AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Douce mélancolie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 9 Déc 2008 - 1:32

"apparement oui, l'immeuble est mal isolé j,y ai emménagé simplement pour le balcon et le prix, aussi pour la propreté, je ne voulais quand même pas de blattes dans ma cuisine."

Puis Phir sembla pensif un peu. Il se rendit ensuite compte à la plus grande surprise de Sunie qu'elle était incommodée par la fumée et éteint sa cigarette sans hésiter.

"vous n'étiez pas obligé de l'éteindre vous savez, je ne crois aps qu'un peu de fumée m,aurait tuée après ce tout ce qui n,a pas réussit..."

L'offre d'un siège n'était pas inintéressante mais s'asseoir signifiait rester plus longtemps et Sunie détestait s'immiscier dans la vie privée des gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 9 Déc 2008 - 1:46

Davielle se redressa, et cacha sa lèvre ensanglanté...pas question de faire peur a Sunie. Elle se leva, et les rejoignit, un sourire malicieux sur le visage.

Bah, laisse le faire ce qu'il veut...Il va s,en allumé une dans 15 minutes...t'inquiète pas pour lui. Qu'est ce qui ne va pas? J'imagine que le bruit t,a éveillé. Je te le dis, tu devrais jouer du violon pour t'aider a dormir. Et ca va nous inciter a être plus silencieux. Si tu a choisi cet endroit pour le balcon, profite en. Je te garanti, aucun humain ne t'entends. Tu peux jouer comme tu le veux, et ca va nous faire plaisir.


Davielle lança un clin d'oeil a Sunie, cherchant a la convaincre de retourner dormir. Elle ne voulait pas paraitre mesquine, mais elle n'avait pas vraiment l'intention de passer la nuit avec plus qu'une personne.

Alors, que dis-tu de mon idée?


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunie

avatar

Nombre de messages : 193
Localisation : Québec, Canada, Amérique, Terre, Sol, Voie Lactée, Amas de la Vierge, Univers
Rang : Première hybride
Ordre : Métisse Carnival-seth
Date d'inscription : 02/12/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 9 Déc 2008 - 1:59

Sunie appréciait l'idée,m jouer du violon la calmerais et en plus ca lui donnait une excuse pour sortir de l'appartement de Phir. Elle se décola du mur et se tourna vers Phir.

"désolé, mais je crois que son idée est plus raisonnable, si je reste je vais à coup sur ne pas dormir et ca je ne peux pas me le permettre, pas après une soirée comme celle-ci."

Elle se dirigea vers la porte et passa à coté de Phir, lui faisant un petit sourire en coin et entra à nouveau dans son appartement. Elle était certaine que les deux tourtereaux ne pouraient s'empécher de faire du bruit alors elle suivit le conseil de Davielle, si seul les immortels pouvaient l'entendre alors surement personne dans le coin ne le pourrait... Mais que pensait-elle là, elle ne savait même pas combien ils étaient environ dans cette rue seulement... cette notion la était assez dure à assimiler.

Sunie retourna donc au balcon, le violon encore au même endroit ou elle l'avait laissé. Elle s,assit et pris son archet, ajusta le violon. Elle fit courir l'archet sur les cordes de ce dernier une fois puis elle retourna son chevalet et repris d'où elle avait arreté avec son ancien violon qui était éparpillé un peu partout dans la pièce, Bolero of fire, une pièce un peu trop dure pour son niveau mais elle se débrouillait, manquant certaines notes pour ne pas fausser. Les notes graves et mélancoliques des cette symphonie résonnaient le long de la rue et on pouvait entendre plusieurs fois de suite la même note en écho.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 9 Déc 2008 - 2:21

"Pas de quoi, si c'est ce que vous voulez. Dormez bien!"

Phir lui sourit une dernière fois avant qu'elle disparaisse de l'autre côté de la porte. Bientôt, une douce mélodie s'éleva, un peu étouffée par les murs. Si il n'avait pas eu l'ouïe si fine, il ne l'aurait peut-être même pas entendu. Le gitan resta figé quelques secondes avant de se secouer la tête, comme pour chasser quelque un insecte agaçant volant autour de lui.

L'immortel se retourna vers Davielle et la prit par la taille pour l'attirer contre lui.


"D'accord, je suis peut-être un peu Don Juan. Juste un peu."

Il passa doucement un doigt sur la lèvre ensanglantée de Davielle.

"Sincèrement, je ne sais pas comment tu fais pour te blesser de la sorte. Si je m'approche trop, est-ce que tu vas me mordre?"

Un grand sourire passa sur ses lèvres. Davielle était vraiment agace, il fallait l'admettre. Dès qu'il s'approchait d'elle un tant soit peu, elle trouvait un moyen de s'éloigner. C'était peut-être dans sa nature, enfin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 9 Déc 2008 - 2:42

J'ai effectivement une tendance a me couper les lèvres. Tu peux pas savoir a quel point c'est agaçant....
Elle eut un regard malicieux, amusée.
Mais t'inquiète, j'ai déjà du sang sur les lèvres, j'ai pas vraiment besoin d'en rajouter.


Davielle se laissa faire, se retenant de se dérobée. Elle n'était pas a l'aise, mais elle préférait essayer que d'abandonner, pour une fois. Mais elle n'avait pas l'intention de rester debout, aussi le poussa-t-elle, se libérant de ses bras, pour retourner s,asseoir sur le lit. Ramenant ses jambes contre elle, la carnivale observa la réaction de Phir. Repassant une main sur sa lèvres, elle grogna. Elle ne s'était vraiment pas manqué! Mais elle laissa vite tomber l'idée d'essayer d'empêcher le sang de couler. Il s'arrêterait de lui même, comme d'habitude. Elle posa le menton sur ses genoux, et observa Phir avec un regard tranquille, dénué de moquerie, presque chaleureux. A quoi pensait-il donc maintenant? Elle ne le savait pas, et ne le saurais probablement jamais. Et elle en était presque contente. Ne pas savoir, et garder le monde surprenant, a chaque seconde une surprise. Bordel, mais il était vraiment en train de la changer? Quoi d'autre encore allait-il se passer, quel autre changement? Davielle commençait a voir peur du pouvoir qu'il avait sur elle. Et cette fois, elle décida de laisser faire, et surtout, de se laisser porter par le courant. On allait bien voir ou elle allait tomber.

Aller, ne laisse pas la musique te ramollir. Sunie va finir par te rendre mouton. Aller, reviens, je ne peux pas fuir bien loin cette fois.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 9 Déc 2008 - 3:07

Davielle le repoussa une fois de plus pour aller s'installer sur le lit. Du sang coulait encore sur sa lèvre inférieur, imbibant la pièce de son odeur. C'était une odeur musquée, à la fois douce-amère. Phir se détacha de ce doux parfum pour la rejoindre, s'asseoir à côté d'elle. La carnivale avait l'air tranquille en ce moment, son regard était paisible.

"Moi, mouton? Je t'en pris, c'est une insulte de calibre! Et on va voir si elle me ramollit cette musique..."


Félin, détenteur d'une élégance animale dans ses mouvements, dans le roulement de ses muscles, il poussa légèrement Davielle sur le dos, lui laissant la possibilité de refuser. Puisqu'il n'y avait pas de résistance, Phir s'avança un peu plus, les bras sur le matelas de chaque côté du corps de la carnivale. Alors, il se lança, posant ses lèvres sur celles pleine de sang de l'immortelle. Elles avaient un goût délicieux. Léchant le sang, Phir se recula un peu, passant une main dans les cheveux de Davielle.


"Je sais que je suis fatiguants, mais si tu ne veux pas, dis le moi, j'arrêterai. Seulement reste avec moi, je déteste être seul. Ce n'est pas dans ma nature, disons."


Le luna posa ses lèvres sur le front de sa compagne.


"Choukard chayori, phu yag, kham yalo... Isch drom scamene."(Belle fille, terre de feu, soleil des fou... Je crois que je t'aime bien.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 9 Déc 2008 - 3:39

Davielle se laissa embrasser. Elle ne voyait pas pourquoi elle se défilerait, se mettrais en colère, se déroberait. Malgré sa gène, elle le laissa faire, et se laissa a sourire, sans chercher a comprendre ce qui la poussait a le faire. Elle y pris même plaisir, comme s'il était possible de gouter sans mordre. Elle ne savait pas ce qui lui arrivait, ne savait pas ce qui la poussait vers lui. Mais elle commençait a comprendre qu'elle n'y échapperais pas. Pourquoi lutter contre l'inévitable? Seule la gène la retenais...

Tu es absolument incapable de te taire?

Davielle l'observa, le regard amusée. Elle commençait a douter sur ses dires, ne trouvant pas comment un homme comme lui pouvait devenir désagréable. Elle admettait qu'il était parfois agaçant, mais pas désagréable. Elle sourit en l'entendant parler, sans qu'elle n'y comprenne rien. Elle aurait voulu lui rendre la pareille, mais se douta qu'il comprenait l'italien, elle se retint. Mais le poussant, elle le fit retomber, commençant a ne pas apprécier de le voir au dessus d'elle. Profitant du fait qu'il était a son niveau, elle inclina la tête sur l'oreiller, se rapprochant du même coup de Phir. Mais gênée plus que jamais, elle ferma les yeux, ne voulant pas voir le visage réjoui du luna. Elle préféra appuyé son front contre le sien, et feindre de tomber endormie. Mais son sourire la trahissait, et elle rouvrit les yeux, riant de sa tentative. Son trouble était visible plus qu'autre chose.

"Ti odio, Don Juan."(Je te déteste Don Juan)
Au cas ou il comprendrais l'italien, elle sourit innocemment, avec un brin de moquerie. S'il comprenait...ba a lui de se venger...elle ne le prendrait pas mal.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mer 10 Déc 2008 - 2:17

Étonnamment, Davielle se laissa faire lorsqu'il l'embrassa, à la grande surprise de Phir.

"Me taire, moi? Non, pas vraiment. Mais si tu veux, je peux toujours essayer."


Le luna lui offrit un magnifique sourire garnit de quatre beaux crocs pointus. Il se laissa basculer sur le côté, devinant parfaitement que Davielle n'était pas du genre à apprécier la domination, même sous sa forme la plus innocente. Sur le côté, l'immortelle finit par le rejoindre, son front faisant face au sien. Elle simulait le sommeil, ce qui fit rire le luna tellement son imitation n'était pas convainquante.


"Naturellement, on déteste Don Juan. On le déteste autant qu'on l'aime, d'un amour pornographique. Tous disent pouvoir se passer de lui, le mépriser alors qu'en fait, personne ne peut vivre sans lui. De quoi se placer sur un pied d'estale, non?"

Lovari sourit de nouveau, mais voyait clairement la gêne de Davielle. Comme vengeance, il passa le dos de sa main sur la joue de la carnivale dans un geste tendre.


"Tu n'es pas habitué à tout ça, hein?"

Devant l'air perplexe de Davielle, il ne put que rire.

"Eh bien tu sais, les jeux de l'amour et du hasard, comme dirait Marivaux. Ne dit pas le contraire, parce que tu as l'air aussi à l'aise qu'une brebis dans un meute de loup..."


Sur ce, il bascula de nouveau sur elle, mais fit un autre tour, de sorte que Davielle se retrouva allongée sur lui.


"Tu te sens moins dominée, comme ça?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mer 10 Déc 2008 - 3:31

Davielle encore une fois ce laissa faire, décidé pour une fois a laisser quelqu'un d'autre s'occuper d'elle pour une fois, a laisser l'inconnu s'emparer d,elle. Évidement qu'elle n'était pas a l'aise, elle ne s'était jamais laisser faire a ce point, aimant avoir le contrôle de sa vie. Elle n'avait jamais fait face a l'inconnu en choisissant de fermer les yeux. Et voila qu'elle se décidait a faire ce qu'elle avait passer sa vie a éviter. Comme quoi seul les fous ne changent jamais d'avis.

Étendue sur Phir, elle laissa sa tête appuyé sur le torse chaud du luna, se laissant bercé par le mouvement de sa poitrine au rythme de sa respiration. C'était grisant, presque irréel, et Davielle apprécia beaucoup. Et puis elle redressa la tête, et fixa les yeux vert de Phir en se demandant une fois encore ce qu'il pouvait bien penser.
Et puis, poussée par elle ne savait quoi, et décidant de passer outre l'alarme muette de son instinct, elle l'embrassa, pendant plusieurs secondes, voulant revivre la sensation de se contact chaud et intense.

Virant au rouge pour la première fois, elle se détacha, cherchant a masquer sa timidité, blottissant sa tête au creux de l'épaule de Phir. Blessé ou pas, pas question de le laisser voir la belle teinte carmin de son visage d'ordinaire blanc de neige. Nez contre la plaie, elle aurait pu tournez en pleine folie, heureusement pour Phir, elle demeura elle même...
Se libérant, retombant sur le coté, elle garda son visage au creux de son cou. Elle ne voulait rien dire, elle ne voulait que garde le moment intact, et le faire durer. Pour la première fois de sa vie, elle se rendit compte qu'elle ne voulais pas quitter ce luna qui avait le don de la modeler a sa volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mer 10 Déc 2008 - 18:39

Docile, pour une fois, Davielle se laissa encore faire. Allongée sur lui, Phir se concentra sur ce poids sur sa poitrine. L'immortelle avait posée sa tête sur son torse et sa présence si proche lui donnait cette agréable sensation de papillons volant dans son estomac. La faim? Mais non, franchement...

Contrairement à la carnivale, le luna avait l'habitude de se laisser aller, de vivre sa vie en acceptant toutes les petites surprises qu'elle pouvait amener, de même que les mésaventures commune à toute existence. Faire face à l'inconnu était un de ses plus grands plaisirs. Pourtant, c'est à son regard sombre qu'il dut faire face lorsqu'elle redressa son minois. Le gitan lui sourit, ses yeux verts émeraude pétillant de malice et d'un je ne sais quoi.

Elle dut passer outre sa gène, car elle posa ses lèvres sur les siennes. Avide de cette belle bouche, Phir répondit passionnément à cette invitation. Quelques secondes plus tard, Davielle avait enfouie son visage dans le creux de son épaule, sans qu'il puisse comprendre pourquoi.


"Oula, attention à ma blessure!..."


Elle retomba finalement sur le côté, sa tête reposant maintenant dans le creux de son cou. Voilà qui était mieux. Souriant, Phir l'attira contre lui, ses bras l'enlaçant avec peut-être un peu trop d'insistance. Il caressa doucement la courte chevelure de Davielle, l'air pensif. À son tour, il se prit à se demander ce qu'elle pouvait bien penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mer 10 Déc 2008 - 19:18

Ses joues reprenant leur couleurs habituelles, celle de la neige, Davielle redressa le visage, souriant avec bonheur. Même si elle ne comprenait pas ce qu'elle ressentait, elle admettait que cette sensation n'était ni désagréable, ni nocive. Se laissant enlacer, profitant de la chaleur de Phir, elle se laissa a divaguer, les yeux fermé. Elle ressenti la présence d'un autre immortel, a peine plus loin...mais ne voulant pas se déranger, elle ne fit que passer outre, préférant l'ignorer, malgré la puissance qui s'en dégageait. Elle en ressentit une autre, et cette fois frissonna, mais préféra faire passer sa réaction pour un frisson de froid et en profiter pour se rapprocher du luna.

Rouvrant les yeux, elle croisa le regard de Phir, et sourit de nouveau, décidant cette fois d'assumer son geste et de l'embrasser une nouvelle fois, parvenant a ne pas s'enfuir de gène.
Elle ne se reconnaissait plus, mais elle n'aimait pas l'idée de devenir timide pour la seule raison qu'un homme avait réussi a la rendre docile.
Décidant de lui rendre la pareille, elle passa une main dans ses cheveux, secouant sa crinière en riant. Elle n'avait pas le cœur de dire quoi que ce soit, mais devinait parfaitement que Phir n'avait pas besoin de ça pour traduire ce qu'elle essayait de dire. Effleurant les cornes de son ami, elle hésita, il lui en avait déjà parler. Mais jusqu'à date, elle n'avait pris l'audace d'essayer de s'en approcher d'avantage. Bah, si ça l'énervait il le lui dirait. Passant un doigts le long de l'une d'elle, Davielle observa sa réaction. Elle ne savait même pas s'il le sentait ou non. Mais elle préféra arrêter, pour ne pas l'ennuyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 11 Déc 2008 - 2:28

Phir ressentit lui aussi la présence d'immortels, mais ne s'en inquiéta pas outre mesure. Plusieurs d'entre eux logeaient dans ces appartements. Ils ne faisaient pas de remous et gardaient leurs langues, de telle sorte qu'aucun chasseur n'avait jamais pointé le bout de son nez ici. Pour ce qui est des différents clans, une certaine solidarité vivait en ces lieux. Pas question de jouer au panier percé pour dévoiler l'identité du voisin sans se dévoiler soi même, de toute façon.

Elle se rapprocha un peu plus de lui et osa de nouveau l'embrasser. Cette action fit sourire Phir qui n'avait, de toute évidence, pas à se plaindre de ce changement comportement. Elle avait la peau si lisse, si douce... La carnivale, contre le torse nu du gitan, avait sous les doigts un cuir souple et résistant, naturellement d'une teinte chaude en plus d'être tannée par le soleil. De plus, le temps s'étalait sur ce cuir sous la forme de nombreuses cicatrices, petites ou grandes, en formes d'étoile ou en ligne droite ainsi que d'un tatouage tribal qui courrait sur toute son épaule et une partie de son bras.

"Tu n'es jamais aussi belle que lorsque tu es toi même."

Sa voix n'était qu'un murmure lorqu'il prononça ces mots, mais il était facile pour Davielle de capter tous les mots. L'immortelle ébouriffa sa crinière de jais comme pour se venger d'un geste, pourtant, tout à fait innocent, mais il rit tout de même. Pas besoin de traduire. Elle était encore maladroite, pas habituée à ce genre de relations amicales et même plus. Cette fois, ses doigts touchèrent timidement ses cornes avec une espèce de crainte, comme si elle craignait de l'offenser, ce qui n'était pas du tout le cas.


"Tu peux les toucher, tu sais, ne te gène pas. Comme je l'ai dis plus, tôt, je dois les limer, maintenant. Elles ne sont pas aussi belles qu'avant. Quand j'étais jeune, je pouvais les montrer sans trop de crainte, mais à présent, il faut les cacher. Habituellement, c'est les solstices qui ont des cornes, alors je sème la confusion chez les immortels. Sincèrement, je préfère ne pas attirer autant d'attention."


Il posa ses lèvres sur sa mâchoire, dans son cou... Sa main commençait à jouer avec les laçages de son bustier.

"Mes "collègues", lorsqu'ils doivent me confronter ou avoir une conversation avec moi, disent toujours qu'ils vont "prendre le taureau par les cornes". Au début ça m'agaçait un peu, maintenant je trouve ça assez marrant moi aussi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 11 Déc 2008 - 2:54

Davielle ricana de moquerie en entendant son murmure. Et elle ne put s'empêcher de lui murmurer a son tour.

Fait gaffe que je ne redevienne ce que je suis vraiment. Je suis peut être plus belle, mais toi tu risque de recueillir d'avantage de cicatrices et de blessures. Et je ne voudrais pas abimer chair si agréable.

Souriante, elle repassa ses doigts dans ses cheveux. Ele avait peut être le feu vert a sa curiosité par rapport a ses cornes, elles ne représentait qu'une partie de l'homme. Elle le poussa un peu, reprenant en parti le dessus. Grognant légèrement en le sentant plus aventureux qu,elle ne l'aurait ordinairement voulu, elle se retint de claquer de la mâchoire, et ravala son instinct de protection, qui lui hurlait de ne pas le laisser faire. Se rabrouant mentalement, elle oublia les avertissements de son esprit, préférant arrêter de s'inquiéter. Parcourant le torse de Phir de ses doigts fins, elle s,amusa a chercher les cicatrices, et a les compter, souriant a chaque fois d'en trouver en si grand nombre. Mais elle s,avait bien qu,elle aurait besoin de plusieurs heures afin de toutes les trouver, et c'était sans compter sur Phir qui avait bien autre chose en tête.

Étrange, moi je dirais plutot prendre le bélier par les cornes...tu te rapproche plus du mouton qu'autre chose a mon avis...

Elle eu un grand sourire moqueur, le regard jouant les innocents. Elle se doutait bien qu,elle allait probablement devoir étouffer un sentiment de panique d'ici les prochaines secondes, devinant que Phir prendrais le mord aux dents en entendant une nouvelle fois cette insulte que Davielle se jura de garder en mémoire. Si elle pouvait trouver quelque chose pour l'énerver, ca serait déja pas mal, déja que lui devait en avoir déja tout un lot. Il était si facile d'énerver un carnival, et surtout une fille...Riant de se savoir déja condamnée, elle posa la tête sur son torse, cherchant a s'éviter une violente réaction en jouant les contrites...ce qui ne fonctionnerais pas...elle le savait.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 11 Déc 2008 - 21:44

"Mais tu es toi même. Pas besoin de te mettre dans tous ces états, la vie ce n'est pas d'être constamment sur la défensive, tu sais. J'imagine que ça n'a pas dû être facile tous les jours pour toi..."

Comme les chiens, Phir aimait bien se faire jouer dans les cheveux, c'était agréable... Malheureusement, Davielle assouvit rapidement sa curiosité pour ses cornes et alla voir ailleurs, reprenant le dessus. Un délicieux frisson lui parcourut l'échine au contact des mains de la carnivale sur son torse. Ses doigts fins étaient frais contre sa peau brûlante, émanant d'une chaleur corporelle agréable. Tout le monde sait que les hommes dégagent plus de chaleur que les femmes!


Elle semblait s'amuser à trouver ses cicatrices, à les compter peut-être. Si c'était le cas, elle en aurait bien pour toute la nuit!

"Un mouton!"


Le gitan fit de nouveau basculer l'immortelle sur le dos avec un effrayant grognement entre le rugissement et le feulement, un peu trop semblable à celui que ferait un loup en colère. Son corps intimement collé au sien, joue contre joue, il mordilla son oreille en murmurant ces quelques mots:

"Les moutons je les mangent crus ou en ragoût, très chère. Pas question d'inverser les rôles, ce serait trop cruel!"


Une main frivole s'infiltra sous son haut, sans toutefois exagérer, ne caressant que la peau nue de sa hanche tandis que l'autre descendit sur sa cuisse. Dans son emportement, il espèra seulement que Davielle prenne les choses d'une façon humoristique... Pas de morsure!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 11 Déc 2008 - 22:24

Davielle ricana en le voyant se jeter sur elle avec un cri de guerre typiquement canin. Mais évita de lui rendre la pareil, puisque l'oreille du luna se serait fait déchiqueter dans le temps de le dire, les crocs de la carnivale ayant la qualité d'être incroyablement tranchant...d'où les innombrables blessures au lèvres, qui au cours des années, les avait parsemé de minuscules cicatrice a peine perceptible. Riant en le sentant aventureux, elle le serra contre elle, pressant sa joue contre son épaule intacte. Elle aimait bien le contact humain finalement, et son alarme commençait tranquillement a s'estomper, a disparaitre. Mais elle ne redeviendrais jamais la petite fille innocente et aimante qu'elle avait été au début. Des années de lutte l'avait transformé bel et bien, et elle savait parfaitement que malgré les efforts de Phir, elle ne changerais pas plus, et probablement que personne d'autre n'arriverait a se rendre aussi loin, a l'amadouer a ce point. Seul Phir possédait désormais le pouvoir de la rendre docile, et au fond, Davielle ne lui en voulait pas d'y être parvenu.
Soudainement triste, elle se serra d'avantage a lui. Comme elle aurait voulu ne jamais avoir a se battre, ni a devoir quitter son clan pour une histoire aussi idiote que d'être différente. Sa mère lui revint a l'esprit, et elle attrapa le médaillon qu'elle portait sous sa chemise, médaillon qu'elle ne sortais d'habitude jamais. Mais elle fit un effort pour ne pas laisser transparaitre son malaise et sa soudaine mélancolie. Se forçant a sourire, elle ne pu s'empêcher une nouvelle fois de ce moquer de lui.


Inverser les rôles? Mais c'est pourtant ce que tu fais. Je croyais que les loup était agressifs, mais très sincèrement, j'ai connu des moutons plus méchant que toi. Comme loup, tu n'es pas très convaincant. Tu va devoir faire mieux pour m'impressionner le louvetaux!

Le médaillon entre ses doigts fermés, elle découvrit ses crocs, dans une mimique a rivaliser avec la sienne. S'il voulait jouer a grogner, elle pouvait probablement lui en remontrer. Les carnivals n'était pas si loin des lunas, et Davielle était prête a le prouver.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Ven 12 Déc 2008 - 1:02

Heureusement, Davielle prit bien la chose et se mit même à rire. Sincèrement, ils n'auraient pu être plus proche physiquement qu'en ce moment, enlacés l'un a l'autre comme ils l'étaient. Contrairement à la carnivale, Phir avait eu droit à eu vie sociable. Dès son plus jeune âge, il avait été mêlé aux autres, introduit à une vie de société où tous sont inclus malgré leurs différences. Bien sûr, sa mère n'était supporté dans le groupe qu'à cause de ses pouvoirs. Son comportement de femme forte et indépendante froissait un peu la mentalité d'hommes virils et dominants de l'époque, disons. C'était encré dans sa nature. Aller vers les autres, vivre avec les autres, il ne pouvait pas s'en passer. Le gitan pouvait bien rester seul, mais à long terme, cette solitude lui pesait. Sa vie, il la vivait pour lui, mais à deux minimum.

Phir sentait, malgré tout, qu'il légère tristesse pesait sur la jeune femme et qu'elle essayait à tout pris de la cacher derrière de faux semblants. Mais bon, il ne pouvait pas tout deviner, si elle ne voulait pas en parler, elle avait ses raisons. Son regard attrapa un éclat métallique du médaillon doré qu'il observa avec respect quelques secondes.


"Ça va aller?"

Davielle reprit rapidement du poil de la bête - c'est le cas de le dire... - en relançant sa pique avec une vilaine espièglerie.


"Pour ton information, les loups ne sont pas agressifs sans raison!"

Bah, la laisser comme ça sans épice, sans rien... C'était un peu ennuyant, à vrai dire.

"Mais là tu m'as vrm mis en colère (son sourire démentait un peu ses paroles). Tes petites quenottes pointues ne pourront jamais rivaliser avec les miennes!"


Déjà, ses mains devenaient plus grandes et se couvraient d'une fourrure noire, ses ongles devenaient griffes énormes et menaçantes. Ses crocs avaient pris du volume, ses autres dents étaient désormais bien plus redoutables qu'avant. Phir bondit sur le plancher et, quelques secondes plus tard, c'était un énorme loup noir qui lui faisait face... qui était un peu à l'étroit entre tous ces meubles. Menaçant, il s'approcha à pas lent de Davielle en montrant les dents puis, sans prévenir, bondit sur elle - en faisant bien attention de ne pas l'écraser sous son poids - en la balayant de grands coups de langue baveuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Ven 12 Déc 2008 - 1:21

Riant au éclat, Davielle attrapa un oreiller, cherchant a s'éviter les coups de langue mouillé. Attrapant l'occasion de se chamailler une nouvelle fois, elle se jeta sur lui, se libérant sans mal de ses pattes, puisqu'il ne semblait pas avoir calculer l'incroyable agilité de Davielle. Claquant des dents avec joie...de toute façon, si elle passait tout droit et accrochait Phir, son épaisse fourrure l'empêcherais de lui le moindre mal, l'immortelle s'en donna a cœur ouvert, oubliant sa récente tristesse. Sautant sur son dos, elle lui mis l'oreiller sur les yeux, l'obligeant a secouer la tête pour s'en débarrasser. Mais elle lâcha bientôt l'oreiller pour agripper sa fourrure, et si blottir confortablement. Pour la détaché, il allait falloir a Phir de devenir un gymnaste, ou de se secouer suffisamment pour que la forte prise des doigts de Davielle finisse par faiblir. Ce qui n'était pas prêt d'arriver. Ou bien de se retransformer...

Alors le loup? On fait quoi maintenant? Tu reste peut-être très fort, mais que peux tu faire contre moi? Entre le mouton et le chat, je vote pour le chat! Mais t'inquiète, a mes yeux, tu restera toujours un mouton.

Davielle éclata de rire, jouant de ses doigts dans la longue fourrure de Phir, s'étendant sur son dos, sans toutefois lâcher sa prise. Pas question de la lui laisser facile pour cette fois. La tête posé sur celle de Phir, elle gronda au fond de sa gorge, produisant une réplique parfaite du ronronnement d'un chat. Enfant, elle s'amusait a ronronner, pour le plus grand bonheur de sa mère qui la berçait. Comme elle se sentait bien, sur le dos de Phir, cette fois bercer pas son rythme de respiration, et par la douce fourrure si confortable.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Ven 12 Déc 2008 - 1:50

Le loup glapissa lorsqu'on lui cacha les yeux et secoua vivement sa grosse tête. Bien sûr, Phir n'avait pas sous estimé la capacité de Davielle à se libérer de ses pattes, mais voilà qu'elle était maintenant accrochée à son dos. Ah et puis, ce n'était pas si désagréable, après tout... Ses doigts saisissaient sa fourrure avec une poigne de fer, impossible de la détacher. Il aurait pu se rouler par terre pour l'enlever, mais c'était bien trop violent. Le luna ne voulait en aucun cas lui faire du mal!

Aux paroles de Davielle, Phir grogna, feignant d'être de nouveau offensé par la comparaison être sa personne et un mouton. Si il fallait qu'il soit un mouton, il n'était pas prêt de sortir de l'auberge, ah ça non! En l'entendant ronronner, la bête échappa un son semblable à un rire, mais venant d'un loup, on ne pouvait pas aisément deviner. Sur ce, il se coucha juste à côté du feu de foyer, sa grande carcasse ayant poussée la table qui siégeait au même endroit quelques instants plus tôt. Même si Lovari ne pouvait pas la voir, il devinait son bien être et en ressentit lui-même un sentiment semblable.

Pourtant... Une idée naquit dans son esprit. Ç'aurait été trop gentil de la laisser tranquillement allongée sur son dos comme ça... Sans prévenir, Phir reprit sa forme humaine en riant aux éclats.


"Je viens de détruire complètement mes pantalons à cause de toi. Contente? Bah, de toute façon il m'en fallait des nouveaux..."

Et oui, il était complètement nu...

"Euhm, tu me laisses le bénéfice d'enfiler une autre paire de pantalons?..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Ven 12 Déc 2008 - 2:03

Comment ça, a cause de moi! Qui a pris la décision de se transformer en loup???Surement pas moi...Alors vient pas m'accuser de ce qui ne m'appartient pas!

Davielle se laissa rouler en bas de son dos, du coté du feu et le laissa se relever, tournant la tête vers les flammes. Une fois tout a fais hors de son champ de vision, elle se rassit, et se laissa hypnotiser par les volutes orangées et chaudes qui sortait du foyer. Elle aimait bien le feu, et pouvait passer des heures a l'observer, les yeux dans le vague. Mais ici, s'était un peu dangereux de partir dans les nuages en ne surveillant pas le luna...il lui aurait été tellement facile de la prendre au piège...mais comme elle y songeait, elle perdit le fils de ses pensées...et se retrouva bel et bien a songer a autre chose...se retrouvant absolument en train de ne pas surveiller ledit luna, qui se changeait. Se laissant retomber, le visage faisant toujours face au feu, le ventre vers le plafond, elle se laissa a ses pensées...Mais elle reprit vite ses esprits...heureusement, Phir n'avait pas eu le temps de revenir. Allant se pelotonner dans un fauteuil, les pieds sont son corps, elle attendit, et se reprit a ronronner...le feu avait cet effet sur elle, et gronder de la gorge lui faisait étrangement du bien.
Attrapant une fois de plus son médaillon, elle se reprit a se perdre dans ses souvenirs. Mais cette fois choisit de ne pas se laisser attrister. On ne pouvait pas changer le passé, ni prévoir le futur. Mais on pouvait vivre le présent sans avoir a se morfondre. Et Davielle fini par laisser le médaillon retomber, le laissant briller a la lumière des flammes. Comme sa mère serait surprise si elle la voyait aujourd'hui! Et une fois encore, Davielle se perdit dans ses spéculations et ses théories a propos de sa mère...oubliant qu'un homme espiegle n'attendait qu'un instant d'inattention de sa part pour agir.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Ven 12 Déc 2008 - 2:32

"Et c'est toi qui m'a mit en colère!"

Il fit un clin d'oeil à Davielle avant de disparaître dans la salle de bain, une paire de pantalons en main. Lorsqu'il revint, toujours torse nu - c'était une habitude lorsqu'il était chez lui - , Phir eu le loisir de trouver sa compagne ronronnant sur le fauteuil, roulée en boule. Cette fois, le luna n'eut pas le coeur à la surprendre.


"Alors le félin, on remue les souvenirs?"

L'immortel replaça la table basse devant le foyer et prit une cigarette dans un paquet qui traînait sur celle-ci. Il la coinça entre ses lèvres, comme d'habitude, et l'alluma, une légère fumée s'en échappant.

"Je sais que tu n'aimes pas, mais c'est une horrible habitude dont je ne peux me défaire. C'est ça ou je retombe directement dans l'opium."

En fait, il prenait encore de l'opium... mais moins qu'avant. Ce détail n'était pas obligé d'éclater tout de suite au grand jour. Peut-être un jour, qui sait.

"Pousse-toi un peu..."


Phir prit place dans le fauteuil, faisant en sorte que Davielle fut bientôt assise sur lui, la tête contre sa poitrine. Il passa un bras autour de sa taille, l'autre maniant sa cigarette. Tendrement, le luna posa un baiser sur la tête de la carnivale.


"Alors, dis moi donc ce qui te passe par la tête, choukard (ma belle). Quelque chose te tracasse?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Ven 12 Déc 2008 - 3:04

Bah, je sais pas si tu comprendrais, toi qui a toujours vécu avec des gens autour de toi pour t'apprécier. Ne dis pas le contraire, je sais très bien que c'est vrai. Moi au contraire, je n'ai pas eu cette chance. Pour toi c'est facile, tu es a l'aise partout ou tu va, tu n'a pratiquement rien a craindre. Et partout ou tu passe, il a des gens pour sourire et apprécier, et même devenir complètement amorphe de docilité.

Davielle ricana, parlant évidement d'elle même...


Pour toi c'est facile de parler a une fille, de t'entendre avec tout le monde, de faire sourire les gens. Mais pas pour moi. Je n'ai aucune idée de ce que signifie avoir un ami, je ne sais même pas pourquoi je suis la a rire de tes bouffonneries, pourquoi je suis la a me chamailler, ou a t'embrasser. J'ignore ce que je fais, et dans un sens ça me fait peur...
Parce que je ne sais pas contre quoi je suis en train de me frapper la tête. Pour toi c'est facile, tu te fout de ne pas savoir ce qu'il va se passer demain, ou dans un mois. Mais quand tu n,a jamais eu la moindre idée de ce que signifie vivre...
J'ai passé ma vie a survivre, a tout faire pour parvenir a traverser un seul village sans me faire tuer par mon clan. Quand sortir 5 minutes devient une bataille qui te ramène dans ton lit et ne peut t'empêcher de te faire gronder parce que tu a tacher de sang le tapis centenaire de la famille en revenant dans ta chambre...ou que ta mère refuse de t'aider a monter les escaliers de plusieurs mètres de haut quand tu a une jambe briser, sous prétexte que tu a déclencher une bagarre au lieu de la subir...


Davielle gronda a ces souvenirs, et la vibration fut suffisamment puissante pour faire vibrer jusqu'à la carcasse de Phir, tellement elle en voulait a sa mère pour cette histoire.

J'ai peur, parce que je ne sais pas si je peux vraiment me permettre de ne pas savoir ce qui vient, si je peux me permettre de courir en fermant les yeux. J'ai passer trop près de la mort trop souvent, qu'aujourd'hui, je ne sais plus quoi faire. J'ai quitter mon clan, mais je me demande si c,est une bonne idée. Malgré la vie que j'y avais, mon tempérament me permettait de me sentir bien. Ici, je suis dépourvu, parce que je dois changer ce que je suis. Et tu n,es pas là pour aider. Mais malgré la peur que j'ai de toi, et de ce que tu fait de moi, je ne peux pas m'empêcher de me demander ce que je ferais si tu me laissais...je me suis laisser changer...et je n'ai pas le cœur a revenir en arrière. Je ne sais pas ce que ça signifie, mais je ne veux plus m'éloigner de toi. Fais de moi ce que bon te semble, mais ne me laisse pas...

Davielle se tût, et chercha a effacer les larmes qui brouillait ses yeux sans que Phir ne s'en rende compte. Voila qu'elle pleurait maintenant...elle qui avait cesser de le faire depuis l'age de 5 ans...encore une chose qui changeait. Se serrant contre lui, elle se battit contre ses pleurs. Elle ne voulais pas montrer a Phir sa faiblesse, et même si au fond elle s'avait que ça lui ferait du bien, elle ne voulait pas que le luna se morfonde pour elle. Mais elle savait bien que peut importe ce qu'elle faisait, il s'inquieterais toujours un peu. Serré contre lui, comme si elle voulais se fondre et devenir une partie de lui, elle attendit, attendit qu'il décide de son sort. Elle se remettait entièrement a lui, car au point ou elle en était, elle ne pouvait rien faire d,autre que d'accepter les changements qu'il avait faconner de ses doigts.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Dim 14 Déc 2008 - 17:53

"Si tu ne comprend pas toutes ces choses, c'est seulement à cause de la vie difficile que tu as eu. Mais tu n'es pas un cas désespéré, tu devras tout simplement les apprendre. Tu es encore très jeune, il n'est jamais trop tard. Les mauvais plis se corrigent, s'adoucissent."

Phir écouta Davielle parler, tirant presque nerveusement sur sa cigarette. La carnivale ronronnait si fort que son corps en ressentait les répercussions jusqu'au plus profond de ses entrailles.


"Facile?! Je comprend parfaitement que tu as eu une enfance difficile, mais ne vas pas dire que je l'ai eu facile. Oui, c'est dans mon caractère d'être sociable, j'ai été élevé ainsi, mais j'en ai arraché dans mon existence. Le nombre de personnes que j'ai perdu... S'attacher à des humaines, c'est toujours quelque chose d'intense, mais si court! Mon peuple s'est fait décimé et, encore aujourd'hui, on persécute les gitans, ceux que j'ai connu, leurs déscendants..."

Le luna soupira et se frotta lentement les yeux.


"J'ai toujours ce que je veux, sans vouloir me vanter. Peu importe les moyens. Mais je suis incapable de garder ce et ceux que j'aime."


À son tour, il serra l'immortelle contre lui.


"C'est toujours une tragédie qui se cache derrière la comédie qu'est la vie. vivre au jour le jour, ce n'est pas facile, je le sais. Ce n'est pas quelque chose qui s'apprend du jour au ledemain."

Phir se redressa un peu et écrasa son mégot de cigarette sur la table avant de se reculer, caressant les cheveux de la jeune femme. Il ricana un peu, mais c'était un rire sans joie.

"Orgueilleuse jusqu'au bout, hein? Il n'y a aucune honte à pleurer, ce n'est pas un signe de faiblesse, Davielle."

Il posa sa main sur le menton de sa compagne et tourna un peu son visage vers le sien afin de pouvoir le voir.


"Plus d'orgueil et de fierté déplacé. Pas avec moi, ou du moins, pas maintenant."


Le gitan posa ses lèvres sur les siennes, passionément.

"On craint ce qu'on ignore, ma jolie, c'est bien connu. Maintenant détend toi, je ne t'abandonnerais pas."


Il embrassa doucement son cou et dénuda son épaule gauche, sa joue posée contre cette peau soyeuse, en espérant qu'il pourrait tenir sa parole.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Dim 14 Déc 2008 - 18:32

Davielle sourit, d'un sourire triste, mais néanmoins un sourire. Desserrant sa prise afin de lui laisser plus d'espace, elle le laissa divaguer, arquant le cou pour lui laisser le champ libre, tout en appuyant sa tête sur le dossier du fauteuil. Se détendant, elle demeura lové contre lui, sans mot dire. Que pouvait-elle bien dire après ca?
Ronronnant de plus belle, plus doucement, elle rouvrir les yeux, et fixa le feu de son regard sombre. Reprenant contenance, ses yeux reprirent leur éclats plus dur, moins liquide. Et renaquit dans ses yeux une malice née de sa rencontre avec le luna. Fallait croire qu'elle ne restait jamais dans la même émotion bien longtemps.
Ramenant son visage vers lui, coupant court au divagation du luna dans son cou, elle en profita pour attraper son sourire et l'embrasser avec une fougue nouvelle. Bah, si elle devrait apprendre un jour ou l'autre, autant le faire maintenant, sans remettre a plus tard. Par mégarde, elle lui entailla la lèvres, mais les dents étaient trop tranchante pour que le luna ne s'en rende vraiment compte. Ce fut Davielle qui le ressentit, sentant un frisson typiquement carnival la parcourir. Mais il était hors de question de tomber en pleine folie...alors que le sang de Phir jouait avec ses sens comme un aimant joue avec l'aiguille d'un compas. Parcouru de frissons incontrôlable, elle se détacha et enfoui son visage dans le torse de Phir cherchant a reprendre le contrôle. Mais elle était une véritable bombe prête a exploser. Et elle ne savait pas comment se sortir de là. Agrippant les bras du fauteuil, elle grimaça. Elle n'arriverait pas a se retenir, et le peur manqua la faire lâcher prise. Assise sur Phir, il ne pouvait être plus en mauvaise posture. Elle senti sa machoire vibrer, et serra les dent d'avantage. Qu'elle idiote elle avait été d'être aussi inconsidéré! Maintenant, c'était la vie de Phir qu'elle mettait en jeu...maudite soit ça folie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Lun 15 Déc 2008 - 2:19

Alors qu'il l'embrassait, un petit picotement chatouilla sa lèvres inférieure sans qu'il y porte une grande attention. Rien de grave, de toute évidence. Pourtant, Davielle recula violemment, comme si elle avait reçu un choc ou mit la main dans un feu brûlant. D'abord prit au dépourvu, Phir compris rapidement, en sentant du sang couler sur son menton, quelle était la cause du malaise de la carnivale. Il essuya rapidement le liquide rouge et aspira sa lèvres inférieure dans sa bouche pour empêcher la plaie de couler à l'air libre. Rien de pire qu'un carnival fou! Mais bon sang, elle n'avait jamais appris à se contrôler?

Agilement, Phir se dégagea, de sorte que Davielle fut maintenant assise sur le fauteuil et lui debout, tout son corps tendu. D'un bond, le gitan plaça ses mains contre les épaules de l'immortelle pour la retenir dans le siège.


"Calme toi Davielle, ce n'est qu'une toute petite coupure! Qu'est-ce qui ne va pas, tu n'as pas mangé?"


Habituellement, quand les carnivals réagissaient ainsi à l'odeur du sang, c'est qu'ils n'avaient pas mangé et qu'une folie meurtrière les habitaient le temps qu'il leur fallait pour trouver une victime à dévorer. Ou alors c'était la jeunesse. Comment deviner? Quoi faire... Il lui fallait une autre odeur, n'importe quoi. Sous le coup de l'adrénaline, Phir agrippa quelques mégots de cigarettes qui traînaient sur la table basse et les mit directement sous le nez de Davielle. Elle n'apprécierait probablement pas, mais ce devrait être suffisant pour remettre ses instincts en place.

"Tout va bien, d'accord? Pense à autre chose... À ton arrivée à Paris, tiens. De loin, tu pouvais apercevoir la tour Eiffel, tu venais de quitter l'Italie pour une nouvelle vie et c'est le premier regard que tu poses sur la ville des lumières. Ferme les yeux et imagine. C'est le jour, ou peut-être la nuit, je ne sais pas. La ville pullule d'odeurs humaines, de sueur, d'urine, d'animaux, d'immortels, de cigarette, de café, de tisane, de laine, de lait, de nourriture... "


*Ne surtout pas mentionner le mot sang...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Lun 15 Déc 2008 - 2:48

Davielle ne l'écoutait qu'a moitié, occupé a essayer de couper les pont entre elle et son cerveau qui lui semblait tournoyer dans tous les sens. Les efforts du luna ne furent cependant pas vains, et la carnivale parvint a reprendre en parti un certain contrôle...Ce n'était pas la faim qui la prenait en tenaille, plutôt sa nervosité qui la faisait réagir. Ce n'était pas toujours la faim qui accaparait la folie des carnivals...et dans le cas de Davielle, ce l'était rarement. Plus sensible que la majorité, Davielle était sujette a se genre de folie, comme si l'esprit de Carnival lui même lui soufflait sa folie...et les carnivals de sa famille, habitué a ces crises, avaient eu le tour de la mettre au pas. Les nombreuses cicatrices dans le dos et les jambes de Davielle était la pour le prouver...Ce qui, au fil des années, n,avait malheureusement pas améliorer son état. Mais aucune crise depuis qu'elle était partie...sauf maintenant...pourquoi? Elle se doutait de connaitre la réponse.
Grondant, elle compris que le seul moyen était d'obliger Phir a la contrôler lui même. Le feu aurait été une bonne idée si elle n'avait eu peur de déclencher un incendie. Il risquait de ne pas l'aimer, mais valait mieux se faire haïr, que de s'haïr soit même...


Il n'y a qu'un seul moyen...les miens avaient l'habitude de me battre pour me contrôler...et aujourd'hui il n'y a que ça qui fonctionne...déteste moi si tu le veux, mais j'ai besoin de toi...blesse moi, mords moi, fait ce que tu veux...mais tu dois me faire mal ou me contrôler...j'ai peur de mettre le feu en m'y jetant...mais toi tu peux me contrôler...s'il te plais...fais ce que tu veux...mais j'ai besoin de toi...je ne veux pas te tuer...s'il te plais.

Chaque mot arrachait un peu plus Davielle a sa lucidité, mais elle ne voulait pas qu'il agisse sans savoir. Il aurait probablement du mal a comprendre, mais elle ne parviendrais pas a se sortir de ses bras sans les lui mordre, et il risquait lui même de se mettre en colère. Et Davielle savait pertinemment que si elle mordait dans les bras de Phir, elle sombrerait définitivement, et que l'un des deux risquait de ne pas se réveiller.

Aide moi...

Davielle aurait donner cher pour ne pas avoir a lui demander ça...Oh qu'elle était idiote de ne pas avoir fait attention. Elle aurait du comprendre bien avant que le danger était plus que réel. Et elle ferma les yeux. A lui de décider, mais elle n'aurait pas d'autre chance...et lui non plus.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douce mélancolie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douce mélancolie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]
» Une douce nuit sous le Balcon [Terminé]
» Douce amertume ~Irina et Lorelei~
» Quand tu tiens même plus sur tes pattes. [PV Douce Plume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortel :: Paris :: Les Rues Résidentielles-
Sauter vers: