AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un appartement à louer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Jeu 15 Oct 2009 - 19:39

Étendue une fois de plus sur Vigorsten, Sunie ne voulait plus penser à revenir en arrière. Les mains de Vigo pétrissant délicatement ses chairs, elle ne s'imaginait pas comment elle avait pu vivre sans lui avant ce jour, sans cet homme à ses cotés. Elle se laissa ainsi caresser durant plusieurs longues minutes, ses soupirs prenant parfois l'allure de longs gémissements. Après un certain moment elle laissa ses désirs et sa passion passez par dessus sa gêne, laissant ses pulsions guider ses gestes plutôt que sa logique.

Une bonne partie de la journée passa, les deux amants partageant leur passion, leurs désirs et leur amour. Il était déjà le soir lorsque Sunie rouvrit les yeux après avoir dormit quelques heures, le soleil se couchant de l'autre coté des rideaux . Comme lui avait promis Vigo, elle s'éveilla enlacée dans ses bras, bien au chaud, sous les épaisses couvertures du lit. Face à Vigo elle vit qu'il dormait encore, qu'il était beau, son visage avait de si belles formes, la cicatrice, au départ trouvée laide par Sunie, lui donnait un certain charisme. Elle observa Vigo ainsi durant de longues minutes avant de se résigner à tranquillement glisser hors de ses bras, plaçant un oreiller à ça place afin d'éviter de le réveiller.

Plusieurs fois Vigo grogna, passant près de se réveiller mais Sunie fit attention et réussit à s'extirper de sa tendre emprise. Elle s'assit lentement sur le lit et mit lentement ses armatures en faisant attention à ne pas faire cliqueter les pièces entre elles. Une fois les armatures enfilés, Sunie se leva lentement s'appuyant sur la commode pour garder son équilibre elle se dirigea vers la chaise où Vigo avait lancé ses vêtements. Avec un soucis tout aussi grand de ne pas faire de bruits, elle se vêtit et s'accotant sur le mur, alla chercher sa béquille, restée dans l'autre pièce. Une fois sortie elle referma lentement la porte, celle-ci collaborant en n'émettant pas de bruit, Sunie ne savait pas trop si elle faisait bien de faire ce qu'elle allait faire, après tout il allait se réveiller seul...

Elle traversa l'appartement de Vigo pour se rendre dans la cuisine, là elle fouilla un peu afin de trouver deux poêles et de les placer sur la cuisinière. Elle pris un peu de tout dans le garde manger et allumant les deux ronds de la cuisinière avec une allumette trouvée dans ledit garde-manger. Pendant que la douce flamme bleus du gaz qui brulait réchauffait le métal des poêles, Sunie mélangea différents ingrédients et versa le tout dans une des deux poêles, s'assurant de ne pas en renverser. Dans l'autre elle fit cuire trois gros œufs, suffisamment pour Vigo pensa-t-elle. Elle ne pensa toutefois pas à un détail, Vigo, tout comme elle, devait avoir le nez particulièrement développé et l'arôme des crêpes à la vanille qui cuisaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Jeu 15 Oct 2009 - 20:35

Il s’était endormit presque comme une masse. Un sommeil calme et reposant comme il n’en faisait que rarement. Il avait prit Sunie dans ses bras et s’était lové contre elle, posant la tête sur sa poitrine. Ils étaient alors tous deux sous les couvertures remontées jusqu’au épaules, leurs corps nus serrés l’un l’autre. Des vagues de douce chaleur qu’ils s’envoyaient l’un l’autre. Comment ne pas s’endormir sereinement lorsque l’on sent cette chaleur corporelle, la douce et délicate peau de sa compagne, autant de signes d’amour. Un sentiment de calme et de sécurité ressort de cet amoureux enlacement. Sentir l’élu de notre coeur contre soi nous rassure, nous sommes proche pour l’aider et elle est là pour nous soutenir.

Puis quelque chose changeât, d’un coup, il eu froid. Il serrait toujours Sunie mais il avait froid.

Il s’éveillât, écrasant un oreiller contre son torse. L’oreiller volât au travers de la chambre et allât atterrir contre le mur. Il posa la main à l’endroit où la jeune femme aurait du se trouver, le matelas était tiède. Il fut rassuré, au moins n’était-elle pas loin. Il aurait aimé s’éveiller contre elle et rester lambiner au chaud avec elle. Flâner avec l’être aimé après pareil étreinte, l’idée l’enchantait. Il se leva et une odeur de cuisine vient lui chatouiller les narines. Il attrapa un pantalon et un caleçon dans un placard, sorti une chemise d’une armoire ainsi qu’une paire de chaussette. Il enfila le tout en un temps record et jeta tous ses autres vêtements dans un panier. Il tira les couvertures afin de refaire le lit et aperçue quelques petites tâches de sang en retendant le drap. La jeune femme était donc vierge, ce qu'il aurait put deviner mais l'esprit logique l'avait totalement abandonné les quelques heures passées. *Ma fois, qu'est-ce que cela change, je n'avais pas touché une femme depuis 15 ans, c'est d'ailleurs plutôt flatteur de savoir qu'elle a choisie de découvrir cela avec moi.* Il attrapa le drap, tira pour le défaire et se dit *En revanche, mon drap est fichu.* Et il le jeta dans le panier de linge sale. Après avoir refait le lit, il alla sur la terrasse, observa le soleil se coucher au travers de la Tour Eiffel. Il habitait l'un des plus beau quartier de la ville, bénéficiant de fait d'une vue sur plusieurs monuments. Puis il sortit en silence de la chambre sans prendre la peine de refermer la porte.

Il se dirigeât vers la cuisine à patte de velours et jeta un coup d’œil. Il surprit sa jeune compagne au fourneau, s’activant autour d’ingrédients et d’ustensiles. Il approchât d’elle sur la pointe des pieds, léger comme une plume. Il se planta dans son dos, passa langoureusement les bras autour de ses hanches et avec les dents, il lui attrapa délicatement l’oreille.

« - Tu vois, j’étais encore là, mais c’est toi qui est partie.» Dit-il amuser.
"Quelle surprise lorsque j'ai ouvert les yeux de tomber sur un oreiller."
" Que nous prépares-tu de bon ? Comment te sens-tu?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Dim 25 Oct 2009 - 20:08

Sunie sentit les bras de Vigo l'enlacer tranquillement et comme il le faisait bien souvent il lui mordilla l'oreille. Elle devait admettre être surprise de la furtivité donc il avait fait preuve pour qu'elle ne le remarque pas. Elle écouta ce qu'il lui dit tout en retournant une crêpe puis lorsqu'il eu finit elle n'attendit pas pour lui répondre.

"Je ne suis pas vraiment partie comme tu le vois, j'avais faim, que veux-tu, je n'ai pas mangé beaucoup dernièrement. Pardon si je t'ai fait te sentir mal un instant, je ne voulais pas, Pardonne moi."

Lorsqu'il lui demanda ce qu'elle préparait par contre, Sunie ne voulu pas trop en dire, après tout il verrait bien lorsque cela serais dans son assiette.

"Disons que je prépare à manger, je sais que ce n'est pas le déjeuné mais avec les quelques choses que j'ai trouvés je n'avait pas beaucoup de choix, tu devrais refaire ton stock d'épices. Avec plus d'épices je suis sure que tu ne pourrais nier que tout aurais meilleur goût. Je ne sais pas si c'est parce que j'ai la langue particulièrement sensible au gouts et odeurs, mais il me semble que tu devrais y penser sérieusement"

"si je me sens bien... non, j'ai faim et je ne peux pas bien penser quand j'ai faim" éclat de rire de sa part "allez, va donc t'asseoir et prépare donc la table pendant que je termine le repas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Dim 25 Oct 2009 - 21:16

Il souri en sentant le ton gêné de Sunie lorsqu’elle lui dit pourquoi elle était sortie du lit. Il s’empressa de resserrer son étreinte, glissant un baisé dans son cou. Il l’enlaçait amoureusement, fermant les Yeu lorsqu’il plongeât sa tête dans son cou.

« Je ne me suis pas inquiété, le matelas était tiède. En revanche, un oreiller à apprit à voler. J’ai pris le temps de refaire le lit et d’aller faire un tour sur la terrasse. Je te conseils d’ailleurs d’aller voir, la vue est vraiment superbe. »

Il l’écouta ensuite expliquer plus ou moins vaguement ce qu’elle préparait. Il était vrai ne cuisinait que très rarement, bien qu’aillant un équipement des plus complet et de très bonne qualité. Il avait des jeux de casseroles et de poêles à ne plus savoir qu’en faire, un four au gaz gigantesque, une gazinière avec pas moins de cinq bruleurs. Une plaque de grille était rangée avec les casseroles et différentes spatules pendaient au mur.

Le garde manger était une autre histoire. Les épices y étaient rares, on y trouvait cependant de nombreuses conserves, de pommes de terre et autre produits à longue conservation. Outre les pommes de terre, on pouvait trouver un poulet, celui qu’il l’avait invité à partager plus tôt dans l’après midi.
Il prit donc en compte les recommandations de sa jeune compagne et sortit d’un autre placard assiettes et couverts pour le repas. Puis il s’éclipsa dans son bureau tandis qu’elle terminait. Il appela un magasin servant les traiteurs des Champs-Elysées et lui commanda de toutes les épices, mais également pleins de produits frais, fruits, légumes, viandes, pains, farines et de manière général tous ce qu’il fallait pour qu’une personne qui sache cuisiner n’ai que l’embarra de savoir que préparer.

Lorsqu’il revient dans las cuisine, il s’adossa au mur et dit :

« Tout à l’heure, je devrais aller faire une course, peut être souhaitera tu qu’après je te conduise chez ton amie pour que tu récupère tes affaires ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Ven 30 Oct 2009 - 14:24

Sunie ne pu qu'apprécier la tendre étreinte de Vigo, pour une fois qu'un homme la serrait dans ses bras elle n'allait pas s'en plaindre. elle ne dit rien de peur qu'il la laisse aller mais ferma tout de même le rond de la gazinière afin que rien ne brule puis lorsqu'il la laissa pour aller préparer la table elle laissa s'échapper un long soupir. Pendant qu'il plaçait napperons et ustensiles, Sunie prépara les assiettes, les deux contenant six crêpes et pas moins de 4 œufs. Vigo partit alors dans une autre pièce et Sunie en profita pour placer les assiettes, se servant du comptoir comme appuis afin de ne rien échapper.

Elle n'en avait pas vraiment parlé à personne mais depuis que Vilya et Thilix avaient guéries ses dernières, elle ne se servait plus de ses béquilles que pour conserver son équilibre, alors qu'auparavant elle devait appuyer un peu de son poids dessus. Elle avait même essayé de marcher sans se armature, la sensation était étrange, tout le poids reposant sur ses genoux ses chevilles, et le tout sans lui causer la moindre douleur... Certes elle n'arrivait toujours pas à tenir debout, mais le progrès était visible et cela ne faisait que quelques jours, elle espérait que d'ici une ou deux semaine elle pourrait enfin marcher comme avant, peut-être que cela était un rêve et qu'il lui faudrait des années mais elle pouvait toujours espérer.

Lorsque Vigo revint Sunie était déjà assise, prête à dévorer le contenu de son assiette. Elle écouta ce qu'il lui dit puis n'attendit pas un instant avant de lui répondre:

"oui, mais viens donc t'assoir que je pusse enfin dévorer ce repas, tu saura au moins que tu as pêché une bonne cuisinière! Bon, ensuite je veux tout connaitre de toi,
autre le fait que tu sais comment m'hypnotiser avec tes caresses."

Dès que Vigo vint s'assoir, Sunie s'affairait déjà à dévorer le contenu de son assiette, quelque minutes et elle aurait probablement même oublié les ustensiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Sam 31 Oct 2009 - 10:23

Lorsque Vigo vue la table, il s'assit sans hésiter, souriant à la phrase de Sunie. Il avait d'ailleurs plutôt le sentiment que c'était elle qui l'avait pêché lorsqu'elle c'était jetée sur lui, au sens propre du terme.

"- Et toi tu sais que tu as harponnée un homme bordélique."
Dit-il avec un sourire amusé aux lèvres.

Il s'attela alors à faire honneur à la cuisine de sa jeune compagne. Les crêpes étaient délicieuses et ses œufs à elle n'étaient pas cramés. Il ne regretterait surement pas la commende qu'il avait passé.

"- En effet, il est peut être temps que je te raconte un peu qui je suis. J'ai 34 ans et je suis né en Bretagne et je suis issue d'une famille riche. Mon père était préfet de police et ma mère, unique héritière de l'usine de conserves de mon grand-père. Nos origines ont été découvertes, et la même nuit, mon père et ma mère sont mort. Agonisante, ma mère à réussie à me conduire à Paris. A 19 ans je suis retourné là bas pour récupérer ce qui pouvait l'être puis j'ai acheté cet immeuble. J'en occupe les deux derniers étages, celui d'en dessous abritant une salle d'entrainement, un atelier, un bureau et la grande bibliothèque dont je t'ai parlé. Je suis rentré de la guerre en 1916 après qu'un obus ne m'ait déchiré le dos, d'où la grande cicatrice de mon dos. Mon œil gauche est presque aveugle par moment et mon dos peu me terrasser à n'importe quel moment par des élans de douleurs cuisants. Sinon, comme je te l'ai déjà dit, je suis chasseur de prime, chassant ceux qui font du mal aux autres."

Il marquât une longue pause. Il lui était toujours difficile de se rappeler ses parents, leur mort injuste et barbare était tout bonnement affreuse. Il fermât brièvement les yeux, tentant de les visualiser heureux. C'était également la première fois qu'il en parlait à quelqu'un depuis leurs mort.

Il se ressaisit finalement puis affichât de nouveau un grand sourire.

"- Si je t'hypnotises avec mes doigts, toi tu m'envoute avec tes jolis yeux qui changent de couleur."
"Tu es en effet une très bonne cuisinière, malgré le peu de contenue de mon garde-mangé, tu as réussit à nous concocter quelque chose de délicieux. Tu ouvrirais un restaurant, je suis sûr qu'il serais vite plein tous les soirs."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Mer 4 Nov 2009 - 20:41

Sunie dévora littéralement tout le contenu de son assiette, finissant plusieurs minutes avant Vigo. Une fois rassasiée elle attendit patiemment que Vigo termine son repas. Elle devait admettre que ce n'était pas aussi bon qu'elle l'aurait souhaité, elle avait manqué de muscade et n'avait pas trouvé de gingembre, choses qui, d'habitude, se retrouvaient dans ses crêpes. Suite à cela elle laissa Vigo parler, lui expliquer ce qu'il avait vécu, ses peines et la guerre, elle se rendit ainsi compte qu'ils n'étaient pas si différents elle et lui. Tout deux ayant perdus leurs parents d'une manière injuste et lui aussi souffrait d'une blessure majeure. Plus elle écoutait plus elle sentait le chagrin monter en elle, la vie était cruelle, ca elle le savait mais d'une manière elle avait toujours espérer être la seule à souffrir à ce point, au moins ainsi les autres n'auraient pas à subir cela.


Lorsque Vigo eu finit de parler Sunie réfléchit un instant, elle avait trouvé un homme qui l'acceptait, et en plus il avait un passé similaire au sien, sans compter qu'il n'avait pas des millier d'années d'âge, ce que Sunie avait d'abord craint. La réplique que sortit Vigo ensuite eu pour effet de faire blanchir lesdits yeux de Sunie, ses joues virant au rouge tomate. Il avait le don de la faire se sentir mal et bien à la fois.

Autrefois les hommes la regardaient comme une chose étrange, certains semblaient y voir un attrait mais Sunie se doutait que ce fut seulement physique, ou pire, pour un simple pari. Pour la plupart, les gens la regardaient avec des regards presque offusqués, d'autres dégoutés et quelques rares semblaient vouloir la déshabiller du regard. Plusieurs allant même jusqu'à s'essayer, la considérant soit comme vulnérable par ses béquilles ou trouvant ses attributs exotiques excitants, elle avait été maintes fois abordée par un ou plusieurs hommes, mais, heureusement pour eux, Sunie ne faisait que laisser des entailles sur leurs bras.

Sans un mot Sunie se leva, s'appuyant sur la table pour garder son équilibre et sans se servir de ses béquilles et elle se dirigea vers Vigo de l'autre coté. Une fois à coté de lui elle s'assit lentement sur ses genoux, posant délicatement sa joue sur la sienne, elle murmura à voix basse:

"Merci, merci pour tout, si tu savais à quel point j'étais perdue sans toi, je ne te connais que depuis quelques heures mais déjà je t'aime plus que quiconque foulant cette terre. Je ne sais pas ce qui m'a pris tout à l'heure, jamais je n'aurais du, je t'ai rendu inconfortable je le sais, mais... je t'aime."


Sur ce elle embrassa encore Vigorsten, soudant momentanément ses lèvres aux siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Mer 4 Nov 2009 - 22:09

Vigo suivie Sunie des yeux. Elle était tout bonnement craquante avec ses yeux aux iris blanche et ses joues rose. Elle s'approcha de lui jusqu'a s'asseoir sur ses genoux. Lorsque sa joue frolat la sienne, il passa les bras autour d'elle et l'enlaça tendrement, un bras sur les hanches, un autre sur les épaules. De la main, il carressa délicatement le cou de Sunie.
Ce qu'elle dit le fit succomber et au moment où elle l'embrassa, il s'appretait à faire de même.

Il fit durer le baisé sans s'en rendre vraiment compte, sa main parcourant doucement son cou, sa nuque et ses joues. Puis ce fut à lui de murmurer.

"- Tu n'as pas à me remercieret encore moins à t'excuser. Ce que tu as fait tout à l'heure, tu ne l'aurais pas fait, c'est moi qui aurais agis."

Il agrippa la jeune femme et se leva, la portant contre lui sans difficulté apparente. Il retourna vers la chambre après lui avoir embrassé le front. Chance, il n'avait pas fermé la porte lorsqu'il en était sortit, ce qui simplifiait grandement son passage.

Il entra et s'accroupit pour soutenir Sunie d'un bras tout en la mettant en appuis sur une jambe. Il ouvrit le lit et y déposa sa jeune compagne. Il se redressa et alla prendre une grande chemise blanche qui sentait la lavande avant de revenir. Il l'embrassa doucement, s'assit derrière elle et déboutonna de nouveau sa veste. Il la retira et lui enfila sa chemise qu'il boutonna. Puis il termina de la déshabiller, posa délicatement ses affaires sur une chaise à proximité.

Il rabatit la chaude couverture encore légèrement tiède de sa présence à lui sur elle, la lui remontant jusqu'à la poitrine puis il tira les rideaux. Enfin, il se pencha sur elle, posa sa main sur sa joue droite et plongea ses yeux dans les siens, affichant le sourire d'un homme conquit.

"- Tu es surement la meilleure chose qui me soit arrivée depuis fort longtemps. Repose toi, tu es en sécurité ici. Dors car tu en à besoin, cela se voit. Je te rejoins dans très peu de temps alors chauffe moi la place."

Il posa ses lèvres sur celles humides, fraiches et douces de Sunie en un amoureux baisé avant de lui susurer à l'oreille:

"- Je t'aime ma jolie et je ne laisserais personne t'arracher à moi".

Il se releva et se retourna vers la porte dans le but d'aller ranger rapidement la cuisine avant de se coucher aux côté de Sunie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Mar 10 Nov 2009 - 11:38

Sunie laissa Vigo faire comme il l'entendait, se laissant transporter jusqu'au lit dans ses bras sans la moindre réplique, sa réponse ayant dissipée tout ses doutes. Elle le regarda toutefois avec un regard légèrement amusé lorsqu'il franchis la porte menant vers la chambre, encore plus lorsqu'il la déposa dans le lit. Par contre lorsqu'il commença une fois de plus à lui retirer ses habits elle ne pu retenir le commentaire qu'elle retenait depuis le cadre de porte. Elle écouta ce qu'il lui dit, profitant une fois de plus d'un tendre baiser de sa part puis, prenant un ton plutôt ennuyé mais lui souriant a pleines dents afin de lui montrer qu'elle plaisantait elle lui dit:

"Encore? Ne me dit pas que tu est comme un enfant qui découvre le chocolat: une fois qu'il y a gouté il ne peut plus s'en passer?"

Elle attendit le retour de Vigo, celui-ci rangeant apparemment la cuisine que Sunie avait laissé dans un désordre des plus complet, considérant ranger une fois que Vigo serais couché afin de ne pas trop le déranger avec cela. Elle devait toutefois admettre ne pas se plaindre du fait qu'il s'en chargeait lui-même, le tout lui donnant le temps d'ôter ses armatures afin de ne pas lui faire mal ou de déchirer le matelas. Lorsque Vigorsten revint il trouva Sunie langoureusement étendue sur le lit, les deux premiers boutons de la chemise s'étant mystérieusement défaits. D'une voix mielleuse elle ajouta tout en lui faisant signe d'approcher:

"je ne t'en blâme pas"

Puis elle tira la langue à Vigo, éclatant ensuite d'un rire cristallin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Mar 10 Nov 2009 - 16:20

Vigo ne compris pas immédiatement ce que voulue dire Sunie, ce qui expliquait qu’il ne répondit pas autrement que par un inégalable et magistral « Euuuh !... » Avant de s’enfuir dans la cuisine. Lorsqu’il y arriva, il commença par se gratter fortement la tête en se demandant comment ranger et par quoi commencer. Aussi, il jeta tous dans l’évier, fit couler de l’eau chaude afin de tout laver.

Après s’être acharné avec une éponge contre moult résidus collés sur les poêles et casseroles, avoir récuré les assiettes et les couverts, essuyé le tout et rangé dans les placards, il s’attela à replacer les maigres provisions dans le garde manger. C’est alors qu’il comprit ce que sa douce avait voulue dire, ou du moins ce qu’il pensait qu’elle avait souhaité dire. Il ne put alors retenir un rire. Lorsque tout fut propre, brillant, voir même étincelant, il prit la direction de la chambre, songeant que jamais il ne s’était autant appliqué à faire la vaisselle. Sunie le motiverait il ?

Lorsqu’il entra dans la grande chambre à la faible lumière tamisée, il ne put que sourire en voyant Sunie étalée sur le lit. Elle avait l’air d’y être à l’aise et sereine, ce qui contrastait beaucoup avec la jeune femme qu’il avait vue arrivée quelques heures plus tôt. Elle semblait déjà bien mieux reposée, bien moi anxieuse et terriblement joyeuse. A vrai dire, c’était le cas pour lui également. Habituellement taciturne et relativement renfrogné, il était tout sourire depuis plus longtemps que jamais.

Il s’approcha et constata qu’elle avait retiré deux boutons à la chemise, puis il croisa son regard, les iris jaunes le surprirent. Il se souvint immédiatement de l’éclat de colère qu’elle avait eu dans son bureau et reconnu la couleur. Il resta un moment immobile, comme hésitant. Enfin, il se dirigeât vers le lit. Il écouta ce qu’elle dit puis ne put malgré qu’il n’était plus totalement à l’aise, s’empêcher de sourire lorsqu’elle lui tira la langue, donnant à son visage un air joueur et enfantin et qu’elle ria. Un beau rire, limpide, presque pur.

A la vue de la langue, Vigo sentit l’instinct de son côté animal prendre le dessus. Il plongeât ses yeux dans ceux de la jeune femme et … lui sauta dessus. Agile du fait de sa seconde nature, il atterrît au dessus d’elle, bras et jambes écartées pour ne pas l’écraser ou lui faire mal, faisant trembler le matelas sous son poids. Il s’attaqua alors voracement à son cou tout en ronronnant. Sa méfiance toujours présente dans un coin de sa tête, il succomba à son désir de jouer avec celle qu’il aimait. Il commença alors à lui mordiller le cou un peu plus fort qu’avant, tout en veillant à ne pas lui faire mal ou à la blesser.

« - Aurais-je trop serré là ? » dit-il. Mais au lieu de pointer du doigt, il embrassa la partie de la poitrine qui était apparente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Jeu 12 Nov 2009 - 0:16

Sunie fut surprise lorsque Vigo lui sauta littéralement dessus, la plaquant au matelas. à peine rétablis il s'attaqua à son cou, mordillant celui-ci plus vivement qu'auparavant, bien plus fort que quelques heures auparavant. Elle fut d'autant plus surprise qu'il la mordit, sentant ses croc sur sa peau, d'une façon des plus désagréable. Lui ne semblait pas trop en faire un cas mais Sunie sursauta, la morsure lui causant tout de même un éclat de douleur. Vigo semblait ne pas s'être rendu compte de sa force ou bien n'avait-il pas considéré que Sunie était plus fragile que les autres femmes avec qui il avait couché. Sunie le repoussa immédiatement, plaçant sa main à l'endroit où il l'avait mordue. Ça n'était pas très douloureux mais c'était bien désagréable et Sunie vint à espérer qu'il ne s'agissait pas d'un espèce de fantasme violent de sa part. Prenant un ton assez étonné elle lui dit:

"Pourquoi tu m'a mordue? Si tu as l'habitude de faire ca aux femmes avec qui tu couche sache que moi je n'aime vraiment pas. Je sais que je suis plus fragile, autant au niveau des os que du reste mais JE T'EN PRIS NE REFAIT PAS ÇA!"

Puis Sunie se rendit compte qu'elle criait, elle était en train d'engueuler le seul homme qui l'avait acceptée à ce jour, qu'est-ce qui lui prenait? Elle se prit la tête, soudain prise d'une vif mal de crane, que se passait-il donc? Ne sachant pas trop pourquoi elle tendit doucement les bras vers Vigo et le serra contre elle, lui soufflant à l'oreille des mots qu'elle ne disait pourtant pas... Elle réalisa, peut-être trop tard qu'elle ne pouvait plus bouger, qu'elle ne sentait plus la douce chaleur que Vigo dégageait... Que Liliana était une fois de plus venue lui prendre une partie de sa vie.

La force n'était parfois pas le meilleur moyen, la preuve étant que cette fois Sunie n'y avait vu que du feu. Liliana eu presque envie d'avoir pitié pour Sunie, les quelques fois où elle avait utilisé la force elle avait combattu le plus longtemps possible réussissant parfois à résister quelques secondes. Cette fois était différente, elle y était allé d'une manière bien plus sournoise, prenant lentement le contrôle sur ses faits et gestes sans trop s'imposer, pour finalement lui couper l'herbe sous le pied.

Une fois Sunie de retour à l'endroit qui lui convenait le plus, soit les tréfonds de ses propres limbes, Liliana pris les affaires en main, serrant doucement Vigo dans ses bras elle lui ronronna ces quelques mots à l'oreille:

"Pardon, je me suis emportée, essaye de ne pas refaire cela veux-tu?"

Sur ce elle recula, plantant son regard rouge sang dans celui de Vigo elle déboutonna sa chemise pour ensuite l'enlever, mettant, une fois de plus, ses généreux attributs à nu. Liliana lança la chemise que Vigo lui avait offerte sur la chaise où il avait placé ses habits. Ceci fait elle glissa lentement ses mains sur son corps mesurant les paramètres, encore presque inconnus à elle, de celui-ci; Liliana étant plus habituée au corps d'une fillette. Elle fut contente que Sunie eu au moins le soin de bien s'occuper de son corps, celui-ci étant certes des plus magnifique: hanches larges, taille fine, poitrine bien proportionnée, visage triangulaire, le tout pour plaire au hommes qui voulaient bien d'une femme exotique.

Après cet examen minutieux elle retourna sur le cas de Vigo, déboutonnant malicieusement sa chemise, avide de découvrir les plaisirs de la chair, chose que Sunie avait déjà expérimenté bien malgrès elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Jeu 12 Nov 2009 - 9:32

Vigo sursauta lorsque Sunie le repoussa brusquement. Il se demanda d’un coup s’il n’avait pas, malgré toutes les précautions prises, mordu trop fort, crainte qui se confirma lorsque la belle explosa dans une nouvelle et violente colère. C’était la seconde fois en moins de 24 heures qu’elle devenait furieuse. Il se fit littéralement engueuler.
Puis lorsqu’elle se tut, elle sembla hésitante durant quelques secondes avant de le prendre dans ses bras. De nouveau elle parla, s’excusant de son emportement et lui demanda de ne pas recommencer cela. Le pauvre homme était, il faut bien l’avouer, un peu perdu.

Puis elle recula, plongeant son regard de sang dans les yeux jaunes de Vigortsen. La couleur le surpris. Elle le mit mal à l’aise, comme si la couleur vermeille évoquait la venue du sang.
Puis elle se dévêtue et palpa son propre corps comme si elle le découvrait pour la première fois, chose étrange puis qu’elle s’était retrouvé nue avec lui quelques heures au paravent.
A la suite de cela, elle s’attaqua à la chemise de Vigo, une lueur malicieuse dans le regard, presque avide. Un regard totalement opposé à celui timide et hésitant qu’il avait connu et qui l’avait fait craquer.

Ce nouveau regard avait quelque chose de déroutant, d’inquiétant et presque de mauvais. Il se laissa cependant faire, désireux de savoir ce qui pouvait avoir provoqué un tel changement et lui dit tout en guettant d’éventuelles réactions :

« - Je ne t’en veux pas ma douce Sunie, pardonne moi, je maitrise mal mes instincts je te l’ai dit. »

Puis il l’embrassa d’une manière fougueuse, s’allongeant sur elle bien qu’il fut encore partiellement habillé, sa main gauche parcourant son corps.

Ainsi masquait-il les yeux de Sunie, ou de l’autre comme il le redoutait, empêchant cette dernière de le voir glisser sous un oreiller la paire de menottes argentés qui reposait sur la table de nuit. L’habitude des traques lui avait apprit qu’il fallait toujours avoir l’air de ne s’être rendu compte de rien, c’était la meilleure manière de tromper l’adversaire. Si ses craintes étaient confirmées, il agirait.

Pour le moment, il la laisserait diriger. *La manière qu’on les gens de faire l’amour reflète leur personnalité, donc en fonction de ce qu’il va se passer maintenant…je saurais !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Jeu 12 Nov 2009 - 12:40

Liliana grogna un peu lorsque Vigo s'allongea sur elle, son poids restreignant légèrement ses mouvements. La limitation était petite mais c'était surtout la sensation, celle d'être dominée, qu'elle détestait, préférant toujours avoir le contrôle sur la situation. Elle attendit que Vigo eu finit de l'embrasser, laissant sa main parcourir son corps, caressant agréablement ce dernier, avant de terminer de lui retirer sa chemise. Liliana parcouru délicatement le torse de Vigo de ses mains, ses cicatrices étaient nombreuses, ses muscles bien définis, un bel homme qui avait tout pour lui plaire. Après ce court examen elle força Vigo à rouler sur le dos, s'entrainant du même coup sur lui, utilisant toute la force que lui avait légué son sang de carnival l'homme ne pu résister. Une fois en position de force elle s'étendit sur lui, l'embrassant une fois de plus avec fougue et passion, profitant de la situation pour prendre les mains de Vigo et les placer sur sa poitrine. Avec un ton légèrement provocateur elle usa de sa présence afin de rendre ses paroles encore plus séduisantes et incontestables, son aura devenant plus marquée dès qu'elle s'en servit:

"Dit moi que tu m'aime, je t'en pris, tu es tout pour moi, ma sœur m'a rejetée, aucuns homme ne voulait de moi autre que pour leurs petites fantaisies. Je veux que tu sache que tu vaut plus que tout pour moi, tu est tout ce que j'ai toujours souhaité, je t'en pris, fait moi l'honneur d'être ta compagne."

Après ses paroles elle se pencha pour l'embrasser une fois de plus, défaisant sournoisement les boutons de son pantalon pendant ce temps. Une fois sa tâche complétée elle ne fit ni un ni deux avant de le lui retirer, dénudant l'homme du même coup. Liliana cala alors les mains de Vigo bien fort sur ses hanches, se laissant descendre lentement sur celui-ci leurs enveloppes charnelles ne faisant plus qu'une. Liliana se pencha alors sur Vigo, l'embrassant avec force et passion pendant qu'elle donnait quelques petits coups de bassin, ne pouvant déjà plus se passer de l'intense sensation que lui apportait ce si simple mouvement. Elle dé souda sa bouche de la sienne et ne pu retenir un long gémissement, le plaisir l'envahissant sans qu'elle le retienne. Elle fixa son regard dans celui de Vigo, avide de plus elle continua ses mouvements saccadés, sans laisser au luna la moindre occasion de reprendre le dessus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Jeu 12 Nov 2009 - 13:36

*Seigneur, définitivement non, ce n’est pas MA Sunie* se dit Vigortsen après que cette dernière l’ai contraint de se mettre sur le dos en usant d’une force insoupçonnée. La manière de fonctionner était l’opposée total de leur union préalable. Cela en était presque déconcertant. Il espérait qu’un jour Sunie serait plus à l’aise et qu’elle prendrait plaisir à contrôler un peu leurs ébats amoureux. Il trouvait que se faire dominer de temps en temps était agréable car cela impliquait comme une sorte de jeu amoureux entre les deux êtres, chacun cherchant à dominer l’autre. Dans son esprit, cela devait être fort sensuel de se chamailler amoureusement avec sa compagne.

C’était cependant totalement différent là. Elle avait usée de force, non pas pour l’amuser ou pour attiser la flamme de son désir, mais uniquement pour le contrôler et pour son propre plaisir. Elle guida même ses mains vers sa poitrine avant de parler d’une voix certes séduisante, mais qui avait également un léger quelque chose de malsain. Elle usait de son aura pour renforcer son emprise sur lui.
Puis de nouveau elle l’embrassa, l’empêchant ainsi de parler, tout en terminant de le déshabiller vigoureusement.

Par la suite, elle plaça les mains de l’homme sur ses hanches et se laissa fusionner avec lui, l’embrassant encore avant d’exprimer pleinement et sans retenu le plaisir qu’elle éprouvait. Lui-même du reconnaître l’intensité du moment, mais le fait de savoir qui était la personne à cheval sur lui refreinait ses pulsions et son plaisir. *Encore heureux, Sunie à le mérite d’être douce et sensuelle et non avide, sournoise et mauvaise.*

Lorsque de nouveau elle plongea son regard dans les yeux de Vigo, ce dernier du se contrôler pour ne pas laisser paraître la lueur d’inquiétude qui cherchait à s’échapper.
Il se redressa afin d’embrasser le cou de la jeune femme tandis qu’il porta une main ferme et douce à la fois sur sa poitrine.
Durant ce lapse de temps, il glissa sa main droite sous l’oreiller et en sortie les menottes. Il souda alors ses lèvres à celles de Sunie dans un intense baisé avant de coller son front à celui de sa jeune compagne, plongeant son regard d’or dans celui sang de Sunie et de murmurer :

« - Oui je t’aime, plus que tout. Je te désire comme compagne pour le reste de ma vie. »

D’un rapide et brusque mouvement, il lui saisit les poignets et y passa les menottes. La force de l’habitude pris le dessus et il exerça une légère torsion qui produisait suffisamment de douleur pour maitriser n’importe qui. Les menottes furent en place en moins d’une seconde.
Puis il la saisit rapidement sous les bras pour rompre la fusion de leurs corps et la plaqua sur le lit usant d'une force bien plus grande que celle de Sunie.

« - Et c’est parce que j’aime Sunie que je te rejette Liliana. Je préfère sa douceur et sa gentillesse à ta violence et à ta sournoiserie.

Sunie, entends moi. C’est Vigortsen, je suis là, près de toi. Je t’aime et je t’ai promis de ne laisser personne t’enlever à moi. Je t’aime et je t’ai aimé dès l’instant où tu es entrée dans ma vie. Puise en mes paroles la force de te dresser contre Liliana. Je t’aime, n’en doute pas un seul instant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Ven 13 Nov 2009 - 1:07

Liliana jubilait, jamais elle n'aurait cru pareille sensation possible, l'union charnelle lui apportant un plaisir supérieur à celui qu'elle eu lorsqu'elle tua les chasseurs. Gémissements après gémissements elle se demandait comment Sunie avait bien pu se priver de tel plaisir au nom de la loyauté envers l'autre partenaire, mais ses idées furent vites brouillées par les vagues successives de plaisir que chaque coup de bassin lui procurait. Après quelques dizaines de secondes Vigo se redressa, embrassant Liliana dans le cou d'une façon des plus sensuelles et, posant sa main sur sa poitrine, tâta celle-ci d'une manière des plus agréables, s'attirant un autre gémissement de sa part. Par contre lorsqu'il l'embrassa, tout se passa si vite... Il lui dit ce qu'elle s'attendait entendre puis, passant ses mains dans son dos il lui tordit les poignets, lui induisant alors une vive douleur qui cassa ce que Liliana appelait *le charme* du moment, entendant ensuite un cliquetis rapide. Elle n'eut pas vraiment le temps de comprendre ce qui se passait que Vigo se retirait d'en elle et la plaquait sur le lit, lui jacassant ses jérémiades. Liliana, encore dans les vapes du plaisir, quelque part entre ciel et terre n'y compris rien et encore haletante elle lui répondit:

"Allez... si tu veux tant que ca... prendre le dessus... tu... peux bien y aller... et...... si les menottes t'excitent... d'accord, je plis."

Car c'était bien des menottes qu'il lui avait passé aux poignets, elles étaient étonnamment froides, comme si elles aspiraient une partie de l'énergie autour d'elles, se faisant sentir Liliana plus faible qu'à l'habitude. Mais elle n'en fit pas un cas et, croyant à une sorte de petit jeu elle tenta d'embrasser Vigo encore une fois mais fut retenue par une force bien plus grande que nécessaire, Vigo se servant de presque toute sa force pour la plaquer sur le lit. Ne comprenant pas trop bien elle lui roucoula ces quelques mots:

"Allez, ne me fait pas attendre... reprenons où nous étions, non?"

Elle entoura alors la taille de Vigo de ses jambes, qui étonnamment suivirent... Sunie avait donc réussit à réparer sa gaffe et ses jambes fonctionnaient à nouveau. Elle sera jusqu'à la limite de ses dernières, les muscles, déshabitués à bouger, n'offrant pas la force qu'elle aurait voulu avoir, puis voyant que Vigo ne semblait toujours pas vouloir continuer elle relâcha la pression qu'elle faisait, prenant un air intrigué elle lui adressa la parole encore une fois mais ce coup si sa voix était bien moins affectée par l'excès de plaisir des quelques minutes précédentes.

"Qu'est-ce qu'il y a, tu n'aime pas ca lorsque c'est moi qui suis au dessus, mon amour? Si c'est le cas, je peux bien te laisser prendre le dessus, mais s'il te plait, ôte moi ces menottes, elles sont trop serrés et elle me donnent l'impression de me drainer tout ma vitalité. Allez, ne gâche pas cet instant je t'en pris. Prend moi, je suis tienne."

Elle espérait que son jeu de la soumission fonctionnerait, certes elle n'allait pas aimer être dans la position de faiblesse et se retrouver sous lui mais au moins elle pourrait continuer à apprécier leur union qui lui procurait tant de plaisir il y a à peine quelques instants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Ven 13 Nov 2009 - 9:09

Vigo ne put s’empêcher de sourire lorsque Liliana lui dit accepter qu’il domine la situation. Elle semblait croire que les menottes étaient là pour rendre leur union encore plus excitante de son point de vue.
Elle semblait complètement ailleurs et il eu l’impression qu’elle n’avait tout bonnement pas entendu ce qu’il avait dit.

Elle tenta de lui serrer la taille avec les jambes, mais ces dernières n’avaient pas assez de force pour faire ce qu’elle voulait, sans doute le forcer plus ou moins à reprendre leur fusion charnelle. Lorsqu’il sentit les jambes passer autour de lui, Vigortsen ne put s’empêcher de frémir. La douceur des écailles et la faible force exercée étaient stimulantes. Vigo du se contenir pour paraître détaché.

Puis de nouveau Liliana parla. Cette fois, la pression du plaisir était légèrement redescendue et elle semblait avoir les idées plus claires.
Alors il visualisa l’énorme avantage dont il disposait. Le plaisir de la chair semblait avoir sur elle un effet tellement puissant qu’elle en devenait presqu’une drogue. A la vue de la manière dont cela avait commencé, elle était dominatrice et ne devait surement pas plier facilement, voir jamais. Mais là … Le plaisir qu’elle prenait à leur union charnelle semblait passer même avant son désir de dominer chaque personne qui croisait sa route.

Ainsi, choisi t’il d’accepter de continuer après lui avoir dit :

« - Tu as raison, je n’aime pas être en dessous. Pardonne-moi si j’ai été un peu brusque lorsque je t’ai passé les menottes, mais au vue du plaisir que tu as pris en me dominant, tu ne pourras qu’être comblée si l’on inverse. Oui, tu es miennes, fait moi confiance.»

A peine eu t-il terminé sa phrase qu’il porta ses lèvres à la poitrine de la jeune femme, avec une voracité simulée mais une extrême douceur. Sa bouche agissant comme une plume caresse le bras mais feignant de la dévorer. Il joua également des dents, mordillant d’une manière légère et parfaitement maitrisée la belle poitrine. Il ne pouvait que lui arracher de nouveaux gémissements.
Ses mains se joignirent à l’effort, parcourant tout le corps de Sunie tantôt fermement, tantôt subtilement, cherchant à la faire tantôt gémir et tantôt frémir.

Après dix bonnes minutes, l’une de ses mains remonta alors à la poitrine, la même main qu’avant de lui passer les menottes, sa bouche passant alors dans son cou où il l’embrassa et mordilla, maitrisant parfaitement ses mâchoires. Dans le même temps, il reprit l’union, leurs corps se fondant de nouveau et ne faisant à nouveau plus qu’un seul et unique être.

Il plongea au bout d'un temps ses yeux jaune dans ceux de Sunie, enfin, ceux de Liliana, et tenta de faire passer par les siens un message à Sunie.
Du moins éspérait-il que sa belle arriverait à lire ses yeux et à y voir le message suivant:
"- Je t'aime Sunie et personne ne te subtilisera à moi tant que je vivrais. Cherche en moi la force de vaincre tes démons et je pourrais t'aimer et te protèger pour les siècles à venir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Ven 13 Nov 2009 - 17:17

Liliana avait du utiliser de son charme et se faire encore passer pour Sunie afin qu'il lui donne ce qu'elle voulait tant, mais la petite garce qu'était Sunie avait apparemment choisit un homme des plus naïfs et peu attentif car celui-ci n'avait, dirait-on, rien remarqué. Elle écouta attentivement ce que Vigo lui dit, impatiente de recommencer là où elle avait été brutalement coupée. Elle remarqua alors que quelques chose clochait, sa façon de parler lui rappelait celle qu'elle avait elle-même utilisé bien des fois lorsqu'elle trompait Sunie à croire qu'elle était en contrôle pour la faire souffrir encore plus. Les mains de Vigo parcoururent alors aventureusement son corps, Liliana retenant mal ses multiples gémissements, les sensations procurées par ses caresses la ramenant bien rapidement à son état semi-conscient. Elle parvint toutefois à articuler une courte phrase coupée à la moitié par un long gémissement lorsque Vigo s'insinua de nouveau en elle:

"Pourquoi parler... comme... si tu voulais me mettre en... confiance... comme si..."

À partir de ce moment Liliana perdit la notion du temps, perdue entre ciel et terre, le plaisir la décrochant de la réalité comme le plus puissant opium. Le seul souvenir qu'elle en garda fut qu'elle ne repris jamais le dessus, Vigo la forçant sous lui, les menottes ne quittant jamais ses poignets. Cela et qu'elle n'eut jamais ressentit pareille extase, plantant bien profondément ses crocs dans l'épaule de Vigo, le gout du sang dans sa bouche multipliant alors son plaisir à l'apothéose de l'union.


Sunie n'arrivait toujours pas à y croire, comment avait-elle pu perdre le contrôle si aisément, Liliana usurpant dès lors sa place auprès de son homme. Il lui fut d'autant plus souffrant qu'elle ne pouvait rien y faire et ne pouvait qu'observer et ressentir, à un niveau bien moins élevé et au grès de Liliana, ce qui se passait. Elle la vit ainsi forcer Vigo à se soumettre, profitant du fait qu'elle avait le corps de Sunie pour l'exploiter comme elle voulait. Ainsi elle gouta les plaisirs de la chair, bloquant bien évidement cette sensation à Sunie, ne lui laissant que le droit d'observer comment elle bafouait son corps, s'unissant à Vigo sans même prendre le temps de faire preuve de romantisme, de lui faire plaisir. Pour Sunie, la situation approchait du viol en terme de gravité, elle lui prenait probablement la seule chose qu'elle pouvait se vanter de contrôler, soit son corps et ce qu'elle en faisait au lit.

Bouillant de rage intérieurement et son cœur s'emplissant de tristesse du même coups elle reçu toute la douleur que causa la torsion du poignet que fit Vigo. La douleur était vive, intense, au point qu'elle cru y perdre la raison un instant. Que se passait-il donc pour qu'un douleur si vive lui parvienne, son poignet lui faisant atrocement mal, au point qu'elle fut certaine qu'il avait été cassé. Après quelques instants la douleur perdit de son intensité mais demeura vive et lancinante, Sunie réalisa alors que Vigo avait passé des menottes au poignets de Liliana et s'en était désolidarisé, l'écrasant maintenant sur le lit de toute sa force. Sunie espéra une instant que Vigo avait vu que ce n'était pas elle qui se contrôlait, lui ayant heureusement parlé de Liliana auparavant et fut contente d'entendre ses mots.

Elle repris ainsi espoir, peut-être qu'après tout il y avait un moyen de vaincre Liliana mais qu'elle ne s'y prenait pas de la bonne façon. Elle s'accrocha aux paroles de Vigo, espérant pouvoir reprendre sa place elle essaya de détrôner Liliana mais se fit, à chaque fois, tassé par une pichenette de cette dernière. Sunie ne lâcha pas mais ses efforts ne donnaient toujours rien lorsque Vigo décida de reprendre son union avec Liliana, ceci eu un effet dévastateur sur Sunie, voyant son amant faire l'amour à Liliana dans son propre corps lui fit perdre tout espoir, comment pouvait-il être si cruel... Préférer le plaisir charnel à elle, comment avait-elle pu être, encore une fois, si naïve. Au bord du désespoir elle perçu cependant les paroles de Vigo, un maigre réconfort à coté des sensations qu'elle ressentait, ou plutôt ce que Liliana lui laissait ressentir: étendue sur le dos, son poids et celui de Vigo reposant sur un poignet probablement cassé et les impacts répétés et rythmés de Vigo entre ses jambes. Elle ressentait tout ce que Liliana jugeait comme désagréable et en contrepartie elle y voyait sont plaisir multiplié par cent, la sale garce.

Liliana dormit d'un sommeil paisible, l'union charnelle qu'elle avait eu avec Vigo avait duré une bonne partie de la nuit et l'avait drainée. Le jour arriva et malgré la raie de lumière filtrant au travers des rideaux et cela directement sur son visage, elle ne s'éveilla pas. Étendue à moitié sous Vigo elle dormait comme une enfant, sans même se soucier des menottes qui entravaient encore ses poignets dont l'un était forcément cassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Ven 13 Nov 2009 - 17:53

Durant près de 2 heures, voir plus, Vigo s'acharna à contenter Liliana le plus possible. Il chercha et trouva surement presque tous les moyens de propulser une femme sur un nuage. Même lorsqu'elle le mordit profondement, il ne grognat pas. Il était près à tout endurer pour aider Sunie

Mais lui, resta du mieu qu'il put avec les pieds fermemant plantés dans le sol.

Lorsque Liliana décrocha complètement du monde réel, il se mit à murmurer du mieu qu'il put entre quelques moment où il prenait sa respiration. Il se répétait, souvent, mais cherchait avant tout à encourager Sunie.

"- C'est toi que j'aime Sunie, PERSONNE d'autre" Il insista sur le PERSONNE
"- Ai courage et bats toi mon amour"
"- Je t'aime SUNIE, plus que tout"
Insistant sur "Sunie"
"- Profite de l'instant que je t'offre, tu peu y arriver" dit-il, espérant qu'elle comprenne qu Liliana était au plus bas de sa puissance car le plus ailleurs possible
"- C'est pour TOI que je fais cela"
"- J'ai préféré ce qui c'est passé il y a quelques heures, avec TOI."


Durant près d'une heure, il murmura tous cela au oreilles de Sunie, éspérant qu'elle comprendrai ce qu'il faisait et surtout...pourquoi.

Puis Liliana s'endormi, profondement et paisiblement. Vigo attendit un peu afin d'être certain qu'elle dormait. Lorsqu'il en fut certain, il s'écarta un peu et de nouveau reprit ses murmures.

Il passa la nuit entière à encourager comme il le put sa belle, éspérant qu plus profond de son être qu'elle le comprendrai et surtout qu'elle le croirait. Puis il se souveint des menottes. Il se leva et tira un peu les rideau, il faisait encore nuit. Plus pour longtemps, mais pour le moment, seul la Lune éclairait Paris.
Aussi, le plus doucement du monde, il plaça Sunie sur le côté et dévérouilla les menottes, constatant qu'un poignet était cassé. Il remit Sunie sur le dos et la remenotta après avoir passé un chiffon trempé d'eau glacé. Il serra moins ce coup-ci, mais juste asser pour qu'elle ne puisse se libérer seule.

"- Pardonne moi mon amour. J'ai fait ce que j'ai pensé le plus efficace pour te permettre d'avoir le champs libre pour revenir à moi.
...
Sunie, le baisé que je vais te donné est pour toi."


Il apposa le plus dou, le plus tendre et le plus amoureu baisé qu'il n'eu jamais donné sur la partie la plus sensible du cou de Sunie. Puis il dit:

"- Il est pour toi Sunie, mon amour et ce baisé à été le plus plaisant moment de ma nuit. Je t'aime plus que ma propre vie. Reviens moi, Liliana dort, je suis là pour te soutenir et à l'arrivée, je serait là pour de serrer contre moi, pour t'aimer, pour te protèger et pour t'aimer encore..."

Il continua ainsi à parler jusqu'au levé du jour. Lorsqu'un rayon de lumière passa sur le visage de sa belle, il s'arrêta, de peur que Liliana ne se réveille, mais non. Il préféra cependant se taire après une ultime phrase.

"- Sunie, ma raison de vivre, prends ce qui viens comme étant pour toi."

De nouveau, il embrassa son cou avec plus d'amour que jamais, cherchant à faire passer son amour à Sunie par la chair et non par les mots, cherchant à esquiver Liliana.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Jeu 19 Nov 2009 - 11:47

Liliana entrouvrit les yeux lorsque Vigo l'embrassa tendrement dans le cou, s'éveillant tranquillement avec ce doux baiser. Elle voulut se relever mais en fut incapable, les menottes retenant encore ses poignets l'empêchant de prendre appuis sur le matelas. Elle fut légèrement surprise d'avoir encore les menottes, pourquoi Vigo ne les lui avaient pas enlevées, elles étaient toujours aussi froides, donnant toujours l'impression d'aspirer l'énergie autours d'elles. Liliana se rendit alors compte à quel point elle voulait refermer les yeux, ses paupières étant lourdes comme si elles étaient faites de plomb. Elle se sentait mal, faible, comme si elle avait pris le contrôle de son corps depuis des lustres mais il n'en était rien et ça elle le savait. Pourquoi se sentait-elle ainsi alors? Elle parvint toutefois à murmurer à Vigo:

"Qu'est-ce qui se passe, pourquoi les menottes? Enlève moi les, s'il te plait je me sens faible..."

Elle referma ses yeux, la lumière passant au travers des rideaux l'irritant au plus haut point. Que se passait-il donc? Elle avait beau essayer d'y penser, elle n'arrivait plus à penser clairement. Liliana se laissa donc aller une fois de plus au sommeil...


Sunie ouvrit les yeux, encore une fois sous l'emprise de Liliana elle ne pouvait qu'observer, entendre la complainte qu'elle fit à Vigo lui donna l'idée farfelue d'essayer encore une fois de la destituer de son trône usurpé et, à son plus grand étonnement, celle-ci ne résista que très peu, comme si les rôles étaient inversés. Liliana fermait les yeux que déjà ceux-si s'ouvraient, leur couleur sang ayant laissé place au bleu cyan. Sunie ne pu résister un instant de laisser sortir un cris de douleur, incapable d'extérioriser la souffrance que lui causait le poignet cassé depuis plusieurs heures maintenant elle ne put se retenir.

Il lui fallut quelques secondes avant de comprendre où elle était et que Vigo était encore à son côté, mais lorsqu'elle le vit ses yeux passèrent du bleu au mauve. Elle ne put se retenir de lui cracher au visage, après tout ce qu'il lui avait fait croire, après tout ces mensonges qu'il avait proférés, c'était un moindre mal selon elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Jeu 19 Nov 2009 - 13:15

Sunie ouvrit les yeux à l’instant même ou Vigo apposa son baisé. Ce dernier recula la tête et plongea ses yeux or dans ceux … rouge de Liliana. Immédiatement, une peine immense et un dégout atroce s’imprima sur son visage épuisé. Il était à bout de force et se répugnait d’avoir été suffisamment idiot d’avoir cru que d’offrir à Liliana le plaisir de la chair serait suffisant pour lui faire oublier Sunie. Et pourtant … Il avait espéré que cela laisserai le champ libre à sa douce jeune compagne. Le résultat ? Lamentable. Liliana était toujours aux commandes, il avait brisé le poignet de Sunie et il se sentait souillé par la nuit passé.
Son regard était dans le vague, son esprit ailleurs. Il n’entendit presque pas la requête de Liliana et ne remarqua pas on état de faiblesse.
Il la vit cependant refermer les yeux, cachant cette affreuse couleur sang qu’il supportait à grand mal depuis la veille.

Mais à peine fermés, ils se rouvrirent et il lui sembla d’abord apercevoir une teinte bleu avant qu’ils ne se ferment de nouveaux pendant que Sunie hurla de douleur. Il ne put rien faire d’autre que d’être surpris. Puis de nouveau il put voir les yeux … bleu puis mauve … Sunie, elle était revenue. Il n’eu pas le temps de faire quoi que ce fut qu’elle lui cracha au visage.
Ce que Sunie put voir dans ses yeux à ce moment fut un défilement de sentiments. De la surprise, de la joie mais surtout de la honte. Il avait une mine affreuse, de grands cernes sous les yeux, le désespoir était comme incrusté dans sa peau, il parla d’une voix tremblotante.

« - Su .. Sunie ? Est-ce toi ?... »

Il prit la clef et retira les menottes. Puis immédiatement après, ne pouvant se retenir plus longtemps et malgré qu’elle risquait de très mal le prendre, il la prit par les épaules et posa la tête sur sa douce poitrine nue. Il perdit toutes notions, Sunie le frapperait qu’il ne s’en rendrait même pas compte. Au bout de quelques secondes, de chaudes larmes de fatigue, de honte, de soulagement et d’amour coulèrent sur ses joues avant de tomber sur la poitrine de sa belle. Il ne sanglotait pas, mais sa voix trahissait ses pleurs ainsi que son soulagement et que sa honte.

« - Sunie…Si tu savais la honte qui est la mienne. Si tu savais comme je m’en veux pour ce que tu as du vivre et pour ton poignet. Je … »

Il avait grand mal à trouver ses mots, anéantit par le rejet que sa belle venait d’exprimer. Il luttait de plus en plus pour retenir ses sanglots, mais ses larmes s’échappaient, fuyant droit sur le corps endoloris de Sunie.

« - Je t’aime … Je t’ai juré vouloir rester près de toi pour t’aimer, c’est ce que j’ai fais cette nuit. J’ai tenté de neutraliser Liliana avec mes menottes qui annulent les pouvoirs, j’ai tenté de l’étourdir pour te faciliter la tâche de revenir près de moi. J’ai été idiot je … »

Il ne put tenir plus et un sanglot s’échappa de sa gorge. Un seul, un unique sanglot, celui de l’homme brisé par sa propre faute. Il lâcha Sunie qui put voir son visage évoquant plus un mort-vivant, humide de larmes et de douleur. Il se leva pour aller sur le balcon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Ven 20 Nov 2009 - 11:51

Lorsque Vigo s'approcha d'elle, Sunie recula, elle n'avait plus confiance en cet homme et ne comptait pas le laisser la toucher une fois de plus. Chaque mouvement lui apportait un pique de douleur venant de son poignet, celui-ci forcé de bouger par les menottes. Vigo réussit par contre au bout de quelques secondes à attraper les menottes, à cet instant Sunie se calma, comprenant qu'il voulait les lui enlever et le laissa faire, leur disparition d'autour de se poignets relâchant la pression sur son poignet qui était déjà enflé et barré d'une grande ligne bleue marin. Elle repoussa ensuite Vigo de sa main valide, la ramenant ensuite sur son poignet afin de stabiliser ce dernier.

Vigo ne laissa ensuite pas le temps à Sunie de se reprendre que déjà il l'avait attrapée par les épaules et allait minauder son visage sur ses seins, quel pervers malintentionnée il pouvait donc être. Elle frappa de toutes ses forces sur Vigo, cherchant à le repousser le plus vite possible, la pièce se remplissant alors d'un épais brouillard noir et malodorant n'arrivant plus à tolérer ne serais ce que la présence de ce salle traitre. Mais elle avait beau frapper, ignorant la douleur de son poignet cassé, elle n'arrivait pas à le décoller de là, pourquoi ne voulait-il donc pas lâcher? Dans s furie elle lui cria maintes insultes mais la majorité pouvait se résumer à "traitre et lâche".

Puis elle sentit les larmes couler sur sa poitrine. Sur l'instant elle n'en fit pas un plat mais elle cessa néanmoins de frapper, regardant plus attentivement le visage de Vigo elle se rendit compte à quel point il avait l'air anéanti, qu'il ne la serrait pas par envie mais par peur de la perdre. Elle écouta ce qu'il dit, se calmant de plus en plus, elle s'était peut-être trompée après tout. Sunie laissa Vigo se relever, encore elle-même surprise de la tournure des évènements, puis elle pris la couverture et l'enroula autour d'elle, cachant son corps nu, elle se leva tranquillement du matelas, titubant aussitôt par manque d'équilibre, pour atterrir dans le dos de Vigo, prenant légèrement appuis sur celui ci. Une fois qu'elle se fut restabilisée, trouvant toujours aussi étrange la sensation d'avoir tout son poids sur ses chevilles sans souffrir, elle serra Vigo bien fort à son tour, la tête bien enfoncée au creux de ses omoplates. Elle aussi ne put retenir ses larmes et sanglots lorsqu'elle s'adressa à lui, le regret plein la voix.

"pardon, je... je croyais que tu ne voulais pas de moi... pardonne moi je t'en pris, je ne peux pas vivre en sachant que tu pourrais encore m'aimer, en sachant que j'ai fait une erreur."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Ven 20 Nov 2009 - 18:51

C"est en se levant qu'il se rendit compte qu'elle l'avait frappé. de petites douleurs l'emousstillaient par endroit, surtout dans le dos.
Durant la courte étreinte en revanche, il avait entendu ce qu'elle lui dit. Chaque mot le blessant au plus profond comme une multitude de poignards qui viennent lui découper le coeur. Il se sentait mal, un gout de bile qui lui emplissait la gorge.

Sa douce Sunie était tout bonnement en train de le détruire. Il ne pouvait lui en vouloir car il comprenait son point de vue, mais c'était surtout l'amour qui l'en empechait. Ce qui l'anéantissait le plus était qu'il avait tous tenté pour l'aider. Si elle pouvait ressentir à quel point il se sentait souillé par la nuit passée. Juste avant de se lever, il pensa à une chose et se dit:
*Je l'aime plus que tout...je prefer la savoir heureuse et en bonne santé loin de moi que sous l'emprise de Liliana à mes côtés*

Puis il se leva, la tête et l'esprit dans le brouillard de sa douleur, le coeur au ralentit, un homme fatigué et usé, errant sur le tortueux chemin de la dépression.

Un homme brisé.

Il n'entendit pas Sunie se lever et approcher tandis qu'il déverouillait la fenêtre pour aller prendre l'air. En revanche, il sentit sa douce et tiède main valide se poser sur son dos lorsqu'elle se rattrapa. Il s'arrêta. Peut être voulait elle le giffler avant de partir, mais peut importe il ne voulais pas fuir.

L'étonnement fut plus que total lorsqu'il la senti se blottir contre son dos, l'etreignant avec force. Elle cacha sa tête entre ses omoplates, comme pour chercher refuge. Que ce passait-il? Quelques secondes plus tôt elle le traitait de traitre et voilas qu'elle venait le prendre dans ses bras. Il ne bougeait plus, incapable de savoir que faire, lorsqu'il senti couler de chaudes larmes sur sa peau et qu'il perçue les sanglots de sa belle. Puis elle parla. Ses paroles coupées par ses pleurs arrivant comme pour soigner les blessures de son coeur. Il était parfaitemant immobile, incapable de dire ou faire quoi que ce soit.

Elle l'aimait encore. Elle ne voulait pas le perdre et voulait être pardonnée bien qu'elle n'avait pas commis de faute. Lorsqu'elle se tut, il s'écoula près d'une minute avant que Vigo n'agisse. Il n'y avait rien à dire ou presque.
Il se retourna doucement tout en maintenant Sunie pour qu'elle puisse garder son équilibre. Une fois face à elle, il plongea l'or de ses ses yeux dans le bleu de ceux de Sunie. Ce doux et magnifique bleu, les yeux qu'il aimait et non ce rouge sang affreux. Puis il l'enlaça, ses bras passant l'un autour de sa hanche l'autre autour de son cou. Il effleura se dernier des lèvres avant d'y câler la tête. Au bout de plusieurs secondes, il pronoça quelques mots dans un murmure qui s'accompagna d'une ultime larme qui alla se perdre dans le cou de sa douce.

"- Je t'aime Sunie, je n'ai pas cessé de t'aimer et je n'ai aimé que toi"

Après ces queleques paroles, il enfouit sa tête bien dans son cou, cherchant la douceur et la chaleur de ce délicat et réconfortant endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Ven 27 Nov 2009 - 11:20

Sunie resta bien longtemps dans les bras de Vigo, laissant le temps passer dans cet endroit confortable, douleur et larmes se mélangeant. Ainsi plusieurs minutes, peut-être même des heures passèrent. Après cette longue étreinte Sunie relâcha la pression de ses bras sur le corps de Vigo puis retourna lentement dans la chambre, toujours aussi chancelante sur ses jambes sans force ou équilibre. S’appuyant sur le lit pour s’asseoir elle ne put qu’émettre un petit cri de douleur lorsque son poignet cassé reçu une partie de son poids. Elle finit tout de même par s’asseoir, enfilant ensuite ses armatures pour se lever et finalement s’habiller, démontrant une gêne encore plus apparente que la journée précédente. Une fois présentable elle se tourna vers Vigo, s’adressant à lui d’une voix qui trahissait encore l’émotion.

"Vigo, que dirais-tu de faire de même et que l’on aille ensuite en ville chercher ce dont tu avais parlé hier, ca changerais les idées… je crois."

Sur ce elle sortit de la chambre, se dirigeant vers la cuisine elle dit un peu plus fort derrière elle :

"Mais je fait le déjeuner avant"

Puis une fois dans la cuisine elle s'affaira à préparer une omelette, utilisant les œufs restants et un peu de tout ce qu’elle trouvait. Le résultat était plutôt étrange mais Sunie doutait que cela soit mauvais pour autant, il est certain qu’une omelette avec du poulet dedans n’était pas ce qu’il y avait de plus commun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vigortsen

avatar

Nombre de messages : 57
Age : 28
Localisation : Derrière toi
Ordre : Luna
Date d'inscription : 30/08/2009

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Ven 27 Nov 2009 - 12:35

Il fermait les yeux, se laissant envouter par le parfum de Sunie, par la chaleur de son jolie corps, par la douceur de leur étreinte. Il n'y avait rien d'autre à ajouter, n'importe quel mot aurait gaché l'instant. Vigortsen serrait Sunie contre lui avec suffisamment de force pour qu'elle sache qu'il ne l'abandonnerait pas. Le temps devient un concept flou, sans limites ni repère dans ces moments là, la seul chose qui est visible est l'amour que ces deux êtres immortels ont l'un pour l'autre. Ni lui ni elle ne bougèrent, si ce n'est lorsqu'il embrassa avec une extrème délicatesse son cou.

Puis elle retourna en titubant vers le lit pour s'habiller. Il ce rendit alors seulement compte qu'en effet il était toujours nu. Elle reveint vers lui et proposa d'aller en ville pour qu'il récupère ce qu'il avait commandé. Une bonne idée en effet pour se changer les idées. Il alla vers son armoir et tout en prenant des habits, il parla d'une voix encore un peu sous le choc de la nuit et de la fatigue avant qu'elle ne quitte la chambre.

"- Ne crois tu pas que l'urgence est de t'amener voir quelqu'un pour ton poignet?"

Pour toute réponse, elle lui dit qu'elle allait faire à manger. Vigo s'habillat rapidement et glissa les menottes dans sa poche. Il ouvrit alors un petit écrin qui se trouvait dans sa véritable chambre et attrapa un objet qu'il essuya avec un chiffon doux. Il se rendit à la cuisine où une odeur d'omelette emplissait l'air et se glissa silencieusement derrière Sunie lorsqu'elle reposa la poèle.

Il passa un délicatement un bras autour de sa taille et de l'autre, il lui attrapa sa main valide qu'il ramena un peu en arrière, obligeant Sunie à se cambré gentiment. Lorsqu'elle fut dans cette pause sensuelle qui mettait encore d'avantage en avant sa belle poitrine, Vigo lui embrassa tendremment le cou.
Il ramena alors la main de Sunie devant cette dernière et fit glisser la sienne jusqu'au poignet intact, dévoilant un petit anneau en argent gravé avec un extraordinaire finesse.

"- Cet anneau est le seul objet qu'il me reste de ma mère. Je t'en pris, porte le comme une preuve de l'amour que j'ai pour toi.
...
Resterais-tu vivre avec moi ici, chez nous? Que je puisses te protèger, te faire rire et t'aimer?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   Jeu 3 Déc 2009 - 11:29

La cuisine allait bon train, malgré son poignet cassé elle arrivait à tout faire sans trop de problèmes, se servant tout de même habilement de sa main gauche. le plus gros du problème était e effet de ne pas se servir de sa main car à chaque fois qu'elle l'oubliait elle se le faisait rappeler par une pointe de douleur plutôt aiguë. L'omelette était presque prête lorsque Vigo l'enlaça encore une fois puis la fit se cambrer vers l'arrière, celle-ci suivant facilement le mouvement puis elle le laissa faire, bien qu'il y avait un apparent malaise dans son regard. Sunie fut des plus surprise lorsqu'il laissa un petit anneau en argent dans sa main, à ce moment elle perdit le fil de ce que lui dit Vigo, les larmes coulant sur ses joues. Tant de questions de d'obstacles lui vinrent à l'esprit, pourquoi elle et maintenant, n'avait-il pas peur que se soit Liliana qui prenne le contrôle, après cette nuit, voulait-elle encore vraiment vivre avec lui? Tout se bousculait, comment un homme pouvait-il vouloir d'elle à ce point, était-ce seulement pour la garder avec lui ou il l'aimait vraiment, tant de questions auquel elle aurait aimé avoir une réponse. Sunie avait la voix tremblante et incertaine lorsqu'elle répondit à Vigo:

"Je....Je..."

Elle éclata alors en sanglots, incapable de lui offrir une réponse, de quoi avait-elle l'air en ce moment, probablement ridicule, elle pleurait à chaude larmes alors que le seul homme qui semblait l'avoir appréciée à sa juste valeur lui demandait de vivre avec elle pour toujours. Sans compter qu'elle ne savait pas trop comment lui allait le prendre, après tout ce qu'elle lui avait dit, ce qu'il avait fait, voulait-elle de lui comme fiancé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un appartement à louer.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un appartement à louer.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [4eme Etage] Appartement de Hasharin
» Appartement de Hayabusa Toyome
» Appartement de Naoki
» L'appartement de la tortionnaire [PV Clyde Waldan] [RP CLOS]
» Mieux qu'une fontaine d'appartement (19.12.10 à 15h32)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortel :: Paris :: Les Rues Résidentielles-
Sauter vers: