ton espèce.
Tu ne m’effraies pas, la mort ne me fais pas peur, pas plus que les défis qui m’attendent.

La guerre va démarrée, et quelle guerre, une horde d’immortels contre moi seul.

Tremblez démons, tremblez comme vous le faites depuis des années face à moi car je suis la main qui vous renverra dans les flammes de l’enfer pour que vous y bruliez pour le reste de l’éternité, je le jure devant le Seigneur.

Puisse Dieu avoir pitié de vos âmes

Le Pasteur »


Sur le chemin du retour, il croisa un immortel que la populace retrouvera le lendemain pendu à un pont, une feuille avec son message épinglée sur la veste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théoban Miryalord

avatar

Nombre de messages : 33
Age : 29
Localisation : Partout à travers le monde
Rang : Maître d'arme
Ordre : Carnival
Date d'inscription : 08/10/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Dim 18 Oct 2009 - 10:53

05h00 du matin, Théoban marchait vers la Cathédrale, il avait entendu parler de la découverte macabre de la veille et avait décidé de se rendre sur place tôt afin d'étudier l'endroit au cas ou des détails auraient échappés à la police.

Quelle ne fut pas sa surprise de voir pendre lamentablement le cadavre d'un immortel, accroché à la rambarde d'un pont. Il remonta le corps afin de l'étendre et trouva de fait le message qui était épinglé sur son veston.

Il parcourut le message et en se redressant, il se dit *Seigneur Le Pasteur, le pire de tous. C'est une véritable croisade qui à pour but de nous détruire.*
Fourrant le message dans sa poche, il courut jusqu'a Notre-Dame. Lorsqu'il arriva, il entra dans l'église et appela:

"- Cardinal Flamarion, je me nomme Théoban Miryalord et j'ai trouvé un nouveau corps et un nouveau message du Pasteur. Cet homme est loin d'être fou, il est sur le chemin des croisades comme celles menées à Jerusalem en l'an 1098. Cardinal Flamarion, il faut que vous lisiez ceci."

Il se tenait devant l'autel, son papier à la main, attendant que le cardinal arrive. On aurait dit un pauvre jeune noble un peu perdu, son physique de jeune homme masquait à la perfection son âge et donc son savoir. Il savait que dire, car lorsque Flamarion arriverait, il le prendrait pour un jeune immortel d'une vingtaine d'années, car il était impossible de deviner son âge réel, on pouvait seulement voir que son regard avait vécu de grandes choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inéalis Flamarion

avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Quelque par entre la Chevalerie et l'arrogance
Rang : Amiral- Maréchal
Ordre : Moltanor
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Lun 19 Oct 2009 - 1:13

Flamarion, était un des plus anciens immortels venu sur terre. Il avait vécu, plusieurs siècles sous la servitude et avait vécu un immortalité des plus exceptionnel. À présent le Cardinal devait ce rendre à l'évidence, le Pasteur était de loin l'adversaire les plus féroce et les plus acharné qu'il avait connu. Pour la 1er fois de sa vie, il ressentait presque de l'admiration pour ce mortel qui grâce à sa foi était prêt à mourir pour sa cause. Était t'il lui même près mourir pour sa cause ?

Inéalis Flamarion, tout puissant qu'il était n'était certainement pas un monstre et tout comme lui il était un chevalier, tout comme tout les immortels, un chevalier du dragon.Tout comme le pasteur, il était motivé par une foi, non pas dans le christ mais en un dragon, tout puissant qui une fois revenu sur terre purgerait la terre de ses maux et rendrait aux immortels leur âge d'or. Ils méritaient, cet âge d'or comme tout les immortels ! Il avait combattu pour les mortels, sauver des vies, combattu dans leur guerre ! aider leur cheminement vers le paradis, donner l'absolution aux mourants et écouter leur prières et leur confessions ! Ils avaient perdu des hommes, des femmes et avaient pleurés de nombreux alliés.

Il avait sacrifié sa vie pour glorifier la leur, au détriment de son ordre. Il n'a jamais voulu le désir de Kaldra de les mettres tous en esclavages, Il voulait pour eux un monde meilleur ou les immortels seraient les maitres et dans lequel tous pourrait coexister, avec le savoir des immortels et leur pouvoirs les mortels pourraient tous vivre heureux et dans un monde utopique. Ses idéaux, lui survivrait mais il ne laisserait certainement pas un mortel fanatique avoir raison de lui. Il mourrait peu être mais pas sans combattre. La population le connaissait, savait qui il était, il ignorait tout de son immortalité mais connaissait sa droiture et sa bonté. Car oui, malgré son arrogance vis-a-vis son peuple Flamarion n'avait jamais puni ceux qui ne le méritait pas. Le mal, n'était qu'engendrer par le chaos que cette homme avait crée !

Ils avaient péchés ! tuer et proclamé sa suprématie avec l'aide de généraux comme Thilix ou Ézéchiel. Mais jamais il a froidement exécuter des enfants ou des innocents. Ce chasseur traquait sans comprendre ! Il avait tué un Luna hier, et exécute de sang froid une Temper ! Des membres de la Lune, des immortels qui veulent protéger l'humanité. Ce fou, tuait a vu des immortels, peu lui importait leur clan, leur sexe ou leur âge, il avait la soif de tuer. Et il avait en horreur ceux qui tuait des enfants ou des innocents. Ils pensent que les immortels sont des démons? des fils de Lucifer ?! alors, il va comprendre le le feu du dragon, élèvera et combattra jusqu'à la mort. Flamarion mourrait peu-être, mais ses idéaux lui perdureraient et il n'avait que le regret de ne pouvoir voir cette âge d'or ou de vivre pleinement un amour.

Les Mortels, lui seraient fidèles pour les sacrifices qu'il a fait. Pour leur faire comprendre il décida de contre-dire les faits énuméré par le chasseur:

"Peuple de Paris, me croyez vous assez sadique pour dévorer des gens ! m'avez-vous déjà vu occire un de mes fidèles ? Dévoré son corps et mis le chaos et la déchéance sur vos têtes ? n'ai-je jamais mis en périr la vie de quiconque d'entre-vous ?! Non ! j'ai toujours été Le Cardinal Flamarion pour vous. J'ai combattu dans vos combats, pleurer vos blessures et tenter de vous supporter dans les moments les plus dures.

Mes amies, aujourd'hui un homme qui ce proclame chevalier de dieu et qui occis en son noms ! Veux détruire un peuple dont il ignore tout en vérité. Je suis un immortel, par ma foi j'en suis un. Mais pas un des fils de Lucifer que nous dépeint le pasteur, je suis un fils de ma propre foi ! j'ai battit Notre-Dame de la 1er pierre à la dernière et je vous le dis mes amies, j'ai battis cette Cathédrale a la gloire du Christ et de sa Doctrine, j,ai agis pour vous pour vous protéger contre le mal Vampirien qui envahissait Paris, j'ai combattu des vampires et des Loups Garoux qui autrefois vous terrifiaient! De par mes actes Je ne suis pas un monstre et encore moins un démon. Je ne tue pas d'innocent !

Un démon est un diable qui tue, qui détruit gratuitement l'existence des autres ! les immortels, comme moi, gisent à présent dans les cimetières, exécuté de la pire manière qui soi. Cette Homme croit suivre la voie de dieu, mais il ce cache derrière elle comme derrière une excuse pour parfaire son seul et unique désir de tuer. Le pasteur est un psychopathe complètement malade qui cherche à vous faire douter des fondements même de votre foi. Les catholiques, ont commit des erreurs dans l'histoire ! L'inquision a fait tuer des millions de Gens ! des Protestants, des faux sorcier et des païens en grand nombres ! Devons nous, mes fils et mes filles, revenir dans ce climat de haine et de massacre en éliminant des gens, qui pour la plupart sont innocents. Créer une autre croisade et tuer des gens par milliers pour condamner une simple minorité !

Le Pasteur, je t'attend toujours."


Flamarion était installé à son bureau, et venait de finir le texte. Il avait été le matin, exprimer celui-ci. Le peuple avait compris et étaient pour la plupart d'accord avec les dires de l'immortel. Sans le savoir, le pasteur l'avait aider dans sa cause. Étant au courant de son existence la populace était du côté de l'amiral.

Puis, 5h00 du matin. Il avait décidé de revêtir son armure mais avait été interrompu par un voie devant de la salle centrale. Le Pasteur ? Non il n'était pas con. Il s'équipa rapidement et ce dirigea dans la salle avec 3 chevaliers avec lui. Lorsqu'il déboucha dans la salle centrale de la cathédrale, il constata la figure d'un immortel. Il écouta ses dires et fut plus au moins impressionné par l'homme. Il lui serra la main poliment néanmoins:

" Je connais cette croisade cher amis et je vous remercie grandement de votre contribution. En effet, cette homme est fou et extrêmement méticuleux."

Flamarion empoigna la carte de visite du Chasseur et lu, Même histoire.
Il soupira avant de s'assoir sur un coin de banc de l'église. Il observa l'homme un instant et réalisant qu'il devait être assez jeune mais que dans ses yeux l'expérience luisait.

"Votre tête ne m'est pas étrangère étrangère Jeune Homme, nous sommes nous déjà rencontré ?"

L'épée de Flamarion, relique ancestrale depuis des temps ancestraux datait des croisades, peu être que cette immortels l'avait connu au combat durant les croisades.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théoban Miryalord

avatar

Nombre de messages : 33
Age : 29
Localisation : Partout à travers le monde
Rang : Maître d'arme
Ordre : Carnival
Date d'inscription : 08/10/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Lun 19 Oct 2009 - 10:46

Théoban accepta avec plaisir la poignée de main. Il laissa le Cardinal répondre à ses dires et lire le message. Une fois que cela fut fait, le Cardinal vient s’asseoir non loin de Théo. Ce dernier était demeuré debout, ne désirant s’attarder plus que nécessaire en ce lieu de culte, culte auquel il avait cessé de croire depuis des centaines d’années.
Puis le Cardinal émis l’idée qu’ils s’étaient déjà rencontrés, peut être, en d’anciens temps révolus. Théo avait vue l’épée de l’homme, aussi, il inclina la tête et dit :

« - Sir Miryalord du Duché de Bretagne pour vous servir Cardinal. Nous nous sommes surement déjà vue sur les champs de bataille de Jérusalem, en effet. J’y suis arrivé comme maitre d’arme et en suis repartis Chevalier du Roi de France pour lui avoir sauvé la vie en 1098. »

Il observa de nouveau le cardinal, curieux de voir sa réaction. Puis il ajouta :

« - Parmi tous les ennemis que j’ai eu à affronter, je ne crois pas me tromper en disant que concernant Le Pasteur il va nous falloir miser sur l’esprit. Cet homme semble des plus réfléchis, des plus perfectionniste. Son message fait froid dans le dos et il est vrai qu’il est très dangereux. Il me semble que l’on peut porter à 83 le nombre de ses victimes, c’est beaucoup…pour un mortel seul. »

Une lueur de malice apparue dans ses yeux. Il voyait se profiler un combat titanesque entre mortels et immortels. Une guerre, une vraie, se profilait. Il ne croyait pas qu’elle n’allait opposer que le chasseur aux immortels.

« - Mes avis que nous nous dirigeons vers une véritable guerre sainte. Je trouverais d’ailleurs étonnant que Le Pasteur ne reste seul très longtemps. Je crois que nous devons nous préparer pour mener une véritable bataille…Et je vois en cet homme le seul être pour lequel je me ferais une joie de rompre mon serment de ne point gouter la chaire humaine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inéalis Flamarion

avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Quelque par entre la Chevalerie et l'arrogance
Rang : Amiral- Maréchal
Ordre : Moltanor
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Mar 20 Oct 2009 - 1:39

Une lueur de malice apparu également dans les yeux de l'Amiral Maréchal.
Citation :

Et je vois en cet homme le seul être pour lequel je me ferais une joie de rompre mon serment de ne point gouter la chaire humaine.

Un Carnival, il n'aurait pas deviné. Avec un style si riche et élégant qu'il l'aurait presque confondu à un Solstice. Dans cet optique, il ressemblait un peu a Ézéchiel Carnimeo, d'ailleurs qu'était t'il devenu celui la.

"Voilà, que tout s'explique. Votre tête me revient particulièrement et bien bienvenue à Paris monsieur le Duc. Veuillez m'excusez si je ne m'incline pas mais... j'ai horriblement mal au dos ! "


IL esquissa un rire niait, cette blague avait pour but de détendre l'atmosphère, mais Flamarion, n,avais jamais été très bon en blague. Voyant que sa farce ne ferait peu être pas l'effet escompté il poursuivit sur un ton plus sérieux.

Aux explications de l'homme, Flamarion fut relativement impressionné par l'expérience du jeune immortel. Les Croisades, s'était pas rien ! Il avait connu des gouverneurs moins âgés que celui-la. Enfin... de la a dire que le chasseur commençait une guerre, s'était un peu tiré par les cheveux ! Un seul homme face aux pouvoirs des immortels... Il ne survivrait pas longtemps contre des adversaires comme Ézéchiel ou Thilix.

"Je suis en accord avec vos dires en ce qui attrait aux Pasteur, nous devons miser sur l'esprit pour bien le combattre. Mais je ne suis peu être pas d'accord avec cette guerre sainte. Ce type est cinglé et aucun chasseur avec un minimum d'intelligence ne s'afficherait comme il le fait. Il est malicieux, pervers et particulièrement organisé. Pour le vaincre, il faudrait attaquer. Il est trop sur la défensive, il craint l'attaque de front, si il attaque la Cathédrale ou tout nid d'immortel de front, il sera tué. Voila pourquoi il attaque presque toujours de nuit et en utilisant la malice. Pour contrer définitivement ses agissements, il faudrait le trouver et l'éliminer assez rapidement, s'il constate le moindre changement dans son environnement, il prendra la poudre d'escampette. Il est brillant en plus d'être sadique et psychopathe "

Il leva sa masse corporel du banc d'église, il semblait épuisé.

" Selon moi, aucun chasseur intelligent ne ce joindrait à lui. Les fous, peu-être mais les quelques dégénérés qui oseraient nous défier ce verraient détruit. Les Mortels, ne peuvent pas gagner la guerre ! Si vos dires sont vrais et que je suis dans l'erreur, alors ils sont aucune chances de nous vaincre. Même si cette hommes tuent 83 immortels ! ils les a surement tuer soit par chance, soit par malice ou il a traqué des jeunes qui ne connaisse même pas encore leur pouvoirs.

Mais affronter des immortels d'expérience comme vous et moi de front. Il mourraient dans l'instant. Alors imaginée à grande échelle, ils leur seraient impossible, voir, suicidaire de tenter un guerre ouverte, les morts seraient plus de leur côtés que du notre et cela plongerait la population dans la panique. Ils veulent protéger les mortels après tout ?"


Il resta debout en face de l'immortel. Il semblait épuisé.

"Mais monsieur, veiller excusez mon impertinence mais vous me voyez complètement épuisé je vais aller me reposer. je prend donc congé de vous, nous poursuivrons cette conversation, j'espère. Merci encore pour l'aide apporter monseigneur. A voir un aussi fier armurier , j'espère que très bientôt que nous pourrons aussi être partenaire d,affaire."

Il abaissa respectueusement la tête devant l'immortel et prit congé de lui.


Dernière édition par Inéalis Flamarion le Mer 21 Oct 2009 - 1:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Mar 20 Oct 2009 - 18:49

Cela faisait maintenant deux jours que François n’avait pas donné signe de vie au cardinal.

Il n’était cependant pas resté passif, loin de là. Caché au fond de sa planque, il avait utilisé le téléphone pour contacter quelques vieilles connaissances. Il lui semblait que le moment était venu de réunir tous les grands chasseurs de France.

Il avait hâte de revoir ses élèves.

Depuis des années, il enseignait à de jeunes gens désireux de purifier la terre comment reconnaître, identifier, suivre, neutraliser et éliminer un immortel. Il leur avait également apprit comment devenir invisible dans l’ombre, comment pénétrer dans des places fortes, comment piéger des bâtiments, comment manier les armes, comment terroriser et jouer avec les nerfs des immortels et surtout, il leur avait enseigné l’art de disparaître de la surface du globe.

Maintenant, tout était près. Les vingt planques disséminées dans Paris étaient équipées pour accueillirent chacune une bonne dizaine de chasseurs. Vêtements noirs et souples, lits, vivres, armes, munitions, poisons, véhicules, matériel médical, tout était près pour établir divers postes de contrôles et de ravitaillement. Tout son héritage était passé dans ces installations secrètes, chacun de ses élèves lui faisait parvenir de l’argent chaque moi depuis près de huit ans pour aider au financement.

Le principe était simple, chaque planque abriterait une escouade, chaque escouade comprenant un tireur d’élite, un poseur de bombe, un perceur de coffre, un espion, un chirurgien, les autres étant des agents. Chaque personne était de même efficacité, mais il fallait que chaque poste puisse être indépendant, afin de limiter les contacts.

Le lendemain, après avoir laissé ses ordres dans chaque planque et alors que les chasseurs étaient arrivés, il passa un bref coup de téléphone à chaque poste et se contenta de dire :

« - Ok pour votre échauffement les gars ! »


Plus tard dans la nuit, vingt appels lui parvinrent vers 5h du matin, 142 immortels seront à pleurer au réveil de la ville, hommes, femmes et enfants. Il en avait profité pour leur annoncer l’action suivante et avait simplement dit :

« - L’opération Forteresse va commencer dans 21 heures, tenez vous près. Si à 2h30 demain soir vous n’ave pas de nouvelles de moi, vous connaissez les procédures d’éradication. »

Il sortit alors de son repère, vêtu de noir comme à son habitude et se rendit à Notre Dame. Une fois sur place, il poussa les portes, retira son chapeau et accompli le rituel en s’humidifiant les mains. Il se tourna vers les cierges, déposa une belle liasse de billets dans la boite et alluma 225 longues bougies pour les âmes de ses 83 victimes et les 142 des ses élèves. Il s’avança ensuite jusqu'à cœur et là, s’agenouilla. Il se mit alors à prier en silence, les yeux clos et les mains jointent au niveau du visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 29
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Mar 20 Oct 2009 - 19:22

Vigo tendit une main solide au gaillard qui était à côté de Vilya en le saluant de la tête. Il semblait qu’il soit son amant, voir son mari, son compagnon tout du moins, après tout peu importe.

« - Je ne fais pas facilement confiance au gens habituellement, mais au vue des jours sombres et sanglants qui se profilent, je crois que nous autres immortels devons nous serrer les coudes. Je ne sais pas si vous ave un véritable endroit sûr pour vous mettre à l’abri, mais je vous invite si vous le souhaite à venir dans mon immeuble.»

Il marqua un léger temps d’arrêt, afficha un sourire et reprit :

« - Quel immortel n’a pas entendu parler de la « Forteresse de Vigortsen » ? Cet immeuble est habituellement résidentiel, mais je peu vous y faire de la place. D’autant plus qu’il n’est pas dans les habitudes du Pasteur de laissé fuir une cible, ne risque t’il pas de vous poursuivre ? Si donc vous souhaite vous abriter, vous êtes tous deux bienvenue.»

Il allait se retourner pour les laisser en paix lorsque son dos lui joua un tour.
Une douleur cuisante le terrassa. Il fût immédiatement au sol, rageant pour contenir ses cris, se tortillant, tous ses muscles s’étaient contractés, la douleur passant par chaque nerf et chaque cellule de son corps. Sa colonne vertébrale brulait, ou du moins l’impression était telle. L’éclat d’obus qui lui avait abimé le dos de manière irréparable se matérialisa dans sa tête. La douleur soutenue ne diminua pas, gagnant au contraire en intensité. Il fût prit de mouvements convulsifs, son corps ne répondant plus, des larmes se mirent à couler tellement la douleur était puissante, il avait la peau en flamme, comme s'il était sur un bucher. Sa crise dura bien cinq longues minutes qui lui parurent une éternité.

Enfin, au bord de l’inconscience, allongé par terre, en sueur tremblant de toutes parts et brulant, il réunit l’énergie qui lui restait et demanda dans un murmure à Vilya :

« - …me ramener … mon adresse, sur le …mot de l’auberge…dernier étage…s’il vo…vous plait…Sunie vous… »

Ses paroles se turent, ses tremblements aussi et son cerveau plongeât dans le flou des vagues de souvenirs qui harcelaient les personnes évanouis. Sa respiration s’était calmée, son pouls était retombé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inéalis Flamarion

avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Quelque par entre la Chevalerie et l'arrogance
Rang : Amiral- Maréchal
Ordre : Moltanor
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Mer 21 Oct 2009 - 1:53

Flamarion s'était éveillé en sursaut, il commençait a suer. Un cauchemar de tout les diables, l'avait perturbé durant la nuit. Il avait sans cesse pourchasser par le visage désincarné d'une femme au cheveux noirs et au corps musclé. Il n'avait pas très bien dormit, cependant son corps s'était réveiller plus fort que jamais. Avec ce regain d'énergie l'Amiral prit son petit déjeuné. Des œufs brouillés avec du Bacon. Il mangea beaucoup d'œufs, deux pains de 12 tranches et 3 livres de Bacon, il avait faim. Il arrosa son déjeuner avec plusieurs litres de Jus de pomme pur. Rien de trop beau pour le clergé ? Durant son festin, il réfléchi sur la façon la plus simple d'éliminer Le pasteur. Il réalisa que les dire de l'armurier n'était pas si fou que sa, Si ce chasseur massait une armée ? Les immortels de la ville n'étaient pas en sécurité. Certes la grande majorité des immortels étaient jeunes et sans expériences, mais ils seraient sans doute tuer en grand nombres. Il fit donc parvenir une missive aux amiral maréchaux de la ville et tenta de leur expliquer le point de vu. Il demanda la fermeture de l'auberge des immortels et des lieux fréquenter en majorité par les siens.

Il indiqua aux chevaliers de Notre-Dame, les positions stratégiques qu'ils devraient défendre en cas d'attaques. Puis mis en sécurité les immortels qui était sous sa protection, ainsi de tout les membres de sont ordres. Il craignait que la théorie de l'armurier Carnival ne ce réalise. Et dans le cas contraire, il valait mieux que les siens soit protégé dans ce temps de crise.

Flamarion, durant la journée bu également beaucoup d'eau, il parlait beaucoup et gesticulait sans cesse. Cependant, le poison jeter dans l'eau n'eut pas exactement le même effet que le Pasteur s'y attendait. En effet, si l'homme avait utiliser contre Flamarion un élément comme de l'acide l'effet aurait été très dommageable pour son corps. Mais, ayant verser de l'argent pur dans l'eau, l'effet fut exactement inoffensive pour Flamarion.

Lorsque L'eau coula sur la langue de Flamarion, son corps s'aperçût qu'il perdait l'équilibre qu'il avait depuis des siècle. En quelque sorte, L'homéostasie du corps de L'immortel ce voyait en péril. Les bourgeons Gustatif de l'Amiral, s'apercevant du problème envoyèrent l'information aux glandes dans sa bouche, elles commencèrent à sécréter de la salive en grosse quantité comme pour bloquer l'intrusion. Cette salive voyant la consistance du métal dans l'eau fusionna aussitôt avec le pouvoirs sur contrôle du feu de l'amiral et fit fondre les particules de métal dans l'eau, rendant celle ci complètement inoffensive pour son corps.

Le pasteur devait avoir fait souffrir bien des immortels avec ce stratagème mais un Amiral Maréchal n'a aucun limite en ce qui attrait a ses pouvoirs. l'homéostasie de Flamarion n'étant plus troubler par le poison, il envoya au cerveau l'information celons lequel cette eau était dégueulasse. L'amiral cracha un gros monceau de bave et rota très fort pour finalement rejeta la cruche en envoyant haut et fort que sa goutait l'enfer.

Puis, Vers la fin de la soirée on l'avisa que Le pasteur approchait de la Cathédrale, finalement il venait. Le fou, il voulait mourir peu être ?
Il empoigna ses armes et ce dirigea vers l'entrée de la Cathédrale. Il positionna ses hommes afin qu'il aille tous un angle de tir adéquat pour le tuer et alla ce présenter fièrement devant lui. Lorsqu'il le vis dans son recueillement, et le vis poser des lampions. Flamarion le laissa finir sa prière avant de s'avancer devant lui. Il ne croyait pas en dieu, mais avait du respect pour les valeurs qu'il prodiguait.

"On ce rencontre enfin, après tout. Le pasteur."

La voie froide et imperturbable de L'amiral-maréchal des Moltanors retenti en écho dans la cathédrale. Au moindre mouvements, il le ferait cramer. Il ferait fondre ses armes et chacune des balles qu'il lui enverrait. Il fallait s'attendre à tout. les pouvoirs illimités de l'amiral sur le contrôle du feu, s'éveillèrent et nul n'en connaissait la limite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Mer 21 Oct 2009 - 17:59

François perçue les pas du cardinale qui approchait alors qu’il priait. Lorsque l’immortel lui parla, il ne bougea pas, les yeux toujours clos, les mains toujours jointes. Il savait l’immensité du risque qu’il prenait en venant ici, surtout depuis les événements de ces derniers jours. Mais quel stratagème ne comporte pas de risques ?

Il n’ouvrit pas les yeux, ne changea pas de position, il se contenta de parler.

« - Comment pouvez vous me reprocher de tuer des gens de votre espèces alors que beaucoup on tué voir dévoré des miens ? Votre vie est plus longue qu’aucun homme ne peut l’imaginer, certain de vous, peut être même vous personnellement avez surement vue naitre Jésus, et pourtant ils se permettent de tuer des êtres qui ne peuvent gère espérer vivres plus de 80 ans, 90 pour les plus chanceux. Combien de fois ais-je vue des cadavres d’enfants à moitié dévoré ? Des enfants qui n’avaient encore commis la moindre faute. Comment devrais-je réagir en voyant un jeune couple d’ouvriers se tuant à la tâche pour offrir les meilleures études possibles à leurs enfants futurs se faire atrocement tuer pour le plaisir ? Que devrais-je faire lorsque je retrouve les corps déchiquetés et sans vie d’une femme et de ses enfants alors qu’elle vient d’apprendre la mort de son mari à la guerre ? Surtout lorsque l’on sait que la voisine du dessus attends tranquillement le retour de son immortel de mari qui est allé s’amuser dans les tranchées pour tuer ceux d’en face, qu’aucune balle ne lui causera de tord et qu’il est certain de rentré ?
...
Où se trouve la justice dans tous cela ? Vous êtes des êtres qui vivez aussi longtemps que vous le souhaitez ou presque, vous ne craignez pas les armes normales mis à part les miennes, les maladies ne vous affectent que très peu, vous possédez des pouvoirs qu’aucun homme ne peut imaginer, vous pouvez changer de vie chaque fois que vous le souhaitez, en reconstruire une lorsque vous avez raté la précédente alors que nous, nous n’avons qu’une seule chance. Mais malgré cela, vous vous amusez à tuer les êtres éphémères que nous sommes, sans motifs, sur un simple coup de tête, une pulsion, comme lorsque l’on désir une femme… »


Toujours à genou, il ouvrit les yeux et les planta dans ceux du cardinal.

Il ne vacilla pas un instant, soutenant le regard de l’autre. Ses yeux étaient assassins, on pouvait y lire un désir de vengeance d’une telle puissance que n’importe qui, même l’immortel debout à côté de lui, en aurait eu des frissons de peur ou du moins d’angoisse. Un regard encore plus noir que la nuit, si noir que même les ténèbres paraissaient lumineuses à côté. Paraissait de plus dans ce regard, une foi en Dieu inébranlable, une détermination plus solide que l’acier mais également une tristesse incommensurable. La perte des êtres aimés laissait à jamais une ombre dans le regard des gens.

Doucement, il leva les mains au dessus de la tête, signe qu’il n’était pas dangereux et se redressa sans quitter l’autre des yeux.

« - Je connais vos clans, je connais vos ordres. Je connais presque tous ce qu’il y a à savoir sur vous. Je connais également certains noms parmi vos hommes qui tuent sans raison…
Vous connaissez Thilix bien sûr. Savez vous qu’a lui seul il a tué plus de mortels que je n’ai tué d’immortels ? Est’ il venu allumer un cierge pour chaque âme qu’il à ainsi volé ? Et vous osez m’en vouloir de tuer quelques Carnival pour éviter qu’ils ne dévorent des gens paisibles et sans histoire? »


Une larme avait perlée sur sa joue gauche alors qu’il tenait son discoure. Sa voix n’avait pas changée, toujours aussi meurtrière et triste, neutre en somme.

Il fit un pas vers le cardinal, son visage s’arrêtant à quelques centimètres du sien, ses yeux plongés directement dans la tête du cardinal au travers de ses yeux, comme s’il lisait dans son esprit. Sa voix se fit grave et puissante, destinée tout autant à Flammarion qu’au gardes qu’il avait repéré de ci de là. Il parla avec aplomb, comme si rien ne pouvait le faire chanceler. Le ton qu’il employa était celui du conseil qu’il valait mieux suivre.

« - Retenez votre peuple, je retiendrai le mien ; veillez à ce qu’aucun immortel ne tue de mortel, sans quoi les représailles seront terribles, si terribles que même la main de Satan vous semblera douce à côté de la mienne ! »

Il tourna le dos au cardinal, fit deux pas puis s’arrêta. Il tourna légèrement la tête, présentant son profil et dit :

« - Si je ne rentre pas chez moi vivant pour passer un coup de téléphone, aucun de ceux présent dans la cathédrale ne verra le jour se lever, pas même vous, le puissant Cardinal Inéalis Flamarion. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inéalis Flamarion

avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Quelque par entre la Chevalerie et l'arrogance
Rang : Amiral- Maréchal
Ordre : Moltanor
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Jeu 22 Oct 2009 - 19:22

Inéalis ferma lui aussi les yeux un instant, alors que le pasteur lui parlait. En plus d'être dangereux, il avait de l'esprit. Il croisa les bras et fixa le regard imperturbable du chasseur, les mains jointes et les yeux clos. Flamarion, resta de glace devant les premiers propos du chasseur, il ne pouvait être responsable de L'ordre des Carnival après tout. Mais plus les paroles défilaient de la bouche de l'homme, plus l'Amiral était étonné par ses propos du chasseur, il avait en effet beaucoup d'esprit et ses arguments étaient tous fondé sur des exemples des plus simples. Ses paroles pleine de sens et d'intelligence était une critique très constructive pour quelqu'un dont le sang n'était pas immortel et qui n,avait pas les connaissances de Flamarion:

" Comment pouvez-vous vous prétendre savant, chasseur, alors que vous ne vous ne savez rien de nous. Si vous êtes si au courant de nos clan et de nos ordres, pourquoi vous attaquer à des Valkars, à des Solstices et à des Lunas. Vous me faite l'effet d'un homme plus intelligent que sa. L'ordre que vous voulez exterminer, qui dévore des familles, est l'ordre des Carnivals, des êtres sauvage qui dévore la chaire humaine pour survivre. Pourquoi alors vous attaquer à des immortels appartenant à des clan qui cherche à ce cacher ou à des immortels qui ignore même leur immortalité. êtes-vous stupide ? d'en quelque sorte nuire à votre société en exécutant ses protecteurs? En tuant des membres de l'alliance de la Lune! Alliance qui vous protège contre les clans comme les Carnivals et les sadizars. Vous pensez que nous sommes tous diabolique ? Que nous tuons des mortels par milliers? Pourquoi nous reprocher des torts que l'humanité le fait très bien sans notre aide. Si nous avons été béni par notre vie éternel, c'est pour une raison. Si pour vous les Carnivals, ou tout les membres de la mort rouge, ne mérite pas ce privilège alors aller les liquider, leur vie n'est pas de mon ressort. Cependant, lorsque vous exécuter des immortels innocent et sans aucun tort outre leur race. Vous faite exactement pareil qu'un meurtrier psychopathe qui ce cache derrière une bannière et vous vous créez des ennemis puissant, comme moi. Vous chercher à commencer une guerre ? en vous attaquant à moi ? Pourquoi pas ne pas la déclarer aux Carnivals ou aux Sadizars, avant de la déclarer aux Moltanors. Dans les faits, mon ordre n'ont pas liquider d'enfants durant ses derniers siècles. Nous avons contribuer a l'essor de vos villes et de votre médecine tenté de nous fondre dans vos vies. Sans pour la majorité tenter autant causer la peine et la mort. La relation amoureuse entre un immortel et un mortel est également proscrit par toute les ordres."

Il marqua une pause:

"Sans nous vous ne seriez pas au tier de votre évolution, sans nous vos famines et vos maladies auraient causé bien plus de mort. Nous avons apporter du bon en l'humanité et au lieu de l'accepter et de laisser vivre l'éternité aux immortels qui vous ont aidés ! vous les exécuter sans histoire, parce que vous penser qu'ils sont des Carnivals ! Vous osez venir vous plaindre des morts que vous avez vue à cause de nos ordres meurtrière, alors que vous avez en face de vous un être millénaire ? Vous pensez que je n'ai pas vu pire que toute les atrocités que vous me décrivé ? vous penser que je n,ai pas pleurer mes frères morts pour vous venir en aide à votre peuple ? Si mon Ordres n'était pas la, mon cher, votre pitoyable humanité serait au bord de l'extinction. La guerre entre la lune et la mort rouge aurait tués des milliers de mortel et vous osez tenter de tuer un de ses dirigeant, êtes-vous complètement imbécile ou seulement inconscient. Alors n'osez plus vous dire Savant !"

Flamarion cogna le talon sur un dalle de l'église et la porte ce ferma, voyant le pasteur partir. Il monta le ton en prenant un air des plus autoritaire:

"Je n'ai pas fini ! Pour poursuivre dans votre lancé mon cher sachez que AUCUNE de vos armes ne m'inspire la crainte.Les votres encore moins. Vos balles ou vos couteaux, comme vos explosifs et vos poisons. ils ont aucun effet sur moi, me sous-estimer serait la dernière chose à faire, Pasteur. De plus, Il n'y a aucune justice en ce monde, chasseur, aucune ! La justice des hommes comme la Justices des cieux avantage toujours un camp. Nous avons été béni par des pouvoirs, certains les utilisent pour faire le mal d'autre pour faire le bien. Mais chaque pouvoirs à un prix! Voyez mon regard de feu ! Croyiez-vous qu'il est amusant d'inspirer la crainte des autres? penser-vous que les Carnivals aiment tous dévorer les humains pour garder leur vitesse, leur force et leur endurance ? Bien-sur que non, votre généralisation sur notre race est l'aboutissement d'un esprit de sot et d'incompétent ! Vos osez vous élever contre un peuple, Tuer un peuple, parce qu'une minorité d'ordre cherche a détruire l'humanité ! Pourquoi ne pas tendre une perche pour s'allier aux immortels qui veulent faire arrêter les massacres au lieu de les envoyés à la mort. Vous êtes un peu stupide d'avoir attaqué tout les immortels. Votre désir égoïste est pareil a ceux des autres, vous êtes jaloux que nos dons ! mais vous êtes béni mortel et vous le resterez ! Vous êtes stupide d'avoir exécuté, des Valkars, des Solstices, des Sadizars et des Lunas ! Vous avez fait de votre personne l'ennemi de tout les immortels. Votre vie que vous ne pourrez jamais recommencer."

Il fit le tour du Pasteur et s'arrêta devant lui, les pieds fixer au sol et en cherchant le contact visuel entre le pasteur et lui, il le fixa d'un air froid et parla doucement avec une voie dur comme la pierre.

"Vous aller mourir, que je vous tue ici ou que les autres vous tues dehors, Ils n'y a hélas, aucune différence. Vous mourrez en sachant que vous avez échouer votre vie et que même si certain d'entre-nous meurt. Vous avez retardé des siècle de progrès dans votre civilisation et assassiné des innocents. Si dieu vous à dis de purger la terre de notre race, soit vous êtes un fou qui entend des voies, soit dieu à lui aussi perdu la raison. Car nous sommes en son royaume par sa décision et nous restons ici, puissant et immortel par ses soins. Vous avez tué, gratuitement des gens qui n'avait rien à ce reprocher. La proportion d'innocent vaux telle celle des coupables ? Je ne le crois pas. Vos semblables ont achevé l'immortalité de bien des êtres de ma Races, pasteur et pourtant nous sommes toujours la. Nous continuons malgré les percussions de votre bande de tireur du dimanche à tenter d'aider votre peuple, votre bande n,a jamais fait peur aux ordres de la mort rouge ! Au lieu d'envoyer un message vous auriez du y aller plus subtilement et tenter de tuer des grosse tête de la Mort Rouge, au lieu de vous attaquer au Péchés."


Il refit le tour et monta le ton pour faire parraître un ton ironique:

"Vos Menaces de guerres jeunes hommes ne m'affecte pas et ne m'impressionne pas. Cette Cathédrale est ma maison et ma forteresse. Vous ne tuerez personne ici, chaque chevaliers sont formés au maniements des armes et à la maitrise du feu. Vos balles ou vos explosions n'affecterons en rien mes hommes et encore moins mes invités bien en sécurité dans la cathédrale. D'ailleurs, une guerre entre les chasseurs et les immortels, en pleine ville ! Vous êtes vachement tombé sur la tête on dirait. Les immortels, tués, seront enterré. Leur confrère, frustré par leur meurtre, réclameront vengeance et de cette vengeance découlera?
...
un nouveau siècle de destruction de mortel, encore plus sanglant. Par votre faute, des gens innocents de votre propre races vont mourir. Vous désirez nous détruire, mais risqueriez vous la vie des votre la dessus ? Dieu, risquerait t'il la vie de ses fils pour exterminer ses créations."


Le visage impassible, Flamarion attendait. Les portes de la cathédrale resteraient fermé avant qu'il n'est un débat avec cette homme.

"Je n'hésiterais cependant pas à me battre contre vos soldats, si une guerre éclate, sachez le. Je n'ai scrupule à tuer, ceux qui cherche à détruire ma race."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Ven 23 Oct 2009 - 14:42

Le chasseur écouta chaque parole du cardinal avec intérêt. Son visage resta impassible, neutre, son regard était froid et déterminé, mais une lueur de surprise brillait au fond de ses yeux. Il savait que son discours avait intéressé le cardinal, ses propos étaient fondés, ses exemples justes, mais surtout, il avait été sincère, aussi surprenant que cela soit.

Chaque fois que l’immortel cherchait son regard, il le trouva. Ce que le cardinal dût remarquer cependant était l’absence total d’hostilité et de défie dans ses yeux. On y voyait plutôt un désir de parler, une tristesse passée qui assombrissait son cœur et qu’il avait tenté d’étouffer par une haine envers la race responsable de son malheur. Il encaissa tout ce que le cardinal lui dit. Même les propos blessants ne paraissaient pas l’atteindre. Le cardinal se trouvait face à un mur, seul les yeux trahissaient légèrement les sentiments actuels de l’homme. Il ne tressaillît même pas lorsque la porte se ferma, il était pourtant prisonnier d’un puissant immortel et de ses chevaliers.

Après que le cardinal ne se soit tu, il resta immobile de longues minutes, comme s’il se fût changé en statue de marbre.
Il se décida à parler, sa voix puissante résonnant sur les voûtes de pierre, les yeux braqués sur les fresques et les vitraux.

« - Il est ironique de se dire que bien avant que ma famille ne se fasse tuée par l’un des votre, avant donc ma colère contre votre race, je fréquentais déjà cet endroit. J’y priais, je m’y confessais, j’y rêvais d’amour, de passion et de vie. Cet endroit qui pour moi était un havre de paix est devenu une zone de conflit. Que ce serait-il passé si je vous avais rencontré avant mes malheurs, si vous aviez pris un jeune adolescent plein de foi et d’espoir sous votre aile ? Serais-je-le même aujourd’hui ? Et vous-même ? »

Il avait brusquement rebaissé son regard dans les yeux du cardinal, un regard qui du surprendre au plus haut point l’amiral. Un regard qui disait qu’il se savait piéger dans l’église, mais qu’il ne se défendrait pas si on l’attaquait, car on était dans la maison du seigneur et que l’on ne devait pas y verser le sang.

« - Peut-être ais-je eu tord de tuer ceux que j’ai tué, mais peut-être ais-je rétablis un équilibre entre nos deux races. Bon nombre d’immortels se permettaient d’abuser de leurs pouvoirs, se pensant intouchables. Plus que tuer, je cherchais à inspirer la crainte. J’y suis parvenu. Les immortels ont vus qu’ils n’étaient pas invulnérables, qu’ils ne pouvaient abuser des mortels sans risques. En aucun cas je ne jalouse vos pouvoirs et votre longue vie, Mais je n’accepte pas qu’un immortel est réduit à néant la seule vie que Dieu m’ai donné. Ceci est au dessus de mes forces. »

Il inclina légèrement la tête, ouvrant les bras avant de poursuivre.

« - Je reconnais ma grande ignorance concernant votre peuple, je reconnais ne pas avoir toujours bien choisi mes cibles et par-dessus tout, je reconnais que j’ai laissé ma haine assombrir mon cœur… »

Il laissa sa phrase en suspens, planta de nouveau son regard dans celui de l’amiral et ajouta :

« - Vous ne pouvez savoir ce qu’il me coute de reconnaître cela. Je sais de plus pertinemment que je vais mourir de votre fait ou de celui d’un autre, comme vous l’avez si justement dis, j’ai été béni mortel, c’est donc dans l’ordre des choses. Mais sachez que si je ne regrette pas les vies que j’ai prises, il n’y en a pas une que je n’ai pas recommandée à Dieu. Pas un des immortels que j’ai tué était innocent. J’ai toujours étudié mes proies, toutes on un jour tué un mortel, lorsque je tuais un enfant, c’était parce que du sang de Carnival ou de Sadizar coulait en lui. Je sais que vous me trouvez pathétique, que vous n’accordez aucune importance à mes menaces et que je ne vous fais pas peur. Vous m’écraseriez en moins d’une seconde. N’ayez crainte, je ne vous sous-estime pas, mais ne sous-estimez pas ce que je représente pour bon nombre de chasseurs. Ne sous-estimez pas le pouvoir que j’ai sur eux. Si j’agis seul depuis des années, c’est parce que je les contrôle et ils sont nombreux, bien plus nombreux que ce que vous pourriez croire. Sur mon ordre, ils pourraient tuer un très grand nombre des votre avant que vous que les ayez tous arrêté, ou au contraire se tenir bien tranquilles. »

Ses yeux évoquaient maintenant la détermination pure, il n’y paraissait plus la moindre faille, pas le moindre doute. Il s’avança, s’arrêtant à quelques maigres centimètres de l’immortel. Sa voix se fit murmure.

« - Je suis venue ici sachant que vous me repéreriez. Pourtant, je suis venu seul et sans arme car mon arme la plus puissante, c’est vous. Les immortels vous placent parmi les grands et les puissants, ils vous respectent, ils ont confiance en vous et en votre jugement. J’ai compris que vous tuer serais une grave erreur. Si votre peuple me voit vous tenir tête, il aura peur de moi et donc réduira encore un peu le mal qu’il fait au mien. Vous m’êtes beaucoup plus utile vivant que mort, car vos gens auront peur que je vous tue d’autant plus que je continuerais de traquer les immortels qui assassineront des mortels. »

Il tourna le dos à l’amiral, avança vers la porte close avant d’ajouter :

« - Vous m’avez fait prendre conscience de mes erreurs. Vous avez réinterprété pour moi les paroles de Dieu. Je vous assure que mes cibles seront judicieusement choisies à l’avenir.

Mon poison ne vous à rien fait, mais il n’en sera pas de même pour tous, versez ceci dans la cuve d’eau. »


Il posa un petit flacon d’un liquide rose sur l’un des bancs et reprit sa marche vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inéalis Flamarion

avatar

Nombre de messages : 228
Localisation : Quelque par entre la Chevalerie et l'arrogance
Rang : Amiral- Maréchal
Ordre : Moltanor
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Ven 23 Oct 2009 - 18:35

Avant d'ouvrir la bouche pour commenter, Flamarion prit le flacon sur le banc. Il n'était pas assez stupide pour verser directement une solution inconnue dans l'eau de son église. Flamarion commençait à avoir pitié du Pasteur. Au fur et a mesure que les paroles du chasseur traversaient la tête de l'amiral, il commençait à avoir pitié de lui. Pauvre chasseur, qui espère garder la vie en lui léchant les bottes.

" j'officie ici depuis plusieurs siècles, Pasteur. Les êtres qui comme vous ont vu voir mourir sa famille a cause de notre race, je les comptes par milliers. Vous n'êtes pas le seul qui est devenu chasseur et à tenter de venger leur meurtres. Certain, viennent me voir pour des conseils, d'autre meurt sans que j'aille de leur nouvelle. Je ne prend que très rarement des chasseurs sous mon ailes, si vous m'aviez de prime abord expliquer votre peine je vous aurais conseiller la voie de la raison et vous aurait au moins expliquer comme quoi: la fautes d'une parti d'une race ne vaux pas son extermination complète. J'ose croire que vous n'avez pas tuer d'innoncent mais comprenez que je ne peux vous donner que le bénéfice du doute. Que vous traquiez des membres de la mort rouge, ne change ne fait rien à ma vie. Vous agissez celons vos principes et vous combattez pour vos idéaux, ils méritent de souffrir et de mourir pour leur meurtre, tout comme n'importe qui mérite d'être jugé pour ses actes. Mais, vous m'avez insulté Pasteur. Vous avez fait lever le Courroux de Notre-Dame et fait lever le Courroux de tout les immortels de la ville. Vous dites ne pas me vouloir de mal ! Vous avez donc poussez votre chance à bout en tentant de m'utiliser contre une marionnette ! Je suis un être millénaire respecter et puissant ne poussez pas votre chance en vous attaquant a moi. Votre plan est stupide. Pensé que la peur engendre le chaos ! si ils me croient faible, mes ennemies attaqueront et si ont m'attaque je me défend et ma puissance résonnera dans Paris et la guerre entre deux ordres d'immortels sera déclencher. Les pertes humaines seront désastreuses, car la guerre rend les hommes fous. "


Les Flammes de Notre-Dame commençaient a grandir, au fur et à mesure que la voie d'Inaélis traversait la Cathédrale. Elles bougeaient tel des lueurs féériques.

"Si vous avez commis des meurtres gratuit, dieu jugera votre âmes. Votre conscience seule est à plaindre.Si vous vouliez ébranlé les fondations de notre société sachez que vous avez visé a côtés de la plaque. Vous avez fait régniez une crainte sur votre personne qui était uniquement diffuser par des soldats insignifiants. Si vous avez exécuté des prétentieux qui ce surestimait alors tant pis pour eu. mais vous n'avez ébranler que des soldats, les gouverneurs et les maréchaux n'ont pas peur. Si vous chercher une cible, visez l'Amiral Maréchal des Carnivals."

" Traqué les coupables, n'exécuter pas les innocents ou ceux qui n'ont rien à ce reprocher. Dans ce cas la, je ne vous épargnerez pas.

...

Nous sommes un peuples fier, chasseur, ne l'insulter plus publiquement comme vous l'avez fait. Vous avez irriter ma patience, souillé mon honneur,mon autorité. Respecter vos proies Pasteur. Tuer des enfants est impardonnable ! Que du sang Carnival ou Sadizar coule dans leur veines, ne vous donne en aucun cas, l'excuse d'exécuter l'innocence ! Un Carnival ne choisit pas de naitre ainsi, un Carnival ne choisit pas de manger la chaire, une majoritaire l'accepte et deviennent des chiens qui tuent par plaisir mais d'autre réfute cette héritage et préfèrerais subir les pires tourment que de manger de la chair humaine à nouveau. Vous avez tuer des enfants innocents, exécuter des pères et des mères et fait pleurer des gens innocent. Bien sur que vous avez eu tort de tuer tant d'immortel."


Il contrôle des chasseurs? il a surement préparé un attaque si jamais il ne rentrait pas chez lui. Classique, mais affuté.

"Cependant, votre sagesse a surpassé votre haine à la fin. Vous avez su écouter et comprendre au lieu de crier et de tirer. Vous m'avez également fait comprendre des choses mon cher."

Il prit une pause dans sa phrase et baissa un moment la tête ne signe de respect.

" Je vous laisse partir de la cathédrale en vie, une fois dehors je ne suis responsable de rien. Si vous êtes attaqué, je ne vous défendrai pas. Comprenez le. Si vous voulez des conseils, venez me joindre, discuter avec un chasseur est toujours très intéressant."


Il tapa du pied et la porte ouvrit:

"Maintenant partez, et suivez mon conseil. Tuer ceux qui cause du tort et ne toucher pas au innocent. Sinon le courroux de Notre-Dame s'abattra véritablement sur votre tête et su celui des autres."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François LeNoble

avatar

Nombre de messages : 110
Localisation : Partout et nul part à la fois
Rang : Maître
Ordre : Chasseur
Date d'inscription : 10/09/2009

MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   Dim 25 Oct 2009 - 20:43

Le chasseur écouta attentivement le cardinal. C’est paroles étaient justes en grandes parties, bien que quelques dires soient erronés de son point de vue. Il préféra se taire, la tension étant redescendue il jugeait particulièrement idiot de risquer de la faire remonter. Il commença à avancer vers la sortie puis il dit :

« - Cardinal Flamarion, vous êtes un être doué de beaucoup d’esprit et d’une grande intelligence ; cependant je vois voir regard de pitié envers moi. Je ne suis point ici pour m’agenouiller devant vous et obtenir votre pardon, je suis venu pour avoir l’entretien que nous venons de terminer. Ce fut ma rédemption en quelque sorte ainsi que ma renaissance. Vous m’ave aidé plus ou moins volontairement à surmonter ma haine. »

Il se retourna croisa le regard de l’immortel et termina :

« - Par la sagesse dont vous avez fait preuve en me laissant partir, vous avez sauvé la vie d’un bon millier d’immortels qui seraient abattus si je n’avais pu rentrer. Mes hommes me sont fidèles, si je leurs dis de ne plus tuer au hasard mais de choisir des cibles qui on tué des mortels, ils le feront.

Que Dieu veille sur les êtres qui en vaillent la peine. »


Il tourna les talons et sortit.

Il remonta dans sa voiture et fila jusqu’à sa planque. Lorsqu’il arriva, il attrapa son téléphone et appela les différents postes afin d’annuler le programme « Forteresse ». Ses hommes ne posèrent pas de questions.

« - Vous traquerez que les immortels réellement coupables. Nous punirons les assassins, nous n’en seront plus messieurs est-ce bien clair ? »

Il était ensuite retourné errer à la recherche d’un Carnival nommé Marcus qu’il étudiait depuis des semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un homme, une croyance, une promesse, un combat, une cause..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PV Combat Boston] Ishiro/Griffon noir
» [Combat GS : Oyoken vs Sven Chernavska] - Le duel des fauves -
» [Combat GS] Lion Vs Griffon, le choc des titans!
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortel :: Paris :: Notre-Dame de Paris-
Sauter vers: