AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Impuissante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vilya Oblodra
Diable à temps partiel
avatar

Nombre de messages : 324
Age : 27
Rang : Jeune Gouverneure
Ordre : Valkar
Date d'inscription : 17/06/2007

MessageSujet: Impuissante   Mer 30 Sep 2009 - 20:32

Vilya se déplaçait avec peine a travers la ville noire, au cœur de la nuit. Elle n'aimait pas se trouver a terre, sans ses ailes ou sans ses pouvoirs pour l'aider. Son pouvoir de guérison pour le moment inutilisable, la jeune valkar ne pouvait pas faire grand chose. Et les traces de sang qu'elle laissait a chaque pas trahissait son impuissance.

Cherchant un endroit pour se reposer et trouver de l'aide, Vilya
parcourait les auberges et les tavernes. Elle n'en connaissait aucune qui n'hébergeait les immortels, et se découragea d'en trouver une. Et elle était bien trop loin de la maison d'Abigaelle pour espérer s'y rendre avant de perdre toute son énergie.

Elle fini par tomber sur l'auberge, et décida d'y entrer. Saluant le barman d'un air distrait, Vilya lui demanda une chambre, et monta a l'étage, en lui laissant un message si jamais thilix passait...au cas où. Dans la chambre, elle nettoya ses plaies, et constata avec frustration que les balles s'étaient dissoutes. Et fini par trouver le courage de sourire. Son fils, malgré qu'elle n'aurait jamais le plaisir de le voir, ne vivrait jamais dans leur enfer. Et elle s'allongea, et s'endormit. Mais la fenêtre ouverte la laissait découverte, encore dans son manteau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 29
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Impuissante   Mar 6 Oct 2009 - 15:20

Vigortsen entra dans l'auberge vêtu de son immense manteau noir et de son chapeau de même couleur. Ereinté par sa traque d’un meurtrier, il se dirigeait vers le comptoir lorsqu'il vit des tâches rouge sur le sol. Du sang, il en avait suffisamment vue durant la guerre et toutes les horreurs qu’il avait vécu pour en reconnaitre. Il releva les yeux, suivant la direction que prenaient les gouttes. Il aperçue alors la jeune femme qui s'avançait vers les marches, ses vêtements tâchés de vermeille. Il la regarda disparaitre difficilement dans l'escalier avant de se hâter vers le restaurateur.

Il questionna alors se dernier sur l'état de la fille, d'où lui venait ses blessures? Le bougre n'en savait rien, la seule chose qu'il put lui dire en revanche était le numéro de sa chambre. Vigo lui commanda alors deux repas dont un sur un plateau ainsi qu’une bière. Il demandât également une bassine d’eau chaude savonneuse et des bandeaux de tissus propres et le double de la clé. Il posa quelques billets sur le bar et alla s’asseoir.

Lorsqu’il eu tout, il engloutit son repas, plaça la bassine et les bandages sur le plateau puis montât. Une fois devant la porte, il toqua trois fois sans obtenir de réponse. Baissant les yeux, il vît de nouveau du sang sur la moquette. Il posa sa main sur la poigné, tourna et entra.
Elle dormait, surement en parti à cause de ses blessures, grelottant dans le froid de la pièce. Il posa le plateau, fermât la fenêtre et s’agenouilla aux côtés de la jeune femme. Il tenta de la réveiller, sans succès. Il lui retira son manteau le plus doucement possible et constata que trois balles lui avaient traversé le corps, une quatrième lui avait effleurée la tête. Il sortit son couteau et coupa la veste pour dégager les plaies qu’elle avait nettoyées comme elle avait pu. Il les désinfecta avec l’eau puis les épongeât et les bandât avec le tissu.

Il rabattît ensuite la couverture sur elle, la bordant bien, tira les rideaux et posa le plateau repas sur la table de nuit. Il y plaça également un billet sur lequel était écrit : « Je me nommes Vigortsen. Je me suis permis de panser vos blessures car vous perdiez trop de sang. Je possède un immeuble dans lequel vous pourrez vous remettre si vous le souhaitez. Je vous laisse également un peu d’argent pour vous racheter un chemisier et un manteau. Amicalement. »
Se trouvait également un numéro de téléphone et une adresse. Il posa sa veste sur le pied du lit, remis son manteau et son chapeau puis ressortit, fermant la porte à clé. Il rendit le passe à l’aubergiste et lui laissa son numéro au cas ou l’état de la jeune femme n’empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Impuissante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Conquête] « La justice sans la force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique. » [PV Tengoku]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortel :: Paris :: L'Auberge du Sanglier Rieur-
Sauter vers: