AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Douce mélancolie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 16 Déc 2008 - 0:36

"Te battre?"

Phir lui lança un regard incrédule. Que racontait-elle? Davielle ne pouvait pas se contrôler sans ces méthodes extrême? Voyons, c'était ridicule... Spontanément, comme en réponse à sa demande, il la gifla violemment, sa joue rougissant instantanément sur l'impact.

"Le feu?! Yalo (folle)! Si tu n'as pas les pouvoirs de ta race, ta peau ne résistera pas à une telle température!"

Un moment d'hésitation traversa ses traits, une certaine douleur aussi. Il ne pouvait tout simplement pas se résoudre à lui faire du mal. Oui, il pouvait défoncer le crâne de n'importe qui, comme celui de ce mortel avec sa clé anglaise quelques heures plus tôt. Tuer, ce n'était pas un gros problème moral pour lui. Mais ça...

Aide moi...

Cet appel désespéré, ce cri du coeur poussé si muettement... Phir regarda Davielle dans les yeux, une fraction de seconde seulement. Puis, soudainement, il la saisit par le col et la balança sur le sol dans un mouvement sec et puissant. Le gitan prit une respiration saccadée et plaqua la carnivale sur le sol, prit son bras et planta ses crocs dans sa chair. D'abord la peau, si lisse, puis le sang, puis la chair... Quand il fut certain d'avoir bien fait, Phir frappa de nouveau Davielle au visage et se releva d'un bond, comme si il avait mit la main dans un nid infesté de fourmis mangeuses d'homme. Il regardait sa compagne avec un air incertain, déchiré entre la prudence et l'envie de la soigner à l'instant en balbutiant des excuses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 16 Déc 2008 - 1:12

Davielle voulu pleurer de le voir si inquiet, et la première claque manqua la faire supplier d'arrêter, tant elle ne voulait pas l'obliger a faire ça...Serrant les dent, elle ferma les yeux. Valait mieux le laisser, s'il croisait ses yeux, il ne le ferait pas.

Elle grogna en atterrissant sur le sol, sentant son épaule craquer horriblement. Désormais libéré, la carnivale complètement ivre de folie manqua sauter sur Phir...il fut heureusement plus rapide qu'elle. Lorsqu'il mordit, elle manqua s'étrangler de douleur, et sentit son cerveau assaillit de milles information, impulsions sauvage, mais néanmoins d'information rationnelle et réelle. Un rappel a la raison qui ne pouvait être ignorer.Si les paroles n'atteignait pas son esprit, la souffrance avait cette capacité a se rendre au plus profond de Davielle. La douleur était insupportable, mais son esprit était au moins capable de la traduire...l'obligeant a reprendre conscience...Tout en revenant de sa folie, elle ressentit soudain toute la douleur, et elle grinça des dents, marquant jusqu,au bois du sol de ses ongles, cherchant presque a s'y soustraire, se retenant de crier, pour ne pas alourdir le fardeau du luna. Et la deuxième claque acheva de la ramener au présent, secouant jusqu'aux fondations de l'esprit de la jeune carnivale. Son corps se détendit, mais pas son esprit, qui bouillonnait.

Tremblante, trempé de sueur et de sang, elle ne chercha pas a se relever...les ongles planté dans le bois du plancher, elle cherchait a reprendre son souffle, étranglé par la douleur qui lui tenaillait le bras en rafale, comme un raz de marée qui n'en finissait plus de monter, cherchant a la noyer.
Mais elle l'avait mérité. Elle l'avait chercher et ne devait qu'a elle même sa souffrance. Elle finirait pas s'éteindre, comme toutes les autres avant elle, et comme toutes celle qui suivrait encore. Mais elle se refusait a rouvrir les yeux...elle avait honte, honte de se qu'elle était...un monstre, un monstre incapable de contrôler le moindre accès de folie. Un monstre qui avait failli tuer la seule personne qui la supportais encore.
Se redressant finalement, elle ouvrit des yeux humide de larmes, mais pris garde a ne pas croiser le regard de Phir...la seule idée de penser qu'il aurait pu mourir par sa faute la fit trembler de plus belle. Elle fixa le feu, pleurant en silence. Méritait-elle encore de vivre après ça? Combien d'immortel mourrait de sa main si elle sombrait de nouveau, sans personne pour la ramener a la raison? Elle gronda, secouant ses cheveux avec rage...C'était a elle de se contrôler...et si elle n'y parvenait pas, a elle de disparaitre, afin de ne plus jamais menacer la vie des autres, et de ceux qu'elle aimait. Baissant la tête avec honte, elle ne pu que murmurer.


Pardonne moi. Je suis un monstre, incapable de me contrôler moi même...Je te demande tellement pardon. Je devrais mourir, je ne mérite pas de vivre...


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 16 Déc 2008 - 1:45

Voyant qu'elle reprenait peu à peu ses esprits, Phir s'avança vers elle, s'agenouillant pour mieux l'aider. Pourtant, quand Davielle parla, l'immortel perdit de nouveau le contrôle de sa main. Celle-ci gifla la carnivale qui ne pu que rester surprise devant ce nouvel assault, probablement gratuit de son point de vue. Dans la même lancée, il lui prit la gorge et la força rudement à le regarder dans les yeux.

"Ne dis jamais ça, Davielle. Plus jamais."


La gitan relâcha sa prise, et, du même coup, son visage perdit cet air terrifiant et dur, son regard d'émeraude reprit cette profondeur propre à lui. Alors, tendrement, il essuya avec ses grandes mains masculines les larmes qui perlaient sur les joues de l'immortelles et l'aida à se redresser, la ramenant dans le lit.

"Montre moi l'étendue des dégâts, je vais tâcher de réparer ma brutalité. Ne dis rien, s'il te plait. C'est déjà assez dur pour nous deux, pas la peine de s'accrocher et de s'automutiler avec ça. Où as-tu mal?"

Naturellement, elle devait souffrir là ou il l'avait mordu, elle ne semblait avoir rien de cassé au niveau du visage, seulement une rougeur carmine sur la joue gauche... Pour le reste, c'était à elle de le dire. Phir prit la petite bouteille de vodka qui traînait sur la table, ainsi que les bandages, l'aiguille et le fil. Il désinfecta l'aiguille en la passant sous le feu.

"Je vais devoir coudre la morsure, j'en aie bien peur. Elle est trop profonde pour se guérir par elle-même. Je vais faire un travail propre, ne t'inquiète pas."

Avoir une cicatrice petite ou grosse, ça devait lui être bien égale, à Davielle. Mais Phir lui offrit un sourire, histoire de lui faire oublier momentanément sa culpabilité.

"Je ne suis pas blessé, tout va bien. Arrête de ressasser ça dans ta tête, je t'entends penser jusqu'ici. On trouvera bien une solution à tout ça tantôt. Attention, serre les dents."

Le gitan versa un peu d'alcool sur la plaie et l'essuya, tentant d'arrêter l'hémorragie. Quand elle dut bien propre, il commença l'opération, cousant des beaux points nets. Il appliqua finalement un baume pour soulager la douleur.

"Laisse sécher un moment, après on mettera un bandage."


Il prit doucement sa tête entre ses mains et baisa son front, sa façon de lui demander pardon et, du même coup, de lui pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 16 Déc 2008 - 2:30

Davielle voulu se débattre en le voyant prendre autant soin d'elle...elle avait failli le tuer...mais la claque qu'il lui avait lancé quelques secondes plus tôt la retint de réagir. Non qu'elle avait peur d'avoir encore mal, mais elle ne voulait pas le mettre en colère, et si c'était la ce qu'il voulait, autant le laisser faire...mais elle ne croyait pas mérité autant d'attention, pas après avoir essayer de le tuer.
Ses doigts remuèrent, malgré la perte de sang dans son bras droit et l'engourdissement qui la gagnait, et parvint a attraper le bras de Phir, qu'elle serra...autant qu'on pouvait forcer avec un bras pratiquement inutilisable. Son épaule l'élança aussi, mais elle préféra ne rien dire, serrant les dents d'avantage.
Elle rouvrit les yeux, et l'observa. Il n'avait pas l'air en colère, ni même irrité. Il était juste inquiet, et semblait soulagée qu'elle n'ai rien de bien grave.


Je suis tellement désolé de t'avoir obligé a faire ça. J'aurais du comprendre, j'aurais du prévoir...

Davielle essaya de se redresser. Mais son épaule et des étourdissement la gardèrent étendue. Elle grimaça, incapable plus longtemps de masquer sa douleur a l'épaule...probablement son articulation qui s'était déboité...Bah, tant pis...ca au moins il aurait pas le choix de laisser faire...il n'était pas valkar a ce qu'elle en savait, et elle endurerait comme elle en avait l'habitude. Et puis, elle reprit un sourire, un fantome de sourire, mais néanmoins. Elle leva l'autre bras, et effleura le sang sur la lèvre de Phir, qui coulait encore, n'ayant pas eu l'occasion de s'arrêter...Mais ce n'était pas le sang qu'elle voulait...et son regard vitreux pétilla un court instant, essayant de retrouver un éclat plus vivant. Les doigts sur sa joue, elle caressa la mâchoire, et s'arrêta au menton, pleine de délicatesse malgré les tremblements incessant qui la parcourait.
Mais Davielle retira les doigts...et passa la main dans ses cheveux...cherchant a refroidir sa tête brulante...et qui commençait a la torturer joyeusement. Mais qu'avait-elle bon sang pour être aussi sur les nerfs? D'abord une crise, maintenant une fièvre, et puis quoi encore? Elle se pencha sur le coté, agacé d'être sur le dos, Phir au dessus a s'inquiéter aussi près, malgré son bras blessé. Elle fit néanmoins attention a ne rouvrir la plaie, de façon a ne pas irrité le luna qui n'avait de toute évidence pas envie de le refaire trop souvent non plus. Mais ses doigts affaibli demeurèrent agrippé au bras du luna, et son regard dirigé vers lui semblèrent retrouver un certain éclat, avant qu'elle ne grimace, son poids soudain diriger sur son épaule...dieu qu'elle détestait être blesser...et elle se ré étendit en grognant.
Tant pis...si elle ne pouvait pas se déplacer...lui le ferait. Agrippant l'épaule de Phir du mieux qu'elle pu, Davielle le tira vers elle avec force, et le fit basculer de coté, l'obligeant a se retrouver semi allongé, de l'autre coté de Davielle. Posant la tête sur l'oreiller, enfin satisfaite, elle ferma a demi les yeux, l'un deux dirigé avec malice sur ce doux luna, qui avait le don de la rendre complètement folle.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 16 Déc 2008 - 22:21

Phir ressentit la faible pression que Davielle essayait d'exercer sur son avant-bras, sans pour autant arrêter ses soins. Qu'elle le veuille ou non, il se devait de réparer ses gestes, même involontaires et exécutés contre sa volonté.

"On ne peut rien prévoir Davielle, c'est bien ça qui est triste. Et Carnival est un fou furieux, tellement que les siens ont dû l'enfermer pour l'empêcher de décimer la population. Ça court dans les veines de ce clan, la folie, c'est toujours la loi du plus fort. Enfin, j'imagine que je ne t'apprend rien. Aujourd'hui, ce n'est plus lui qui les gouverne, c'est son frère. Pourtant, le fils de Carnival est l'amiral-maréchal, mais peu savent que c'est sa progéniture. C'est probablement mieux ainsi. Tout de même, je te conseille de te tenir loin de lui. Il a est charmant, séduisant, enjôleur, mais c'est un prédateur."

Petit cours d'histoire 101... Le gitan ignorait si Davielle avait eu beaucoup d'information sur l'état actuel de la politique immortelle et ses potins, ou même sur l'histoire des clans. Il le saurait bien assez tôt. En voyant la jeune femme essayer de se redresser, le luna l'arrêta, mais elle s'arrêta très bien elle-même.


"Laisse moi voir ton épaule. Maintenant que j'y pense, je crois bien l'avoir entendu craquer tout à l'heure..."


Il la regarda de plus près, la diagnostique ne tardant pas à suivre.


"Aïe, elle est déboitée. Je peux te la remettre, mais ça va faire mal. Prend une grande respiration..."

Phir plaça une main dans son dos et l'autre sur la dite épaule et, d'un geste sec, tira sur celle-ci, un craquement sec retentissant.


"Voilà! Elle fera encore un peu mal, c'est certain, il va falloir la ménager, mais c'est déjà mieux, non?."

Le regard de Davielle pétilla un moment, et sa main ne tarda pas à se lever, frôlant ses lèvres, puis sa joue, son menton... Il frissonna à ce contact, ne pouvant empêcher la bête de rugir en lui. Lorsqu'elle les retira, Phir secoua un peu la tête, histoire de reprendre ses esprits. À peine eu-t-il le temps de les retrouver que la carnival l'attirait sur le lit sur lequel il tomba avec un air surpris. Un sourire retrouva rapidement le chemin sur son beau visage, de même que le rire retrouva place dans sa gorge.


"Davielle, ta blessure!"


Il se redressa, prit les bandages et fit un pansement à l'immortelle.


"Voilà qui est mieux. On ressemble à deux éclopés, maintenant..."


Un léger grognement roula dans sa gorge, alors qu'il se rapprochait d'elle, son visage dans le creux de son cou, respirant son doux parfum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mar 16 Déc 2008 - 22:45

Davielle se retint de crier lorsque Phir replaça son épaule...mais les ongles planté dans son avant bras, ça il devait s'en être rendu compte. Les dents serré, elle ferma les yeux, et se calma peu a peu. En le voyant se redresser, elle grogna...elle venait de le déplacer, c'était pas pour rien. Mais ne fit rien, ne tenta pas de l'empêcher de la soigner, une fois de plus. En le sentant se rapprocher, elle soupira et tourna la tête de l'autre sens. Deux éclopés...effectivement. Mais l'un semblait se porter bien mieux que l'autre.

Je savais, pour Carnival. Mon père me traitait par son nom quand je sortais de mes crises, il n'aimait pas beaucoup ma capacité a me mettre en colère pour un rien. Ma mère elle croyait que c'était des crises d'adolescence...

Davielle ricana. Elle aimait toujours sa mère, mais le lien entre elle et la jeune immortelle s'était retrouvé amenuisée dès qu'elle avait eu l'age de comprendre que de vivre dans un salon toute sa vie était hors de question. Et le temps passé avec son clan l'avait rendue amère de ses conseils, ne voyant pas en quoi tout ce qu'elle lui avait dit aurait pu la garder en vie.

Je connais son frère aussi, il est déjà venu dans notre village. Je ne sais pas pourquoi, j'étais trop jeune pour me souvenir vraiment.

Mais Davielle se souvenait par contre qu'il était venu chez elle, parler avec son père pendant plusieurs heures...et qu'il l'avait remarquer, silencieuse sur le bord de la fenêtre, le regard perdu dehors. Elle écoutait sa mère qui jouait du piano, et qui essayait de lui apprendre a reconnaitre les gammes. Elle se souvint du regard aigu de l'amiral, de son allure. Elle ne se souvenait plus par contre de ce qu'il lui avait dit...Probablement le genre de chose qu'un chef raconte a un futur soldat. Et qu'apparement, elle lui avait servi un joli caractère, qui l'avait fait éclater de rire...Mais elle ne se souvenait plus de ce qu'elle lui avait dit non plus.Davielle secoua la tête, ce n'était pas le moment de songer encore une fois a ces vieux souvenirs...n'ayant pas l'intention de se noyer de nouveau dans la mélancolie.

Au fait, ça me fait penser que je connais quelqu'un dans son genre, au fils de carnival...séduisant, charmant, enjôleur,...doublée d'un mouton agressif et d'un coté Don Juan pour le moins irritant...tu ne le connaitrais pas par hasard...j'ai une dette envers lui que je voudrais faire pardonner.

Davielle retourna son regard vers Phir, une moquerie évidente dans son regard qui semblait reprendre de sa lumière, malgré le voile vitreux qui demeurait toujours en son centre. Et le sourire gogenard de Davielle disait clairement qu,elle se moquait encore une fois de lui.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mer 17 Déc 2008 - 20:57

"Pas un très beau compliment. Ils ne devaient pas particulièrement apprécier de te battre pour te calmer. Après tout, même si tu es différente, tu demeures leur fille."

Ce n'était pas partout pareil, mais pour Phir, la famille était quelque chose de primordial. Maintenant qu'il n'en avait plus, le gitan ressentait toujours en lui une solitude nostalgique vis à vis le passé. Cette vie commune lui manquait terriblement. Maintenant, le monde évoluait de telle sorte que chacun ne pensait qu'à son propre intérêt, on ne pouvait plus voyager comme avant... Enfin, tout changeait si vite. Desfois, le luna se sentait dépasser par toutes les inventions multiples qui naissaient dans l'esprit des hommes. On avait beau les critiquer, ceux la, ils avaient tout de même une imagination débordante. Il jeta un coup d'oeil à son bras où quatre petites plaies en demi-lune se suivaient sagement. Probablement quand il lui avait replacé l'épaule...

"Il est venu dans ton village? Alors tu étais aux premières loges! Je me demande bien ce qu'il pouvait vouloir... J'imagine qu'on ne le saura jamais, maintenant."


Phir lui fit un savon en riant.


"Que tu es revêche! On dirait un cheval sauvage qu'on tente de dresser. Mais tu sauras, mademoiselle, que les chevaux n'ont aucun secret pour moi! Ça peut paraître bizarre pour un luna, mais je suis un très bon cavalier."


L'immortel lui fit un bisou taquin sur la joue et prit un air songeur en l'écoutant parler.

"Vraiment? Mais si cette personne, que je ne connais d'ailleur pas, ressemblait au fils de Carnival, tu ne serais plus qu'un petit tas d'os en train de blanchir, à l'heure qu'il est. Oh, mais tu parlais de moi? Ah quand même, tu exagères... Et quelle dette? Tu me l'a déjà remboursé cette dette, Davielle."


Il lui sourit tendrement, caressant de nouveau sa belle chevelure noire.


"Tu devrais dormir, tes yeux sont voilés. Et puis sa ne te ferais pas mal de te reposer un peu."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Mer 17 Déc 2008 - 21:39

J'imagine que non, effectivement.

Et Davielle ne pouvait qu'être d'accord avec lui. Le sommeil, qu'elle retardait toujours commençait a l'attirer vers lui. Mais elle ne voulait pas dormir. Malgré l'épuisement, et la douleur qui la taraudait avec véhémence, elle garda les yeux ouvert, jetant des regard sur la pièce, comme si elle s'accrochait au détails pour ne pas sombrer dans le sommeil. L'immortelle se retourna, le dos a demi contre le ciel... autant pour se mettre plus confortable, que pour se rapprocher de lui.
Sa chaleur l'attirait comme un papillon de nuit est attiré par la lumière d'une lanterne. Malgré la fièvre, elle commençait a avoir froid, particulièrement au pied et au doigts, probablement le résultat de son épuisement et de la grande quantité de sang qui avait coulé de ses blessures. Se blottissant de nouveau contre lui, tout en prenant garde a ne pas remuer le bras droit trop souvent, elle l'embrassa dans le cou, ne voulant pas avoir a redresser la tête, et l'épaule, pour atteindre ses lèvres.
Jouant de ses doigts glacé sur la peau de Phir, elle se laissa a rire des frissons qui le parcourait. Mais ses doigts ne se réchauffèrent pas, malgré la grande température du luna. Attrapant son bras, elle le longea jusqu'à parvenir a ses doigts, et tout en joignant sa main a la sienne, ferma les yeux...
Mais elle ne dormait pas. Quelque chose la retenait, et elle ne voulait pas savoir quoi. Tout ce qu,elle savait, c'était qu'elle préférait de beaucoup rester éveillé, avec Phir a coté d'elle. Mais elle se doutait que ce serait son épuisement qui finirait par parler. Seulement quelques minutes de plus...


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 18 Déc 2008 - 1:15

Phir la sentait glacée contre lui et posa sa main contre son front brûlant.

"J'ai bien l'impression que tu fais de la fièvre, Davielle..."

Voyant qu'elle tentait de l'embrasser, et l'embrassa dans le cou à défaut de pouvoir se rendre plus loin, il baissa la tête pour atteindre son niveau, posant ses lèvres sur les siennes. Ses doigts froids glissant sur son bras éveillaient des frissons, faisaient naîtres de la chair de poule sur son épiderme. Elle en riait, et ce rire l'emplit de bonheur, le forçant à en faire autant. Il joinit ses doigts aux siens et tira sur eux une épaisse couverture de laine, de même qu'une lourde fourrure dont il couvrit principalement la carnivale glacée.

"Tu es glacée! Essaie de dormir, je suis là."

Phir se colla un peu plus contre elle, voulant lui transmettre un peu de sa chaleur corporelle. Après une dizaine de minute, le gitan posa un baiser sur le front de sa compagne.


"Tu ne dors pas encore! Normalement, les signes vitaux d'une personne qui dort ralentissent... ce n'est pas ton cas. Qu'est-ce qu'il y a? Aller, dis moi ce que tu veux vraiment. Ne sois pas gênée."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 18 Déc 2008 - 1:46

Mais je ne tremble pas encore.

Sans le vouloir, Davielle avait parlé a travers l'épaisse couverture, donnant a sa voix la réplique parfaite de l'adolescente têtue. Sortant la tête de la laine pour éviter que Phir interprète son ton de voix de cette manière, Davielle s'appuya sur un coude pour se maintenir a bonne hauteur.

Je ne sais pas ce que je veux...mais je n'arrive pas a dormir. Je sais que je devrais. Mais je sais pas pourquoi, je ne peux pas.

Et le regard sombre et moins vitreux de Davielle prouvait son trouble. Elle n,avait pas la moindre idée pourquoi, mais alors que son esprit tentait vainement de la convaincre de dormir, son cœur lui disait autre chose...et la carnivale commençait a avoir peur de cette confrontation qu'elle n'arrivait même pas a controler...elle aurait bien voulu par contre. Grondant contre son indécision, elle se laissa retomber la tête sous la chaude couverture. Et la ressortit quelques secondes plus tard, le regard revêche. Attrapant un oreiller...elle le jeta contre le visage de Phir, plus parce qu'elle en avait marre de le voir la fixer avec inquiétude que par défi. Le poussant sur le dos, elle appuya la tête sur son torse une nouvelle fois, comme si elle cherchait une réponse grâce au battement de cœur du luna. Mais évidement...un cœur, ça ne répond jamais clairement.

Je ne sais pas quoi faire Phir, je n'arrive pas a dormir...je suis pourtant épuisée...pourquoi je ne comprends jamais rien depuis que je te connais? Mais je sais une chose...je ne peux plus me passer de faire ça...

Se redressant, elle attrapa ses lèvres une fois encore, et l'embrassa. Et cette fois, ne chercha pas le moins du monde a se dérober. Passant sa main libre dans les cheveux du luna...l'autre toujours enfouie dans la main de Phir, elle fit courir ses doigts cette fois le long de la nuque, descendant vers le cou. Appuyé sur son torse, elle se détendit, et reposa la tête sous son menton en ronronnant avec douceur.

Mais encore une fois je suis prise au piège, et j'ignore dans quoi je suis tombée.


Dernière édition par Davielle le Jeu 18 Déc 2008 - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 18 Déc 2008 - 2:12

"Encore heureux!"

Phir se mit à rire en l'entendant grommeler à la manière d'une adolescente en pleine crise. Lorsqu'elle sortit son minois de sous les couvertures, il lui secoua les cheveux, comme un frère agaçant l'aurait fait à sa soeur. Bien sûr, c'était une toute autre relation qu'ils avaient entre eux.

"Je sais aussi que tu devrais dormir... et je ne sais pas plus ce que tu veux!"


La carnivale semblait confuse, éprouvant un trouble que lui ne pouvait pas vraiment comprendre. Elle se cacha sous les couvertes et, quelques secondes plus tard, il du faire de nouveau face à un oreiller un peu trop agressif qu'il reçu en plein visage.

"Bon sang! Mais qu'est-ce que tu as avec les oreillers aujourd'hui?"

Le gitan n'était pas en colère, mais c'était une question qui lui trottait dans la tête depuis le début de la soirée. Il se laissa aller au mouvement qu'elle lui imposa, et tomba sur le dos, Davielle contre son torse, écoutant les battements de son coeur.


"Je ne peux malheureusement pas répondre à tes interrogations, ma choukard (ma belle)..."


Il bailla aux corneilles, mais se fit bientôt clouer le bec par un vigoureux baiser de la part de l'immortelle. Phir ne tarda pas a rattaquer avec force, renvoyant la même énergie. Cette force fit naître un frisson dans son dos, éveillant son désir. Il la renversa doucement sur le dos, pour ménager son épaule sensible, prenant le dessus.


"Oh non, tu ne le sais pas! Je connais des façons de te réchauffer et de t'endormir, crois moi!"


En riant, il l'embrassa de nouveau et, en fesant cela, délaça son bustier avant de descendre sa tête dans son cou, puis sur ses clavicules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 18 Déc 2008 - 2:34

Davielle se laissa faire, malgré qu'elle fut soudainement sur ses gardes...non, effectivement, elle ne savais pas dans quoi elle s'était laisser tomber...mais tant et aussi longtemps que ça resterais agréable...elle décida de ne pas s'en plaindre.

M'épuiser pour mieux m'endormir...c'est un peu drastique comme méthode...

Mais Davielle préféra se taire, se rendant compte qu,elle y prenait étrangement plaisir. Comme si son cœur était satisfait, a l'inverse se son esprit qui semblait essayer vainement de la convaincre de dormir...

Avec les oreillers? Je sais pas...peut être parce que tu réagis a chaque fois...et que ça me fait plaisir de pouvoir taper sur quelqu'un en lui arrachant des rires plutôt que de la douleur.

Ricanant, elle se laissa a ronronner de plus belle, faisant vibrer sa gorge avec force. Le geste la calmait, et elle ne savait pas pour Phir, mais lui ne semblait pas s'en plaindre. Mais il ne se plaignait de rien de toute façon. Mais décida de ne pas le laisser s,amuser trop vite a l'épuiser...Agrippant doucement ses cornes, elle ramena sa tête vers elle, et l,embrassa de nouveau...tant pis s'il n'aimait pas sa façon a elle de l'attirer...mais Davielle elle aimait bien.

Je n'ai pas envie de m'endormir trop tôt. Alors évite de m'épuiser trop vite.

Et elle l'embrassa de plus belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 18 Déc 2008 - 14:36

"Peut-être un peu drastique, mais efficace. Ça fonctionne à tous les coups!"

Phir mordilla la peau tendre de son cou, un endroit sensible et suceptible de donner des réactions plus d'agréables. Tout en faisant cela, ses mains s'attardaient toujours à ce foutu bustier. Qui avait eu l'idée de créer un vêtement aussi long et chiant à enlever? Probablement à mettre aussi.


"C'est du sadisme ça! Mais non, je plaisante. Si ça te fais plaisir, j'en suis heureux moi aussi. C'est vrai que c'est beaucoup plus plaisant de faire plaisir que de faire mal. Enfin, c'est mon avis."

Avec surprise, il se vit attirer vers elle sans comprendre avant de se rendre compte que Davielle le tenait fermement par les cornes. Le gitan l'embrassa sans se plaindre. Presque.


"Hey oh, c'est pas du jeu ça..."


Ils s'embrassèrent de nouveau, avec une passion renouvelée.


"Je vais faire de mon mieux, mais je ne te promet rien..."


Finalement, le dernier lacet céda sous ses doigts. Il entrouvrit le vêtement, pour lui laisser le temps de l'interrompre si elle ne voulait pas qu'il aille aussi loin, embrassant sa peau soyeuse, partant du cou pour descendre lentement jusqu'entre ses seins, sur son ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 18 Déc 2008 - 16:53

Davielle ricana en le sentant s'impatienter. Les corsages étaient effectivement agaçant en enlever, mais la carnivale n'était pas pour se plaindre de voir l'expression amusante d'un Phir qui devait pester contre cette invention. Passant ses doigts fin dans ses cheveux avec un grand sourire, elle le taquina, son regard sombre éclairé par une malice teinté de bonne humeur. Et malgré la fatigue qui voilait encore en parti son regard, elle se sentait plus vivante que jamais.

Laisse moi m'amuser un peu. Tu a carte blanche...mais ça ne veut pas dire que je n'ai pas le droit d'en profiter aussi...Si tu ne voulais pas jouer comme ça, il ne fallait pas croiser ma route. Alors laisse moi m'amuser, autant que tu le feras. Et ne t'en déplaise, je ne te laisserai pas tranquille.

Et Davielle l'attira derechef vers elle, l'embrassant une nouvelle fois. Le sentant descendre, elle se crispa légèrement, toujours un peu inconfortable a l'idée de le laisser la dominer...elle avait encore un peu de mal avec le principe de se laisser a lui, ressentant l'angoisse de la vulnérabilité. Mais elle se détendit néanmoins. Elle n'était pas a l'aise, mais elle avait confiance en lui, et savait que si elle refusait, il accepterais. Et le corps de la carnivale fini par se détendre, et sa mâchoire se décrispa tranquillement, tout en gardant un grondement au fond de sa gorge. Reposant la tête sur l'oreiller, elle le laissa divaguer, fermant les yeux afin de ressentir chaque frissons au mieux. Malheureusement pour Phir, elle avait cesser depuis des lunes a être chatouilleuse, néanmoins sa peau réagissait a ses lèvres, faisant courir des frissons et faisant réagir les muscles bien entrainés de la carnivale. Il n'y paraissait pas le moins du monde, mais l'immortelle était taillé pour l'action. Et Phir pouvait sentir sous ses doigts les traces de quelques vieilles cicatrices, trop fines pour apparaitre sur la peau trop blanche de Davielle. Mais il ne s'était pas encore aventuré dans son dos...Ronronnant toujours, la carnivale rouvrit les yeux, et se retint de ramener Phir vers elle...il aurait été suffisamment irrité pour repartir a la charge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 18 Déc 2008 - 18:38

"Mais toi tu n'as pas de cornes. Bien sûr que tu peux t'amuser et plus que moi, cela va de soi. Et je sais bien que tu ne me laisseras jamais tranquille, j'avais compris dès le début!"

Elle le traîna de nouveau vers ses lèvres en le tirant par les cornes comme fermier l'aurait fait avec un buffle ou un taureau. Voyant qu'il avait carte blanche, Phir fut tout sourire, dévoilant même ses dents étonnament blanches pour celle d'un fumeur aussi compulsif que lui, et ses crocs dominants. Il acheva donc d'enlever le corset, dévoilant à ses yeux émeraudes son magnifique buste. Sous ses doigts se dévoilait un corps minutieusement taillé, chaque muscle finement ciselé étant créé pour l'action, découvrant quelques cicatrices trop fines pour paraître à l'oeil nu. D'abord tendue, Davielle se détendit lentement, au grand bonheur du luna. Elle ronronnait toujours, quoiqu'un peu moins que tout a l'heure. Sur sa
peau se dressait uen chair de poule délicieuse propre à l'éveil du
désir.

Phir glissa ses mains dans son dos, glissant le long de la chute de ses reins, découvrant là aussi de nouvelles cicatrices. Elles étaient moins claires et moins nombreuses que les siennes, mais tout de même, c'était impressionant lorsqu'on l'ignorait. Il saisit ses hanches à pleine main et s'attaqua à ses seins, ses lèvres frôlant ce point si intime pour les gens de l'époque, cette magnifique parure féminine. Peau contre peau, le gitan frissonnait lui aussi, réagissant autant à son contact qu'à la froide température de l'épiderme de la carnivale. Il revint finalement au jolie minois de Davielle, embrassant goulument cette bouche aussi précieuse qu'un joyaux, sa main s'attaquant déjà aux boutons de son pantalon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Jeu 18 Déc 2008 - 19:10

Davielle lui renvoya sa fougue, et l'embrassa avec une énergie nouvelle. Comme elle aimait ce contact différent, malgré le trouble qu'elle avait de se tenir aussi vulnérable sous les mains d'un être aussi imprévisible. Et découvrit alors pourquoi certaine cherchait le risque, a quel point il était grisant de se sentir aussi près de la ligne fine entre le connu et l'inconnu, alors qu'il était impossible de revenir en arrière, ou de reculer. Et malgré sa peur de ne pas savoir la fin, elle refusa de la voir, préférant la laisser de coté, pour un moment. Il serait le temps d'y repenser après.

Elle manqua cependant lui mordre la lèvres par inadvertance, lorsqu'il bougea, appuyant sans se rendre compte sur l'épaule de Davielle. Mais elle se retint, préférant serrer les poings sur le lit, chassant le souvenir de la douleur. Elle changea cependant son poids de place, le remettant du coté gauche, épargnant son épaule, tout en levant le genou droit, afin de faire un contre poids...mais elle se doutait que ce ne serait probablement pas suffisant, avec Phir qui revenait sans cesse a la charge. Tant pis, elle était habituée a la douleur, et même si le luna ne la ménageait pas, elle le supporterais sans se plaindre.

Toujours aussi froide, elle se serra contre lui avec son bras valide, laissant l'autre de coté. Elle n'avais jamais eu si froid, et malgré la proximité de Phir, elle ne semblait pas en mesure de restaurer sa température. D'habitude, elle aussi était chaude, mais pas cette fois. Dommage pour elle, tant mieux pour le luna, car elle aurait du mal a trouver une bonne raison pour se séparer de lui. Si Davielle l'aurait voulu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Sam 20 Déc 2008 - 20:33

Phir ne tarda pas à dénoter l'expression fugace de douleur qui passa sur le beau visage de sa compagne et constata qu'il avait plus que négligé son épaule sensible. Il posa donc son front contre le sien, faisant gaffe à ne pas refaire la même erreur.

"Pardon, ma choukard, je me suis un peu trop emporté... Ton épaule va bien?"


Sans attendre la réponse, le gitan posa sa bouche contre celle de Davielle, avide de ses lèvres de velours. Adroitement, il libéra ses mains et entama le déboutonnement du pantalon de la carnivale, souhaitant découvrir chaque milimètre carré de son corps. Cette froide température, il la ferait monter! Phir finit par retirer le vêtement, la laissant mi-nue, seulement vêtue de sa culotte. Il agrippa ses jambes au niveau des genoux et les écarta, l'attirant vers lui avec une fougue presque animale.

Tant à voir, à sentir sous ses doigts, par où commencer? Phir préféra d'abord la rassurant en allant plus lentement, ainsi l'embrassa-t-il une nouvelle fois après cette brusque et soudaine intrusion dans son intimité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Laiss   Sam 20 Déc 2008 - 21:30

Davielle grogna, ressentant une pointe de colère a l'idée de se retrouver aussi dévoilée. Mais elle se ressaisit rapidement, riant de se voir aussi sur les nerfs. Préférant passer son agressivité dans sa fougue, elle l'embrassa, et l'attira vers elle en agrippant sa tignasse noir corbeau. Il semblait jouer avec elle autant qu'il lui laissait de l'espace pour qu'elle en fasse autant. Enlacés, elle caressa son dos du bout des doigts, faisant courir des frissons sur sa peau brulante.
Elle demeurait encore nerveuse, et se doutait qu'il lui prendrais un certain temps avant de devenir vraiment a l'aise, néanmoins elle devina que la sensation risquait de laisser une marque agréable, et indélébile. Elle ne savait pas dans quoi elle s'était embarquer, et malgré son exaspération en voyant Phi capable de lui faire faire autant de chose qu,elle n,aurait jamais penser faire de sa vie, la carnivale soupira de contentement. Elle n'allait pas vraiment se plaindre de tout ses changements...et pourquoi l'aurait-elle fait?


Laisse moi le soin de veiller sur mon épaule, tu n'y pensera pas plus que tout a l'heure je peux le deviner. Assure toi simplement que je ne meure pas congelée, et je ne me plaindrai pas.

Davielle se serra contre lui, caressant sa nuque de ses lèvres, s'amusant a effleurer la peau douce, et incroyablement sensible du cou. Passant ses doigts fins dans ses cheveux, elle lui lanca un regard pétillant, dénué de moquerie, a peine constellée de malice, et incroyablement plein de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Dim 21 Déc 2008 - 3:09

Enflammé par la rudesse de Davielle, la poigne qu'elle avait dans sa tignasse de jais, il l'embrassa sauvagement, presque jusqu'à en oublier les dents, acérées comme une multitude de lames de rasoirs qui se cachaient derrière cette barrière de chair. Son corps semblait émaner une chaleur plus intense qu'avant, bouillant littéralement au contact frais des doigts fins de la carnivale. Phir voulu répondre à la réplique de sa compagne, mais dans un tel état, parler devenait une entreprise quasi périlleuse.

"Comme tu veux... T'inquiète, le froid c'est passager..."

Il entreprit la délicate opération que consistait l'enlevage de son propre pantalon, suivit de celle du sous-vêtement de Davielle. Les vêtements, qu'est-ce que c'est inutiles et agaçant dans ces situations... Quoique ça rajoute un peu de piquant et d'attente, il ne fallait pas négliger ce point de vue. Lorsque le tout fut accomplit, Phir ronronna en sentant la bouche de sa belle caresser un point sensible de son cou, paralysant presque tout son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Dim 21 Déc 2008 - 3:39

L'entendant ronronner lui même, elle amplifia le sien, faisant vibrer le torse de Phir. Profitant de son moment de paralysie, dont la cause fut prise en bonne note par la carnivale, elle en profita pour l'embrasser de plus belle, descendant jusqu'à son torse. Il était bouillant, et pendant un cours instant, elle se demanda jusqu'à quelle température il allait bien pouvoir monter. Espérons qu'il ne se rendrait pas aussi haut que les moltanors, ont disait qu'ils arrivaient a faire fondre le métal quand ils s'y mettaient. Hors, Davielle n'avait de plus froid que son coeur de glace, qui avait depuis longtemps déja fondu.

Se laissant complètement dénudée, sans gronder outre mesure, elle s'enlaça a lui de plus belle, cherchant cette chaleur du mieux qu'elle pouvait. Et préféra encore une fois passer son inconfort en fougue, revenant reprendre possession de ses lèvres qui avaient le don de la ramener comme un aimant attire toutes billes de métal. Comme elle se sentait bien, prise sous ses doigts, comme un morceau de poterie qu'un artiste sculpterais a sa guise, libre de son imagination et de ses désirs. Elle avait confiance en lui, et commençait seulement a se rendre compte a quel point.


Fait de moi ce que bon te semble. Je veux être ce que tu veux que je sois. Façonne moi a ton gout, cher Phir.

Et Davielle se perdit de nouveau dans son sourire, et lui attrapa le menton a pleine main, l'embrassant avec douceur, savourant chaque secondes de ces instants, comme si elle voulait que le monde cesse de tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Dim 21 Déc 2008 - 18:44

Le ronronnement de Davielle fit agréablement vibrer son torse, certain qu'elle ne manquait pas de prendre en note ce point sensible dans son cou qui allait presque jusqu'à le paralyser. Ils s'embrassèrent de nouveau et la carnivale descendit le long de sa gorge pour atteindre son torse, chaque contact de ses lèvres agissant comme un petit choc électrique sur sa peau tannée. Le contraste de leur deux corps était relativement saisissant, elle si pâle, lui si foncé en comparaison.

Comme un artiste, il prétrissait cette chair tendre, ces muscles fins et solides, à la façon d'un boulanger, ou plus artistiquement, d'un potier. Pourtant, il ne cherchait aucunement à changer ce qu'elle était, au contraire.


"Je veux que tu reste toi même, ne change pas pour moi. Surtout pas pour moi..."


Ses mots se perdirent dans un nouveau baiser enflammé, mais plus doux cette fois. Les secondes s'étiraient, prenaient le temps d'une éternité trop courte à leur goût. Mais, même si les quelques secondes qu'ils volaient à l'espace temps n'étaient pas assez longues pour les satisfaire, les deux immortels devraient se contenter de ce temps qui leur était accordé.

Phir passa ses mains sur ses jambes fines avant de les saisir pour l'approcher encore plus de lui. Saisissant ses hanches à pleine main, il la prit d'assault d'un premier coup de bassin entre les cuisses. Leurs enveloppes charnelles ne faisaient plus qu'une.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Dim 21 Déc 2008 - 20:32

La carnivale gronda entre ses dents, dévoilant en parti ses crocs, assaillie de milles informations toutes contradictoire. Son bonheur venait de se mélanger a une pointe de crainte, et a de la douleur. Mais devinant rapidement qu'elle était probablement dû plus a son inexpérience qu'a autre chose, elle se retint de faire passer sa vengeance sur le luna. Son inquiétude était cependant monté d'un cran, et elle se maudit ne pas avoir passer plus de temps avec sa mère a bavarder de trucs de filles plutôt qu'a courir dans le village en massacrant ses camarades. Ronronnant avec une pointe d,agressivité, elle secoua ses cheveux noirs, et ferma les yeux. Il était temps de tourner la page, et de réécrire.

Oubliant son malaise, elle se laissa a sourire, cherchant a dissiper ses craintes, autant que l'inquiétude qui devait être née dans l'esprit de Phir en la voyant montrer les dents. Riant, elle se détendit, autant son esprit que son corps, et le ramena vers lui en l'embrassant vers le haut, l'obligeant a se pencher pour la rejoindre. Étendue, elle ne souffrit cependant pas de son poids, le soutenant sans mal, malgré sa stature menue. Avide de ses lèvres, elle l'embrassa encore, s'habituant peu a peu a se contact plus qu'intime, tandis que la douleur s'évanouissait, disparaissant sans laisser de trace. Toute a son désirs, elle le renversa légèrement, prenant en partie le dessus, caressant son coup avec délicatesse, cherchant a ressentir a travers lui, chaque frissons qui parcourait son corps de luna. Et compris alors pourquoi, malgré tout les défauts des hommes, certaine femmes ne pouvait s'empêcher de revenir a eux, une fois encore. Et sourit de plus belle, mordillant la lèvre de Phir, ajoutant une goutte de sang dans leur folie. Toute a sa joie, Davielle ne risquait plus de voir sa folle frénésie revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Lun 22 Déc 2008 - 0:36

En voyant l'expression mi-surprise mi-douleur qui poussa Davielle à montrer ses effrayants crocs, Phir se força à aller plus doucement. Une idée lui passa rapidement par la tête, une pensée à laquelle il n'avait pas songé plus tôt et qui s'avérait peut-être le cas. Le luna se pencha vers la carnival et chuchota clairement à son oreille, malgré son souffle haletant.

"Est-ce que c'est ta première fois?..."


Cela expliquerait la douleur qu'elle ressentait sûrement en ce moment.


"Shhhh, aller, c'est normal..."


Prenant avantage de sa position, il en profita pour mordiller son oreille et son cou, ses mains toujours sur ses hanches. Phir redonna un coup de bassin, plus doucement cette fois pour rendre l'expérience plus agréable pour Davielle. L'immortelle en question ne tarda pas à le ramener à l'ordre en l'attirant vers elle, insatiable assoifée du nectar de ses lèvres. Enlacés, la carnival le retourna et prit le dessus, lui maintenant allongé sur le matelas. Malgré leurs lèvres scellées, elle coupa de nouveau sa lèvre. Comme en réponse à cette provocation, Phir mordit lui aussi sa lèvre, la faisant saigner un peu elle aussi, mêlant leurs sangs dans un baiser passionné (full emo).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Davielle

avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 03/12/2007

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Lun 22 Déc 2008 - 0:59

Davielle ne répondit pas. Elle n'en avait pas le souffle ni l'envie, et devinant que Phir avait trouver sa réponse de toute manière. Préférant rire, et qui, a travers son ronronnement persistant, passa plus pour un grognement étouffé qu'autre chose, néanmoins le rire était perceptible, et elle le laissa a sa joie. Il allait se moquer de fierté pour un bon moment, elle pouvait le sentir.

Le gout mélangé de leur sang fit frissonner Davielle, mais de plaisir et non pas de folie. Pour plusieurs, le sang avait toujours le même gout, mais au sens développé de la carnivale, chaque goutte avait sa marque unique, et les deux effluves additionnée entre elles lui donnèrent des frissons de joie, comme un gourmet découvre une nouvelle recette combinant ses deux ingrédients favori. Ouvrant les yeux, prenant un instant pour savourer le visage réjouit et passionné du luna, la carnivale sourit. Son regard n'avait jamais été aussi chaud de toute sa vie, comme si l'incendie faisait rage dans le noir de ses iris, rendant leur éclat aussi pétillant d'un feux d'artifice. Mais ça Davielle ne le savait pas, seul Phir pouvait en être spectateur.

Elle replongea dans son cou, embrassa de plus belle la peau douce du gitan, revenant s,amuser avec son point sensible, savourant ses frissons autant qu'il savourait les siens. Appuyant son poids sur un coté, elle le laissa libre de se retourner sur elle, si l'envie lui en reprenait, signant la mort de sa réticence a être dominer. Elle ne voulait plus rien d,autre que de se fondre en lui, et elle compris que cet homme lui avait ravi son cœur. Elle se sentait vibrante de vie, et pour rien au monde n'aurait voulu être a un autre endroit. En cette nuit, elle ne regretta pas le moins du monde ce que cet homme avait réussi a faire. Et pour rien au monde elle ne regretterais de lui avoir fait confiance, lorsque dans une ruelle, ils avait entrecroiser leur route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Phir Lovari

avatar

Nombre de messages : 101
Localisation : Un peu par ci, un peu par là...
Date d'inscription : 18/03/2008

MessageSujet: Re: Douce mélancolie   Lun 22 Déc 2008 - 14:11

En effet, Phir devina la réponse par lui-même et n'en souffla mot pour le reste de leurs ébats amoureux. Il étouffa son ronronnement/grognement/rire en la tirant vers lui, la forçant à se baisser pour l'embrasser, ses mains explorant encore une fois son dos, sa chute de reins, ses fesse fermes avec insistance. Amusé par toutes les réactions de Davielle, Phir se mit lui aussi à rire. La tenant bien serrées contre lui, le luna remarqua qu'elle lui laissait maintenant l'opportunité de la "dominer" sans réchigner ni se sentir menacer. C'était là une marque de confiance colossale.

L'immortel la renversa donc, mais gentilment, pour éviter d'endommager son épaule douloureuse. En regardant dans ses grands yeux noirs, il pouvait finalement voir toute la vie qui bouillait en elle, cet éclat magique et pétillant qu'il avait si longtemps chercher dans son regard. Phir ne put résister à l'envie de l'embrasser une nouvelle fois. Les siens, comme des émeraudes, étaient verts en leur centre, mais semblaient refléter la lumière sur toutes ses facettes, pleins d'étincelles de différentes couleur rendant son regard chaud et tout aussi magique que celui de sa belle.


"Tu es magnifique..." murmura-t-il en reprenant son souffle entre deux baisers.

La carnival quitta ses lèvres pour s'aventurer dans son cou, faisant courir des frissons dans tout son corps lorsqu'elle dénicha de nouveau son point sensible. Le gitan écarta les belles jambes lisses de Davielle et la pénétra plus vigoureusement, cette fois. Il entama un va et vient rythmé en elle, ses grandes mains d'homme allant de sa taille à ses hanches dans une caresse insistante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Douce mélancolie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douce mélancolie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]
» Une douce nuit sous le Balcon [Terminé]
» Douce amertume ~Irina et Lorelei~
» Quand tu tiens même plus sur tes pattes. [PV Douce Plume]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Immortel :: Paris :: Les Rues Résidentielles-
Sauter vers: